Grèce: la fermeture des frontières modifie les routes migratoires (infographie)

Grèce: la femerture des frontières modifie les routes migratoires (Infographie)
2 images
Grèce: la femerture des frontières modifie les routes migratoires (Infographie) - © Tous droits réservés

La Grèce est en train de se transformer en véritable parking à ciel ouvert pour les réfugiés et les migrants piégés dans le pays. 

Véritable porte d'entrée pour les migrants venant principalement de Turquie et traversant la mer Égée via les îles grecques, le pays commence à saturer. Si on y ajoute la fermeture des frontières des pays limitrophes, la situation peut être comparée à un évier bouché qui va déborder.

Comme on peut le voir, la frontière bulgare est fermée depuis un moment, le blocage y est total et le frontière est surveillée de manière féroce. Car si les frontières directes se ferment, dans les pays plus au nord, l'étau se ressert aussi. Comme en Autriche, où les autorités ont instauré un système de quota (moins de 100 par jour).

Cela a des conséquences jusqu'en Grèce où la nouvelle se propage et ce qui pousse les migrants a trouver de nouvelles portes d'entrée. La prochaine pourrait être un passage par l'Albanie, qui, jusqu'ici était assez épargnée par les flux de réfugiés, avant de longer l'Adriatique ou même de la traverser. Ce qui inquiète déjà Rome. 

Source: International Organization for Migration (IOM) 
Pour plus d'informations concernant le projet Missing Migrants 

"Ouvrez les frontières"

Face à la fermeture de la frontière gréco-macédonienne, 6500 migrants se sont retrouvés bloqués au poste-frontière d'Idomeni.

Cette disposition fait suite à la décision de quatre pays des Balkans d'eux aussi instaurer des quotas.

La situation a créé des tensions à la frontière, où quelque 400 réfugiés ont protesté samedi matin, demandant aux autorités macédoniennes de les laisser passer.

Face à ces fermetures en cascade, c'est la Grèce qui se retrouve au bout du domino sans possibilités d'interrompre le flux de migrants qui arrive quotidiennement en provenance des îles grecques.

Face à cela, la Grèce risque de voir le nombre de migrants coincés sur son territoire grandir de manière exponentielle. On parle de 50 000 à 70 000 personnes pour le mois prochain contre 20 000 actuellement. Ils sont déjà plus de 100 000 à être entrés dans le pays depuis le début de l'année. 

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.