Chantage aux informations compromettantes: Trump se demande s'il vit en "Allemagne nazie"?

La Russie aurait pendant des années recueilli des informations compromettantes sur Donald Trump afin de le faire chanter : l'accusation, qui serait issue de notes du contre-espionnage britannique et reprise par la presse, qui n'a pas pu en vérifier l'authenticité, est lourde, et a été démentie du côté russe. Quant au président élu des Etats-Unis, il l'a qualifiée sur Twitter de "fake news" et a accusé ses adversaires politique d'avoir payé pour un rapport non vérifié.

Dans un nouveau tweet, Donald Trump ajoute que "les agences de renseignements n'auraient jamais dû autoriser la 'fuite' de cette fausse info vers le public" en se demandant "si on vivait en Allemagne nazie?"

Les notes incriminées comptent 35 pages et datent de juin à décembre 2016. Un résumé en a été communiqué par les chefs du renseignement américain à Donald Trump avec un rapport récapitulant l'ensemble des opérations russes de piratage informatique et de désinformation aux Etats-Unis.

Buzzfeed qui les a publiées précise qu'il n'était pas en mesure de les authentifier. On peut notamment y lire :

- des informations présentées comme compromettantes sur Donald Trump, comme l'existence alléguée d'une vidéo à caractère sexuel filmée clandestinement lors d'une visite à Moscou en 2013 par les services russes dans le but d'en faire un moyen de chantage;

- des informations sur des échanges de renseignements supposés pendant plusieurs années entre Donald Trump, ses proches et le Kremlin, dans les deux directions.

Michael Cohen, avocat du milliardaire, a rejeté les notes qui évoquent un voyage de lui-même à Prague fin août ou début septembre pour y rencontrer des interlocuteurs russes. "Je ne suis jamais allé à Prague de ma vie", s'est-il défendu sur Twitter.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir