Aller directement au contenu principal

Film anti-islam: manifestations dans tout le monde musulman

MONDE | Mis à jour le vendredi 14 septembre 2012 à 19h24

  • Les protestations contre le film américain "Innocence of Muslims" qui dénigre l'islam continuent à agiter les villes arabes. Après des heurts violents au Yemen, des manifestations ont eu lieu en Egypte, en Irak, au Liban, en Tunisie, en Iran, au Soudan et dans les monarchies du Golfe. Le personnel de l'ambassade américaine à Bruxelles a été invité à quitter les lieux plus tôt ce vendredi.

    Le personnel de l'ambassade américaine à Bruxelles a été invité, vendredi après-midi à quitter plus tôt les lieux en raison de possibles manifestations devant le bâtiment, selon un membre du service presse de l'ambassade des Etats-Unis, qui a précisé qu'il s'agissait d'une mesure de précaution et non une évacuation dans l'urgence.

    Un appel a été lancé par sms à Anvers en vue de mener une action samedi contre le film i "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"). Aucune demande d'autorisation pour un rassemblement n'a pour l'instant été introduite, a indiqué la police locale.

    La police ne sait pas encore à combien de gens les SMS ont été envoyés ni qui en est l'expéditeur. L'affaire est cependant prise très au sérieux. " Les messages appellent à un rassemblement samedi après-midi ", explique le porte-parole de la police locale, Fons Bastiaenssens. Le contenu exact des textos n'a pour l'instant pas été dévoilé pour ne pas échauffer inutilement les esprits. Il n'a pas non plus été dit s'il était question d'une manifestation pacifique ou d'un appel à la violence. 

    Les postes diplomatiques belges doivent rester vigilants

    Les Affaires étrangères ont demandé aux représentations diplomatiques belges dans le monde arabe de se montrer particulièrement vigilantes, indique vendredi le porte-parole Michel Malherbe.

    Des manifestations de protestation ont lieu dans plusieurs pays arabes contre ce film. Les manifestants s'en étaient pris dans un premier temps aux représentations diplomatiques américaines mais vendredi, ils ont également attaqué les ambassades de Grande-Bretagne et d'Allemagne au Soudan.

    Selon Michel Malherbe, les membres des représentations diplomatiques belges dans le monde arabe ne courent aucun risque particulier pour le moment. "Nous leur avons simplement demandé pour le moment de se montrer très vigilants. Ils doivent nous tenir précisément au courant de ce qui se passe, ce qui est, par ailleurs, leur job".

    Michel Malherbe précise encore que le SPF Affaires étrangères met régulièrement à jour les conseils de sécurité à nos ressortissants présents dans les pays arabes.

    Soudan: 10 000 manifestants près de l'ambassade américaine

    Les forces de l'ordre ont tiré vendredi en milieu d'après-midi des lacrymogènes pour disperser quelque 10 000 manifestants qui s'approchaient de l'ambassade américaine à Khartoum, après avoir attaqué celles de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne.

    Massivement déployés, les agents ont bloqué la rue menant à l'ambassade, tandis que les manifestants scandaient "Dieu est le plus grand" et "On ne touche pas au Prophète", pour dénoncer un film dénigrant l'islam. Des heurts ont éclaté quand ils ont tenté de s'avancer vers l'ambassade, les manifestants lançant des pierres sur les forces de l'ordre.

    Auparavant, 5000 manifestants islamistes avaient mis le feu à l'ambassade d'Allemagne à Khartoum, après avoir arraché le drapeau allemand pour le remplacer par un étendard islamiste.

    Après qu'ils ont bloqué la route afin d'empêcher l'arrivée des pompiers, ces derniers ont finalement pu atteindre le bâtiment et ont commencé à éteindre le feu.

    Les manifestants avaient également attaqué l'ambassade de Grande-Bretagne, à proximité, pour dénoncer un film dénigrant l'islam diffusé sur internet qui a provoqué une vague de protestation dans de nombreux pays.

     

    Tunisie: la police charge les manifestants

    La police procédait à des tirs de sommation et de lacrymogènes pour disperser vendredi plus d'un millier de manifestants qui attaquaient avec des pierres et des cocktails Molotov l'ambassade des Etats-Unis à Tunis au-dessus de laquelle s'élevait une épaisse fumée noire.

    La fumée, qui noircit le ciel sur des centaines de mètres, provient du parking à ciel ouvert de l'ambassade. Selon un policier, des manifestants y ont jeté des cocktails Molotov.

    Plusieurs centaines d'entre eux continuaient de lancer des pierres sur les forces de l'ordre vers 17H00 et tentaient d'atteindre le bâtiment. Un manifestant a réussi pendant quelques minutes à hisser sur l'un des murs d'enceinte le drapeau noir de la mouvance salafiste.

    D'importants renforts de la police, de l'armée et de la garde nationale ont été déployés pour tenter de repousser les manifestants venus dénoncer, comme dans d'autres pays du monde musulman, un film dénigrant l'islam.

    Les forces de l'ordre ont cherché en début d'après-midi à disperser les manifestants à l'aide de gaz lacrymogènes et de tirs de sommation.

    Des milliers de manifestants dans tout l'Irak

    Des milliers de personnes ont de nouveau protesté contre le film dénigrant l'islam, vendredi en Irak, où pour la première fois des manifestations ont eu lieu dans des régions à majorité sunnite.

    La manifestation organisée à Bassora (sud) a rassemblé le plus de monde. Les protestataires, arborant des drapeaux irakiens, ont scandé: "Il n'y a pas de liberté lorsqu'on offense un milliard de musulmans". Des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés, selon un correspondant de l'AFP sur place.

    Des manifestations avaient déjà eu lieu jeudi, mais elles étaient restées circonscrites aux zones chiites.

    A Bagdad, une manifestation s'est déroulée vendredi dans le quartier à majorité sunnite d'Azamiya, dans le nord de la capitale, et une autre sur la place Tahrir, en centre-ville. Des manifestations ont également eu lieu à Ramadi et Fallouja.

    Dans la ville sainte chiite de Najaf, le religieux Sadreddine al-Qoubanji a appelé les Etats-Unis à présenter leurs excuses aux musulmans et à déférer toute l'équipe du film devant un tribunal islamique spécial.

    A Kerbala (110 km au sud de Bagdad), Abdul Mehdi al-Karbalaï, représentant dans la ville de la figure emblématique du chiisme Ali al-Sistani, a lancé lors de son prêche du vendredi: "ces offenses répétées pourraient mettre en péril la paix et la stabilité, notamment au sein de populations où co-existent plusieurs religions". Il a également condamné les violences engendrées par le film à l'origine de la polémique.

    A Tripoli au Liban, un manifestant a été tué et 25 autres ont été blessés dans des heurts entre les forces de sécurité et des islamistes qui avaient auparavant incendié un fast-food américain.

    De Gaza à l'Iran en passant par les pays musulmans d'Asie et les monarchies du Golfe

    Les monarchies arabes du Golfe ont condamné vendredi le film ainsi que les attaques anti-américaines qu'il a provoquées dans le monde musulman, alors que Bahreïn annonçait avoir bloqué l'accès à la vidéo. "Ce film est inacceptable et injustifiable, et porte préjudice aux musulmans ainsi qu'aux non-musulmans qui rejettent les insultes portées aux religions et aux prophètes", a affirmé le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdellatif Al-Zayani, dans un communiqué.

    Il a également condamné "les actes de violence contre les ambassades américaines dans certains pays", notamment celle qui a provoqué la mort de l'ambassadeur américain en Libye, estimant que "notre colère face à ce film n'est pas une excuse pour mener de telles attaques". Le CCG regroupe l'Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït, les Emirats arabes unis, Bahreïn et le sultanat d'Oman.

    Le Premier ministre turc a considéré que le film était une "provocation" mais que celle-ci ne pouvait justifier les violences.

    Le cinéaste sous protection policière

    Les réactions parfois violentes déclenchées par le long métrage "Innocence of Muslims", dont des extraits sont diffusés sur internet, rappellent la colère qu'avait provoquée la publication de caricatures du prophète Mahomet en 2006 par un journal danois.

    Réalisé par un cinéaste qui s'est présenté comme Américano-israélien mais qui selon les médias américains serait de religion copte, le film à faible budget se veut une description de la vie du prophète et évoque les thèmes de l'homosexualité et la pédophilie. Il présente les musulmans comme immoraux et violents. L'auteur du film aurait demandé la protection de la police californienne après avoir été identifié par les médias.

    Colère au Yémen

    Au Yémen, des jeunes en colère ont pénétré dans la matinée dans l'enceinte de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa avant d'être repoussés par la police.

    Des heurts se sont poursuivis jusque dans la soirée aux alentours de la chancellerie, faisant au total quatre morts et 34 blessés, a indiqué un responsable des services de sécurité.

    L'Union européenne a appelé Sanaa à "protéger" les diplomates européens.

    Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a présenté ses "excuses au président américain Barack Obama", promettant de châtier les coupables.

    Le président Obama a remercié, dans un entretien téléphonique, son homologue yéménite d'avoir "rapidement condamné" l'attaque du complexe diplomatique américain à Sanaa, a indiqué la Maison Blanche.

    Il a aussi exprimé son "inquiétude pour la sécurité des employés et des installations diplomatiques américaines au Yémen".

    Et le président Obama a demandé de renforcer la protection des ambassades des Etats-Unis à travers le monde, tandis que le candidat républicain à la Maison blanche, Mitt Romney, affirmait que le monde ainsi que les pays du Proche-Orient avaient "besoin d'un leadership américain".

    Les frères musulmans ont appelé à manifester pacifiquement en Egypte

    Les manifestations se sont aussi poursuivies vendredi au Caire. Les manifestants, des jeunes se déplaçant en petits groupes de quelques dizaines de personnes, jetaient des pierres sur les policiers anti-émeute, chargés de boucler les accès à la mission diplomatique, qui répondaient par des tirs de grenades lacrymogènes.

    Les abords de l'ambassade étaient jonchés de cailloux et de gravats utilisés comme projectiles, et l'épave d'une voiture calcinée était visible sur une avenue proche.

    Les manifestants se repliaient régulièrement sur la grande place Tahrir, située à proximité, épicentre des manifestations du début 2011 qui ont abouti à la chute du régime de Hosni Moubarak et qui reste le site de prédilection des rassemblements politiques.

    Les Frères musulmans, la plus importante force politique du pays, dont est issu le président Mohamed Morsi, ont appelé quant à eux à des "rassemblements pacifiques" à travers le pays après la grande prière du vendredi, en milieu de journée, pour protester contre ce film.

    Les manifestations contre l'ambassade ont débuté mardi avec plusieurs milliers de personnes. Un groupe était alors parvenu à enlever le drapeau américain pour le remplacer par un étendard islamiste.

    Une vidéo "écoeurante"

    Le président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, a condamné les "atteintes" au prophète Mahomet tout en rejetant la violence, alors que le mouvement des Frères musulmans dont il est issu a appelé à des manifestations pacifiques vendredi.

    "J'appelle tout le monde à (...) à ne pas agresser les ambassades", a lancé Mohamed Morsi.

    Quelque 500 manifestants se sont aussi rassemblés près de l'ambassade américaine à Koweït, arborant le drapeau noir d'Al-Qaïda.

    Le royaume ultraconservateur d'Arabie saoudite a condamné le film produit "par un groupe irresponsable", mais aussi "les réactions violentes dans plusieurs pays visant des intérêts américains".

    Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné jeudi ce "film haineux" dénigrant l'islam, estimant que ses auteurs semblaient avoir "délibérément" cherché à "provoquer une effusion de sang".

    La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a assuré que le gouvernement américain n'avait "absolument rien à voir" avec cette "vidéo écoeurante et condamnable", exhortant parallèlement les dirigeants politiques et religieux à condamner les violences survenues depuis sa diffusion sur internet.

    Risque accru pour les ressortissants américains

    Les Etats-Unis ont aussi déconseillé jeudi à leurs ressortissants de se rendre en Algérie en raison d'un risque accru d'attentats.

    En Iran, quelque 500 personnes ont manifesté aux cris de "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël" près de l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran.

    Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a demandé à Washington de "punir" les auteurs du film et leurs soutiens financiers.

    Sécurité renforcée en Asie

    Dans l'enclave de Gaza, des centaines de Palestiniens ont manifesté pour la deuxième journée consécutive contre les Etats-Unis, le Hamas réclamant des "excuses" de Washington et appelant à de nouvelles protestations vendredi.

    Par crainte d'émeutes à Kaboul, le président afghan Hamid Karzaï a reporté une visite en Norvège, alors que les autorités pakistanaises ont dit s'attendre à des manifestations vendredi.

    L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé de la planète, a demandé à YouTube de bloquer la diffusion du film polémique. Le gouvernement afghan a bloqué quant à lui la totalité du site de partage de vidéos, tandis que le Pakistan empêchait l'accès au seul film.

    L'Inde a placé en alerte ses effectifs déployés autour des bâtiments américains.

    avec AFP et Belga

    À lire aussi

  • Vidéo précédente

    Manifs arabes : le point en direct de Washinghton avec Philippe Gassot

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Manifs arabes : le point en direct de Washinghton avec Philippe Gassot

    • Cliquez pour visionner

      Manifs pays arabes

  • Des Palestiniens brûlent un drapeau américain au Liban
    Image précédente

    Des Palestiniens brûlent un drapeau américain au Liban

    AFP PHOTO/MAHMOUD ZAYYAT
    Image suivante
    • Des Palestiniens brûlent un drapeau américain au Liban

      Des Palestiniens brûlent un drapeau américain au Liban

    • Des manifestants yéménites protestent contre un film américain dénigrant l'islam le 13 septembre 2012 à Sanaa

      Des manifestants yéménites protestent contre un film américain dénigrant l'islam le 13 septembre 2012 à Sanaa

Les suggestions du jour

  • Quand les petits producteurs court-circuitent la grande distribution

    31 juillet 2014, 14:39

    Ce n'est plus seulement une mode, ni même une tendance : aujourd'hui, le "circuit court" a trouvé sa place dans le monde du commerce alimentaire, au plus grand bénéfice des petits producteurs mais aussi des clients. Fruits et légumes variés, bières...

  • Inondations en Brabant wallon: d'où venait l'eau ? Qui va payer ?

    31 juillet 2014, 08:30

    "Nous n'avons jamais vécu un tel chaos, il faudra du temps pour que la population s'en remette", ce sont les mots du bourgmestre d'Ittre, mercredi soir, au moment de tirer un premier bilan des inondations de mardi. Certains ont tout perdu. Trois questions se...

  • France: un siècle après, la récupération politique de Jean Jaurès

    31 juillet 2014, 09:51

    Il y a 100 ans jour pour jour, à l'aube de la Grande guerre, Jean Jaurès était assassiné. Un siècle après, cet homme de gauche, ce républicain défenseur des prolétaires, est devenu une référence pour toute la classe politique française : gauche,...

L'actualité en images

Les soldes n'ont pas marché

jeudi 31 juillet 2014

Ruches d'aéroport

jeudi 31 juillet 2014

Les soldes n'ont pas marché

jeudi 31 juillet 2014

JT en langue des signes

jeudi 31 juillet 2014

Toutes les vidéos de l'info
C’est éminemment dangereux, ce type d’ordonnance rend pratiquement impossible toute restructuration de dette. Xavier Dupret, économiste, à propos de la situation économique en Argentine

Vu sur le web

Dernière Minute