Aller directement au contenu principal

Benghazi: trois diplomates américains dénoncent un fiasco dans la sécurité

MONDE | mercredi 8 mai 2013 à 22h22

  • Trois fonctionnaires du département d'Etat ont dénoncé mercredi devant le Congrès le fiasco de leur administration en termes de sécurité lors de l'attaque du consulat de Benghazi en septembre 2012 qui a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur en Libye.

    Cette audition devant une commission de la Chambre des représentants (contrôlée par les républicains) vient s'ajouter à une longue série de témoignages --y compris celui devant le Congrès de l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton-- de commissions, rapports et campagnes de presse sur l'attentat de miliciens islamistes liés à Al-Qaïda.

    La Maison Blanche a accusé les républicains d'exploiter Benghazi à des fins politiques, alors que tout Washington suivait l'audition télévisée, longue de plusieurs heures.

    "C'est un sujet qui a, depuis le début, été sujet à des tentatives d'exploitation politique par les républicains, alors que ce qu'il s'est passé à Benghazi est une tragédie", a déclaré le porte-parole Jay Carney.

    L'opposition républicaine, qui voit dans cette affaire un scandale politique comparable au Watergate, a convoqué ceux que la presse a surnommés les "dénonciateurs": Eric Nordstrom, qui a déjà témoigné en octobre et qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli avant l'attaque; Gregory Hicks, qui était l'adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat, et Mark Thompson, du bureau de l'antiterrorisme au département d'Etat.

    M. Nordstrom a répété que sa hiérarchie au département d'Etat était tout à fait au courant du manque de sécurité du consulat de Benghazi avant le 11 septembre, alors que la zone était classée parmi les plus dangereuses du monde.

    Le département d'Etat a été épinglé fin 2012 dans un rapport d'une commission indépendante et a reconnu des ratés en matière de sécurité. Mme Clinton avait dit "assumer la responsabilité" des conséquences de l'attentat, mais n'a jamais admis la moindre faute personnelle.

    Le chef adjoint de la mission américaine en Libye, M. Hicks, qui se trouvait à Tripoli le soir du 11 septembre, a implicitement critiqué la décision par Susan Rice, ambassadrice à l'ONU, d'évoquer une manifestation qui aurait dégénéré lors d'émissions télévisées, cinq jours après l'attaque.

    "Il n'y a eu aucun rapport de la mission américaine en Libye évoquant une manifestation ", a-t-il dit aux élus. Les républicains affirment que l'administration Obama, via Susan Rice, a cherché à dissimuler le caractère terroriste de l'attaque, qui a lieu à l'époque en pleine campagne présidentielle.

    Le soir-même, il était parvenu à joindre l'ambassadeur Christopher Stevens au téléphone, et celui-ci lui aurait dit: "Greg, nous sommes attaqués".

    Il a affirmé que des responsables du département d'Etat avaient fait pression sur lui pour qu'il mette en sourdine ses critiques en interne sur les déclarations publiques de l'administration concernant la présence d'une manifestation à Benghazi.

    M. Hicks a aussi raconté qu'une équipe de quatre militaires américains des opérations spéciales, prêts à embarquer un avion affrété de Tripoli vers Benghazi, n'avait pas reçu l'autorisation de sa hiérarchie de se rendre à Benghazi pour défendre les diplomates assiégés.


    AFP
  • Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington
    Image précédente

    Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

    Chip Somodevilla
    Image suivante
    • Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

      Eric Nordstrom (d), qui était chargé de la sécurité régionale à Tripoli, et Gregory Hicks, ex-adjoint de l'ambassadeur Christopher Stevens tué dans l'attentat de Benghazi, le 8 mai 2013 à Washington

Les suggestions du jour

  • "On ne naît pas terroriste" clame un musulman belge préoccupé par Gaza

    01 août 2014, 17:22

    L'opération "Bordure protectrice" dans la Bande de Gaza a déjà coûté la vie à quelques 1500 Palestiniens, dont plus de 240 enfants, en 25 jours, contre une soixantaine côté israélien. Une situation qui préoccupe les musulmans de Belgique. Comment...

  • 22 milliards ou 4 milliards? Qui dit vrai? De Wever ou Di Rupo?

    01 août 2014, 09:24

    Bart De Wever a dégainé le premier, mardi soir sur VTM : "Elio Di Rupo n’a pour ainsi dire rien fait". La riposte d’Elio Di Rupo s’est faite par communiqué, le lendemain : "Le gouvernement fédéral actuel a fourni un effort budgétaire d'environ 22...

  • Quand les petits producteurs court-circuitent la grande distribution

    31 juillet 2014, 14:39

    Ce n'est plus seulement une mode, ni même une tendance : aujourd'hui, le "circuit court" a trouvé sa place dans le monde du commerce alimentaire, au plus grand bénéfice des petits producteurs mais aussi des clients. Fruits et légumes variés, bières...

L'actualité en images

JT 19h30

vendredi 01 août 2014

Les Rolls de 1914

vendredi 01 août 2014

Examen de diplomatie

vendredi 01 août 2014

Week-end noir sur les routes

vendredi 01 août 2014

Pugilat au Sénat italien

vendredi 01 août 2014

Explosion de gaz à Taïwan

vendredi 01 août 2014

Les hôtels à Bruxelles

vendredi 01 août 2014

Les Rolls de 1914

vendredi 01 août 2014

Toutes les vidéos de l'info
Je crois qu’on a mal estimé dans les accords de 2010 l’impact au sol de certaines décisions Catherine Fonck au lendemain de la décision de justice annulant en partie le plan Wathelet

Vu sur le web

Dernière Minute