Aller directement au contenu principal

Benghazi: trois diplomates américains dénoncent un fiasco dans la sécurité

MONDE | mercredi 8 mai 2013 à 22h22

  • Trois fonctionnaires du département d'Etat ont dénoncé mercredi devant le Congrès le fiasco de leur administration en termes de sécurité lors de l'attaque du consulat de Benghazi en septembre 2012 qui a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur en Libye.

    Cette audition devant une commission de la Chambre des représentants (contrôlée par les républicains) vient s'ajouter à une longue série de témoignages --y compris celui devant le Congrès de l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton-- de commissions, rapports et campagnes de presse sur l'attentat de miliciens islamistes liés à Al-Qaïda.

    La Maison Blanche a accusé les républicains d'exploiter Benghazi à des fins politiques, alors que tout Washington suivait l'audition télévisée, longue de plusieurs heures.

    "C'est un sujet qui a, depuis le début, été sujet à des tentatives d'exploitation politique par les républicains, alors que ce qu'il s'est passé à Benghazi est une tragédie", a déclaré le porte-parole Jay Carney.

    L'opposition républicaine, qui voit dans cette affaire un scandale politique comparable au Watergate, a convoqué ceux que la presse a surnommés les "dénonciateurs": Eric Nordstrom, qui a déjà témoigné en octobre et qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli avant l'attaque; Gregory Hicks, qui était l'adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat, et Mark Thompson, du bureau de l'antiterrorisme au département d'Etat.

    M. Nordstrom a répété que sa hiérarchie au département d'Etat était tout à fait au courant du manque de sécurité du consulat de Benghazi avant le 11 septembre, alors que la zone était classée parmi les plus dangereuses du monde.

    Le département d'Etat a été épinglé fin 2012 dans un rapport d'une commission indépendante et a reconnu des ratés en matière de sécurité. Mme Clinton avait dit "assumer la responsabilité" des conséquences de l'attentat, mais n'a jamais admis la moindre faute personnelle.

    Le chef adjoint de la mission américaine en Libye, M. Hicks, qui se trouvait à Tripoli le soir du 11 septembre, a implicitement critiqué la décision par Susan Rice, ambassadrice à l'ONU, d'évoquer une manifestation qui aurait dégénéré lors d'émissions télévisées, cinq jours après l'attaque.

    "Il n'y a eu aucun rapport de la mission américaine en Libye évoquant une manifestation ", a-t-il dit aux élus. Les républicains affirment que l'administration Obama, via Susan Rice, a cherché à dissimuler le caractère terroriste de l'attaque, qui a lieu à l'époque en pleine campagne présidentielle.

    Le soir-même, il était parvenu à joindre l'ambassadeur Christopher Stevens au téléphone, et celui-ci lui aurait dit: "Greg, nous sommes attaqués".

    Il a affirmé que des responsables du département d'Etat avaient fait pression sur lui pour qu'il mette en sourdine ses critiques en interne sur les déclarations publiques de l'administration concernant la présence d'une manifestation à Benghazi.

    M. Hicks a aussi raconté qu'une équipe de quatre militaires américains des opérations spéciales, prêts à embarquer un avion affrété de Tripoli vers Benghazi, n'avait pas reçu l'autorisation de sa hiérarchie de se rendre à Benghazi pour défendre les diplomates assiégés.


    AFP
    Voir
  • Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington
    Image précédente

    Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

    Chip Somodevilla
    Image suivante
    • Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

      Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

Les suggestions du jour

  • Soins de santé à la diète: tout ce qui change en 2015, et pour qui

    21 octobre 2014, 14:42

    Maggie De Block les a elle-même qualifiées de "drastiques". Le secteur des soins de santé n’échappe pas aux économies prévues par le gouvernement Michel. En 2015, leur budget sera amputé de 355 millions d’euros. Voici le décryptage des mesures...

  • Le PS lance une campagne anti-MR/N-VA: 130 000 vues mardi soir

    21 octobre 2014, 14:54

    Des demi-pages dans les quotidiens, ornées d'une paire de ciseaux aux sigles du MR et de la N-VA ; le site internet injuste.be et des vidéos anti-gouvernement: qui est derrière tout cela ? Le PS. Combien coûte cette campagne destinée à "informer" les...

  • Transition énergétique: l'île de Sein bientôt 100% verte?

    20 octobre 2014, 15:02

    Réduire l'utilisation d'énergie fossile et privilégier les énergies renouvelables, on appelle cela la transition énergétique. Un projet de loi a été voté sur ce thème en France. Comment consommer moins et mieux? La question se pose partout, en ce...

L'actualité en images

Le zapping ciné du mardi

mardi 21 octobre 2014

Zoom sur le vélo en bambou

mardi 21 octobre 2014

Procès Pistorius : le verdict

mardi 21 octobre 2014

Décès du PDG de Total

mardi 21 octobre 2014

Guy Luzon limogé, le point sur la...

Football - Jupiler...

lundi 20 octobre 2014

Météo 18h25

mardi 21 octobre 2014

Les Niouzz

mardi 21 octobre 2014

Dogs love to watch DOGTV!

mardi 21 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Monde

Le MR s'est renié. Aujourd’hui le loup est dans la bergerie, il ne faut pas se plaindre qu’il mange les moutons Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, à propos de la N-VA

Vu sur le web

Dernière Minute