Aller directement au contenu principal

Cuba: les réformes de Raul Castro insuffisantes pour relancer l'économie

MONDE | Mis à jour le mardi 28 août 2012 à 6h32

  • Les réformes lancées par le président cubain Raul Castro risquent d'être insuffisantes pour élever le niveau de vie des Cubains et remettre l'économie sur la voie du développement, estime une étude de six économistes cubains diffusée lundi à La Havane.

    "Le processus d'+actualisation+ du modèle économique pourrait ne pas être suffisant pour créer les changements nécessaires à une amélioration significative du niveau de vie de la population cubaine et lancer un mouvement qui placerait le pays sur la voie d'un développement économique et social", affirme l'économiste cubain Mauricio de Miranda.

    Pour y parvenir, Cuba a besoin de s'ouvrir davantage à l'économie de marché (l'Etat contrôle 90% de l'économie), de modifier son système monétaire et de se doter d'un cadre légal qui établisse "des normes claires et transparentes", juge Mauricio de Miranda, directeur du département économique de l'Université pontificale Javeriana de Cali, en Colombie.

    De Miranda et les cinq autres économistes du Centre d'études économiques de La Havane analysent dans leur livre "Cuba. Vers une stratégie de développement pour le début du 21e siècle" les réformes lancées en 2011 par le régime communiste pour "actualiser" un modèle hérité de l'Union soviétique des années 70.

    Les réformes "manquent de précision quant aux mesures qui doivent être adoptées" et "seules deux décisions apportant de la flexibilité ont été prises, les autorisations d'achat-vente des véhicules et des logements", estime Mauricio de Miranda dans cette étude diffusée par la revue Espacio Laical (www.espaciolaical.org).

    "La réforme du mécanisme économique doit aller vers une meilleure utilisation des ressources sous la régulation de l'Etat", poursuit-il en soulignant qu'il s'agirait d'un "marché régulé, mais non contrôlé par l'Etat".

    Cuba doit éliminer la circulation de deux monnaies (le peso "national" et le peso "convertible", équivalent au dollar) et donner à sa monnaie un soutien basé sur "la production de biens et services intégrables au système international", ajoute-t-il.

    AFP

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Zebelgicain Triste de voir que Cuba pourrait être auto-suffisante d'un point de vue alimentaire, mais que la doctrine de la planification passe avant la réalité humaine. La terre est féconde, et tout pousse dans un climat idéal. Mais comme le régime a décidé de la date de l'éclosion des tomates, et/ou de ne pas élever de vaches à lait (hormis les Cubains expatriés), et bien l'on fait la file pour les pommes de terre, ou pour un kilo de riz. J'ai vu des clôtures en bois se transformer en arbustes d'un semestre à l'autre. L'exportation des médecins (sans leur famille...) ne suffira pas à faire entre de l'argent. Et comme Cuba n'a rien d'autre à vendre - le régime a même réussi à déréguler la production de canne à sucre, le comble! - on accuse le blocus. Les Cubains sont adorables, ils méritent mieux et plus. A commencer par un salaire décent (15 dollars actuellement) que permettrait de simples réformes agricoles inspirées par le bon sens.

      17-10-2012 22:51 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Le président Raul Castro fait un discours lors de la fête nationale cubaine, à Guantanamo, le 26 juillet 2012
    Image précédente

    Le président Raul Castro fait un discours lors de la fête nationale cubaine, à Guantanamo, le 26 juillet 2012

    Juan Pablo Carreras (AFP)
    Image suivante
    • Le président Raul Castro fait un discours lors de la fête nationale cubaine, à Guantanamo, le 26 juillet 2012

      Le président Raul Castro fait un discours lors de la fête nationale cubaine, à Guantanamo, le 26 juillet 2012

    • de Zebelgicain Triste de voir que Cuba pourrait être auto-suffisante d'un point de vue alimentaire, mais que la doctrine de la planification passe avant la réalité humaine. La terre est féconde, et tout pousse dans un climat idéal. Mais comme le régime a décidé de la date de l'éclosion des tomates, et/ou de ne pas élever de vaches à lait (hormis les Cubains expatriés), et bien l'on fait la file pour les pommes de terre, ou pour un kilo de riz. J'ai vu des clôtures en bois se transformer en arbustes d'un semestre à l'autre. L'exportation des médecins (sans leur famille...) ne suffira pas à faire entre de l'argent. Et comme Cuba n'a rien d'autre à vendre - le régime a même réussi à déréguler la production de canne à sucre, le comble! - on accuse le blocus. Les Cubains sont adorables, ils méritent mieux et plus. A commencer par un salaire décent (15 dollars actuellement) que permettrait de simples réformes agricoles inspirées par le bon sens.

      17-10-2012 22:51 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute