Aller directement au contenu principal

Le vote à l'ONU "rappelle la légitimité de l'aspiration palestinienne"

MONDE | Mis à jour le vendredi 30 novembre 2012 à 13h32

  • Comment interpréter le vote acquis jeudi permettant à la Palestine de devenir un "Etat observateur des Nations-Unies"? Pour le professeur Michel Liégeois de l'UCL, il s'agissait de "rappeler la légitimité de l'aspiration palestinienne".

    L'Assemblée générale de l'ONU permet à la Palestine de devenir un Etat observateur des Nations-Unies. Cela permet aux Palestiniens d'accéder aux agences onusiennes. Certains qualifie le vote de jeudi d'"historique".

    Les récents événements à Gaza ont-ils pu modifier l'opinion internationale et permettre enfin un tel vote? Pour Michel Liégeois, professeur de relations internationales à l'UCL "ce vote est le résultat d'un long processus où l'impasse du processus de paix joue un rôle. Je pense que c'est surtout la poursuite de la politique de peuplement des territoires occupés par Israël qui tend à isoler de plus en plus Israël sur la scène internationale. Moins que le vote lui-même - cela fait longtemps qu'il existe une majorité plutôt pro-palestinienne à l'AG de l'ONU - c'est le caractère massif de la majorité obtenue qui frappe".

    Michel Liégeois précise: "Ce vote est une prise de position politique qui entend rappeler la légitimité de l'aspiration palestinienne, à un moment où la faisabilité même de cette aspiration tend à être mise en question par l'évolution" récente de la situation. 

    Nouveaux leviers

    Pourquoi l'Union Européenne a-t-elle une fois de plus voté de façon dispersée ? Michel Liégeois rappelle que, "officiellement et depuis de longues années, l'UE observe une politique d'équidistance entre les parties dans ce conflit. Derrière cette politique se cache une longue histoire individuelle des différents Etats membres qui, aujourd'hui encore, est à l'origine de sensibilités différentes vis-à-vis de ce conflit. A vrai dire, sur le fond, il n'y a pas tellement de désaccord, c'est plutôt sur la question de laisser les USA en position d'isolement ou non que les attitudes ont divergé. Ce n'est pas un hasard si les pays qui ont voté contre sont ceux qui sont traditionnellement les plus proches alliés de Washington : le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou l’Allemagne".

    Michel Liégeois poursuit : "Cette reconnaissance aura plusieurs conséquences pratiques et juridiques. Ce sont de nouveaux leviers à la disposition de l'Autorité palestinienne. Pour certains juristes, il en découlerait notamment la possibilité de saisir la Cour pénale internationale. Ce n'est peut-être pas aussi simple. En tant que politologue des relations internationales, je note qu'une telle saisine n'aiderait certainement pas à rétablir un climat propice à une reprise des négociations de paix".

    Les USA très isolés

    Faut-il craindre des réactions américaines ou israéliennes à cette reconnaissance ? Michel Liégeois "ne pense le pas. Israël est déjà dans une situation très difficile au sein de l'ONU : indésirable dans le groupe Asie, Israël est hébergé dans le groupe ‘Europe occidentale et autres’ mais avec des droits restreints. Par exemple, Israël ne peut être élu membre non-permanent du Conseil de sécurité. Quant à Washington, ce vote est suffisamment délicat sur le plan diplomatique puisqu'il montre le grand isolement des USA dans leur soutien à Israël. Mieux vaut donc passer le plus vite possible à autre chose".

    Depuis deux ans les négociations de paix stagnent et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas l'air d'en vouloir vraiment. "On ne refait pas l'histoire. Il y a eu quelques moments où un accord semblait à portée de main. Les analyses et commentaires attribuent les échecs enregistrés aux uns ou aux autres. Ce qui est certain, c'est que la situation est plus complexe aujourd'hui qu'elle ne l'était à l'époque des accords d'Oslo ou des négociations de Camp David" conclut Michel Liégeois.

    Relisez ci-dessous les réponses de Michel Liégeois.

    RTBF

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • L'Assemblée générale de l'ONU a voté pour permettre à la Palestine de devenir un Etat observateur
    Image précédente

    L'Assemblée générale de l'ONU a voté pour permettre à la Palestine de devenir un Etat observateur

    AFP PHOTO/Stan HONDA
    Image suivante
    • L'Assemblée générale de l'ONU a voté pour permettre à la Palestine de devenir un Etat observateur

      L'Assemblée générale de l'ONU a voté pour permettre à la Palestine de devenir un Etat observateur

Les suggestions du jour

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute