Débat inédit entre les principaux candidats à la présidentielle française: le point en 4 questions

Ce lundi soir à 21h, les cinq candidats présumés favoris à l'élection présidentielle française se retrouveront sur le plateau de TF1 pour un débat inédit. Disposés en cercle, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se feront face dans une scénographie à l'allure de ring censée favoriser les échanges entre candidats. 

A cinq semaines du premier tour, quels sont les enjeux de ce débat qualifié d'"inédit" et "décisif"? Et comment cela va-t-il concrètement se dérouler? 

Comment cela va-t-il se dérouler? 

Comme annoncé plus haut, exit le placement côte à côte comme dans les débats des primaires, les cinq candidats formeront un cercle avec les deux journalistes, c'est-à-dire Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray. Les thèmes abordés seront assez vastes et répartis en trois séquences de 50 minutes :

  • Société (éducation, sécurité, laïcité, environnement);
  • Economie (protection sociale, rôle de l’Etat, libre-échange);
  • International (Europe et place de la France dans le monde). Le candidat aura deux minutes pour répondre à la question, mais pourra être interrompu à partir d'une minute trente par ses adversaires.

Quels enjeux pour les candidats?

Les commentateurs sont unanimes : Emmanuel Macron est celui qui a le plus à perdre dans ce débat. Le candidat d'En Marche! est attendu au tournant en raison de son inexpérience dans ce type d'exercice mais également parce que les sondages actuels le placent face à Marine Le Pen au second tour. L'ancien ministre de l'Economie sait qu'il sera particulièrement scruté ce soir. A la suite de ce débat, soit il gagnera en crédibilité, soit il risque de remettre en jeu sa précieuse deuxième place dans les sondages.

L'enjeu pour Marine Le Pen est tout autre. Favorite au premier tour, elle semble incapable de s'imposer - dans les sondages - face à n'importe quel candidat au second. Il s'agit pour elle de rassurer les électeurs et d'asseoir son statut de présidentiable afin de se crédibiliser.

La chaîne LCI souligne par ailleurs que c'est la première fois qu'un candidat Front National se prête à un tel exercice. En 2002, Jacques Chirac avait refusé le débat avec Jean-Marie Le Pen. Et il y a cinq ans, la présidente du Front National avait envoyé Florian Philippot pour la représenter sur le plateau de Mots Croisés où dix candidats à la présidentielle étaient réunis.

Toujours empêtré dans l'affaire Penelope, l'image de François Fillon est abîmée et risque d'être remise en question dans ce débat. Celui-ci pourrait toutefois être l'occasion pour le candidat des républicains de sortir de ces affaires, lui qui n'est plus "audible" dans tout autre domaine.

Jean-Luc Mélenchon arrive sur le plateau après avoir remporté un défi : des milliers de personnes étaient présentes à sa marche organisée ce samedi à Paris. Son ambition est de relancer sa campagne et d'incarner la gauche face à Benoît Hamon. Ce dernier étant coincé entre Mélenchon et Macron, il se doit de faire la différence ce soir s'il ne veut pas voir les plus réalistes pencher pour Macron et les plus à "gauche" voter pour Mélenchon.

Et les autres candidats?

Mais pour son débat, TF1 a choisi les cinq candidats favoris dans les sondages. Un parti pris justifié par la nécessité de garder la clarté et la lisibilité du débat. Autrement dit, pour la chaine, un dialogue à 11 aurait incompréhensible. Ce soir, seuls les candidats au dessus de 10 % dans les sondages ont donc été conviés, c’est à dire Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Face à cette injustice, Nicolas Dupont-Aignan, l'un des candidats écartés, n'avait pas hésité à déposer un recours devant le Conseil d’état. Mais le jugement avait donné raison à TF1, à condition que les six autres candidats soient médiatisés équitablement. 

TF1 a donc accueilli Nicolas Dupont-Aignan lors de son 20h le 18 mars dernier. Le candidat en a profité pour quitter le plateau du journal de TF1 en pleine interview pour dénoncer la situation: "Je souhaite que par mon geste, votre chaîne renoue un jour avec la démocratie", a lancé le candidat de Debout la France. Un coup de communication qui n'est pas passé inaperçu.

À noter que parmi les candidats présents ce lundi soir, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont également protesté contre cette différence de traitement entre candidats.

Les prochains débats?

Deux autres débats ont déjà été annoncés: le 4 avril sur BFMTV et le 20 avril sur France Télévisions, c'est-à-dire 3 jours avant le premier tour. Des rencontres qui semblent d'ores et déjà décisives dans la dernière ligne droite de cette course présidentielle. Et dans les 2 cas, les 11 candidats seront conviés sur le plateau.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir