Aller directement au contenu principal

Impôt des riches: Barack Obama se compare au républicain Ronald Reagan

MONDE | Mis à jour le mercredi 11 avril 2012 à 17h55

  • Barack Obama a convoqué mercredi le souvenir de son prédécesseur Ronald Reagan, l'une des figures les plus respectées du parti républicain, un "socialiste" a-t-il plaisanté, qui soutenait une fiscalité plus élevée pour les riches comme celle qu'il voudrait voir adopter.

    "Je ne suis pas le premier président à me faire l'avocat de cette idée que tout le monde doit payer sa juste part" d'impôts, a affirmé Barack Obama à la Maison Blanche, en défendant pour la seconde journée consécutive la "règle Buffett", qui taxerait à 30% au minimum les revenus annuels supérieurs à un million de dollars.

    "Il y a quelques années, l'un de mes prédécesseurs a traversé le pays pour défendre le même concept", a assuré Barack Obama, qui s'était entouré pour l'occasion d'une poignée de millionnaires, partisans comme le magnat Warren Buffett d'un rééquilibrage de la taxation des plus riches.

    Warren Buffett s'était publiquement indigné d'être assujetti à un taux d'imposition plus faible que celui de sa secrétaire, résultat de niches fiscales héritées du président républicain George W. Bush qui taxent moins les revenus du capital que ceux du travail.

    Ce président, a ajouté Barack Obama, en ménageant ses effets, "a dit qu'il était 'fou', ce sont ses mots, que certaines niches fiscales permettent à des multimillionnaires de ne rien payer alors qu'un conducteur de bus acquitte 10% de son salaire".

    "Ce socialiste au regard fou, ce guerrier de la classe moyenne décidé à augmenter les impôts s'appelait Ronald Reagan", a insisté Barack Obama. Président de 1981 à 1989, resté une référence des conservateurs, "(Ronald Reagan) pensait qu'aux Etats-Unis, les plus riches devaient payer leur juste part et il le disait".

    "Je sais que cette position le disqualifierait des primaires du parti républicain ces jours-ci", a plaisanté le président démocrate, qui va remettre son mandat en jeu le 6 novembre prochain.

    Le Sénat doit voter lundi sur la "règle Buffett". L'avenir de cette mesure est incertain, vu l'opposition des républicains en position de force au Congrès, et l'insistance de Barack Obama semble surtout destinée à mettre son probable adversaire de novembre, le multimillionnaire Mitt Romney, sur la défensive.

    Belga

    Voir
  • Barack Obama
    Image précédente

    Barack Obama

    AFP PHOTO/Brendan SMIALOWSKI
    Image suivante
    • Barack Obama

      Barack Obama

Les suggestions du jour

  • L'université, ça change aussi la vie des parents !

    05 mars 2015, 23:13

    Cela fait maintenant six mois que nous suivons les aventures de notre joyeuse bande d’étudiants. Et quand on écoute tout ce qu’ils nous racontent, pas de doute, leur quotidien a radicalement changé. Mais dans cette nouvelle vie, les jeunes ont...

  • Chodiev-De Decker: qui veille au respect de la déontologie des avocats?

    05 mars 2015, 17:39

    Les révélations sur le travail qu'a effectué Armand De Decker, à une époque où il était sénateur, pour conseiller le businessman belgo-kazakh Patokh Chodiev, suscitent des questions sur la déontologie des avocats. Quelles sont les règles et qui les...

  • Affaire Moreau: le dessous des cartes du dessaisissement du juge Richard

    05 mars 2015, 16:45

    Depuis la semaine dernière, le dessaisissement du juge Richard, dans le dossier Tecteo, soulève de multiples questions. Que s'est-il vraiment passé pour que le magistrat qui symbolise la lutte contre les criminels en cols blancs, en région liégeoise,...

L'actualité en images

Météo 19h25

jeudi 05 mars 2015

Météo internationale

jeudi 05 mars 2015

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Dernière Minute

Monde