Aller directement au contenu principal

Inde: le retrait d'un parti-clé de la coalition menace le gouvernement

MONDE | Mis à jour le mercredi 19 septembre 2012 à 11h07

  • Le retrait annoncé d'un parti clé de la coalition au pouvoir en Inde fait planer l'hypothèse d'élections anticipées au moment où le gouvernement espère imposer des réformes cruciales pour relancer l'économie, estimaient mercredi les commentateurs.

    Le parti du Congrès Trinamool (TMC) a annoncé mardi que ses six ministres allaient démissionner vendredi du gouvernement pour protester contre des réformes telles que l'ouverture du commerce de détail aux multinationales étrangères, déjà repoussée l'an dernier face à l'opposition du TMC.

    Cette formation régionale a aussi annoncé que ses 19 parlementaires allaient retirer leur soutien au parti du Congrès, qui dirige la coalition gouvernementale et dépend du TMC pour une majorité au parlement.

    Selon les analystes et l'opposition, le retrait du TMC signifie que les jours du gouvernement du Premier ministre, Manmohan Singh, sont désormais comptés et que des élections générales pourraient avoir lieu avant la date prévue de 2014.

    "Le début de la chute du gouvernement de l'Alliance progressiste unie (United Progressive Alliance, UPA) a commencé", pronostiquait le porte-parole du principal parti d'opposition, le parti conservateur Bharatiya Janata Party (BJP), en référence à la coalition de partis de centre-gauche.

    Quel avantage pour l'opposition ?

    Interrogé par l'AFP, B.D. Verghese, un analyste au Centre for Policy Research, basé à Delhi, estimait aussi la tenue d'élections anticipées de moins en moins hypothétique, tout en s'interrogeant sur l'avantage qu'en tirerait l'opposition en pareil cas.

    "L'idée d'élections anticipées s'est accrue mais reste à savoir si cela bénéficiera à l'opposition", a-t-il commenté, citant notamment le contexte économique difficile peu propice à une campagne électorale surfant sur la promesse d'une forte croissance.

    La presse notait par ailleurs que les perspectives de voir le gouvernement promulguer de nouvelles réformes s'étaient sérieusement amenuisées face au retrait annoncé du TMC, dirigé par la populiste Mamata Banerjee.

    "Engager des réformes audacieuses dans le secteur bancaire, des assurances et des retraites est une tâche difficile. Une autre hausse des prix des carburants semble improbable", avançait le quotidien The Times of India.

    Les réformes annoncées prévoient notamment de permettre aux géants de la distribution tels que Walmart, Tesco ou Carrefour, ainsi qu'aux compagnies aériennes étrangères, d'opérer sur le marché indien. Les mesures prévoient aussi une hausse de 12% du tarif subventionné du gazole.

    AFP

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Un militant du parti du Congrès Trinamool (TMC) porte sur le front l'image de la chef de cette formation, Mamata Banerjee, le 2 juin 2012
    Image précédente

    Un militant du parti du Congrès Trinamool (TMC) porte sur le front l'image de la chef de cette formation, Mamata Banerjee, le 2 juin 2012

    Deshakalyan Chowdhury
    Image suivante
    • Un militant du parti du Congrès Trinamool (TMC) porte sur le front l'image de la chef de cette formation, Mamata Banerjee, le 2 juin 2012

      Un militant du parti du Congrès Trinamool (TMC) porte sur le front l'image de la chef de cette formation, Mamata Banerjee, le 2 juin 2012

Les suggestions du jour

  • Les coulisses du bras de fer entre Pékin et Hong Kong

    02 septembre 2014, 17:03

    La tension monte entre la Chine et Hong Kong. Hier soir, une vingtaine de militants pro-démocratie ont été arrêtés lors d'une manifestation. Ils prévoient d'autres actions ces prochains jours, comme celle de paralyser le quartier des affaires. Ce qu'ils...

  • Enseignement supérieur: recours en annulation contre le décret Marcourt

    02 septembre 2014, 16:08

    La fronde universitaire contre le décret Marcourt, qui réorganise l'enseignement supérieur, prend une nouvelle tournure : 5 professeurs de l'UCL ont introduit un recours en annulation devant la Cour constitutionnelle. Ils sont suivis par 6 hautes écoles...

  • Union européenne: pourquoi Federica Mogherini et Donald Tusk?

    02 septembre 2014, 11:07

    Ce samedi, le premier ministre polonais Donald Tusk et la ministre italienne des affaires étrangères Federica Mogherini ont été désignés respectivement président du Conseil européen et haute représentante de la politique étrangère de l'UE. Ils...

L'actualité en images

Procès : affaire Aquino

mardi 02 septembre 2014

Le Manneken-Pis peint en jaune

mardi 02 septembre 2014

La fuite des malades d'Ebola

mardi 02 septembre 2014

Bruges : la chasse au cygne noir

mardi 02 septembre 2014

La perspective de deux Ukraines

lundi 01 septembre 2014

Météo 19h25

mardi 02 septembre 2014

JT en langue des signes

mardi 02 septembre 2014

On n'est pas des pigeons

mardi 02 septembre 2014

Le 15'

mardi 02 septembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute