Le fioul trouvé en mer sans rapport avec l'avion de Malaysia Airlines

Un avion de l'armée vietnamienne a observé une trainée de fioul en mer
2 images
Un avion de l'armée vietnamienne a observé une trainée de fioul en mer - STR - BELGAIMAGE
AFP

Le fioul prélevé en mer sur une nappe dérivant au large de la Malaisie n'appartient pas au Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui a disparu samedi, ont révélé lundi les analyses.

"Ce carburant n'est pas utilisé pour les avions" mais pour les navires, a déclaré la porte-parole de la police maritime malaisienne, Faridah Shuib. La nappe de fioul se trouvait à environ 185 kilomètres des côtes orientales de la Malaisie, non loin de l'endroit où le contrôle aérien a perdu le contact avec l'appareil.

Les recherches pour retrouver le Boeing avec 239 personnes à bord n'ont encore donné aucun résultat, a annoncé un responsable malaisien. "Malheureusement (...) nous n'avons rien trouvé qui semble provenir de l'appareil, encore moins l'appareil lui-même", a déclaré le directeur de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman.

"L'aviation vietnamienne a repéré dimanche soir de possibles débris de l'avion au large de sa côte sud mais là encore aucune confirmation n'a été apportée", a-t-il ajouté.

L'aviation vietnamienne a repéré dimanche soir à 80 km de l'île de Tho Chu, au large de sa côte sud, deux objets qui pourraient provenir du vol MH370 qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pekin avec 227 passagers de 14 nationalités, dont 153 Chinois et quatre Français, et 12 membres d'équipage.

"Nous avons observé plusieurs objets mais aucun d'eux pour le moment (n'a été confirmé comme provenant) de l'appareil", a souligné Azharuddin Abdul Rahman.

Il a par ailleurs confirmé des informations selon lesquelles cinq passagers munis de billets avaient enregistré leurs bagages sans se présenter à l'embarquement. La compagnie assure cependant avoir isolé ces bagages dès que leur absence a été constatée, avant le décollage de l'avion, conformément à la procédure habituelle. "Nous cherchons tout azimut. Nous examinons toutes les hypothèses", a insisté Azharuddin Abdul Rahman.

AFP


Publicité