Aller directement au contenu principal

Barack Obama, "un réaliste qui savait qu'il ne pourrait pas tout changer"

MONDE | Mis à jour le mardi 4 septembre 2012 à 9h17

  • Amine Ait-Chaalal, professeur à l'UCL, fait le point sur la campagne présidentielle aux Etats-Unis, où le scrutin du 6 novembre s'annonce très serré. Barack Obama est face à la machine financière très puissante de Mitt Romney.

    Alors que s’ouvre la convention démocrate aux Etats-Unis qui doit désigner Barack Obama comme candidat à l’élection présidentielle du 6 novembre, Amine Ait-Chaalal, professeur en relations internationales à l'UCL, indique que ce scrutin sera très serré. Interrogé par Bertrand Henne, il énumère les atouts du président sortant : "Il a restauré la crédibilité internationale des Etats-Unis, il a quelque peu stabilisé l’économie, il a mis en œuvre la réforme de santé (ce que certains lui reprochent), il a réévalué les relations entre les communautés, il a son charisme. Au plan international, il a créé une dynamique qui a permis le retrait d’Irak et la reconfiguration de l’implication en Afghanistan".

    Mais il souligne aussi les points faibles de Barack Obama : "Il y a l’usure du pouvoir, qui s’était déjà manifestée lors des élections de mi-mandat. Il y a l’émergence du Tea Party, très violemment anti-Obama. Il y a une décision de la Cour suprême des Etats-Unis  en 2010 qui permet le financement des campagnes sans aucune limite. Donc, le président Obama est maintenant face à une machine financière très virulente".

    Amine Ait-Chaalal rappelle que "les Américains votent plus en fonction de leur politique intérieure, de la situation de l’emploi et de leur situation personnelle" que sur des thèmes internationaux. "Le dossier du Proche-Orient était celui sur lequel Barack Obama s’était le plus investi en arrivant, mais les réalités sur le terrain (notamment l’opposition du gouvernement israélien Netanyahu) ont fait qu’il a dû considérer que ce dossier ne pouvait pas mener à quelque chose rapidement" poursuit-il.

    Champ de ruines

    Après huit années de présidence Bush, Barack Obama avait trouvé en arrivant au pouvoir "un champ de ruines en termes de politique étrangère; pendant quatre ans, il a dû réparer les échecs en Afghanistan, en Irak et au Moyen-Orient de l’administration précédente", indique encore Amine Ait-Chaalal. On peut dire que "c’est un idéaliste, mais aussi un réaliste qui savait qu’il ne pourrait pas tout changer", analyse Amine Ait-Chaalal. Même si Barack Obama n’a pas fermé la prison de Guantanamo alors qu’il l’avait promis, "le symbole en a été stigmatisé et la renonciation de l’utilisation de la torture a été mise en cause de manière définitive".

    En face, Mitt Romney présente la "dynamique des républicains, beaucoup plus dure en termes de politique étrangère", indique encore Amine Ait-Chaalal avec "le retour d’un certain nombre de néo-conservateurs et la volonté affichée d’avoir des positions beaucoup plus fermes".

    A.L. avec B. Henne

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Sinndho Réaliste, mon oeil ! "Yes we can - I could not".

      04-09-2012 19:18 | Répondre

    • de grevizz Bon, passons sur l'orthographe: ""les Américains vote " ... Mais que veut dire la phrase suivante: "Même si Barack Obama n’a pas fermé la prison de Guantanamo alors qu’il l’avait promis, "le symbole en a été stigmatisé et la renonciation de l’utilisation de la torture a été mise en cause de manière définitive"."? "Le symbole en a été stigmatisé"? C'est un peu flou, mais on voit plus ou moins... "la renonciation de l’utilisation de la torture a été mise en cause de manière définitive": Là, ça veut dire probablement l'inverse de ce que ça veut dire: Grâce à Obama, la torture n'est plus remise en cause...? C'est ça? Svp, relisez vous les gars. Quand on commence à dire l'inverse de ce qu'on veut dire, ça devient grave...

      04-09-2012 14:27 | Répondre

    • de bl Barack Obama un arriviste "Pacifique" qui à salit à jamais le prix nobel de la paix en l'acceptant, et en sachant pertinament qu'elle était sa feuille de route dans la politique étrangère des Etats-unis, à délibérément mentis au monde entier, et de plus fait preuve d'une arrogance écoeurant vis à vis des pays tiers avec lesquels il cherche querelle, cet homme n'est qu'un vulgaire pion et sa seule qualité est la manière avec laquelle il insulte les pays qu'il a détruit par la guerre et leur culture.

      04-09-2012 14:07 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    Amine Ait-Chaalal dans Matin Première - B.Henne

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Amine Ait-Chaalal dans Matin Première - B.Henne

  • Barack Obama, "un réaliste qui savait qu'il ne pourrait pas tout changer"
    Image précédente

    Barack Obama, "un réaliste qui savait qu'il ne pourrait pas tout changer"

    AFP PHOTO/Brendan SMIALOWSKI
    Image suivante
    • Barack Obama, "un réaliste qui savait qu'il ne pourrait pas tout changer"

      Barack Obama, "un réaliste qui savait qu'il ne pourrait pas tout changer"

    • Amine Ait-Chaalal

      Amine Ait-Chaalal

    • de Sinndho Réaliste, mon oeil ! "Yes we can - I could not".

      04-09-2012 19:18 | Répondre

    • de grevizz Bon, passons sur l'orthographe: ""les Américains vote " ... Mais que veut dire la phrase suivante: "Même si Barack Obama n’a pas fermé la prison de Guantanamo alors qu’il l’avait promis, "le symbole en a été stigmatisé et la renonciation de l’utilisation de la torture a été mise en cause de manière définitive"."? "Le symbole en a été stigmatisé"? C'est un peu flou, mais on voit plus ou moins... "la renonciation de l’utilisation de la torture a été mise en cause de manière définitive": Là, ça veut dire probablement l'inverse de ce que ça veut dire: Grâce à Obama, la torture n'est plus remise en cause...? C'est ça? Svp, relisez vous les gars. Quand on commence à dire l'inverse de ce qu'on veut dire, ça devient grave...

      04-09-2012 14:27 | Répondre

    • de bl Barack Obama un arriviste "Pacifique" qui à salit à jamais le prix nobel de la paix en l'acceptant, et en sachant pertinament qu'elle était sa feuille de route dans la politique étrangère des Etats-unis, à délibérément mentis au monde entier, et de plus fait preuve d'une arrogance écoeurant vis à vis des pays tiers avec lesquels il cherche querelle, cet homme n'est qu'un vulgaire pion et sa seule qualité est la manière avec laquelle il insulte les pays qu'il a détruit par la guerre et leur culture.

      04-09-2012 14:07 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Un assureur offre une dashcam pour les véhicules de ses clients

    23 octobre 2014, 15:42

    La dashcam est un appareil miniature que l’on embarque dans son véhicule pour filmer les moindres mouvements des autres. Certains y voient un nouveau gadget mais d’autres trouvent cet outil bien utile en cas d'accident. Elles sont de plus en plus...

  • Suisse: des dosettes de crème à l'effigie de Mussolini et d'Hitler

    22 octobre 2014, 17:50

    Des restaurants en Suisse alémanique ont servi depuis le début de la semaine des cafés avec des dosettes de crème à l'effigie de Mussolini et d'Hitler, a révélé mercredi le journal 20 Minutes.

  • Le secteur culturel dénonce des coupes drastiques dans son budget

    23 octobre 2014, 09:14

    Après les chemins de fer, la police ou la défense, c'est à présent les mondes de la culture et de la recherche qui découvrent à quel régime ils seront soumis. Les deux secteurs sont eux aussi touchés par des mesures d'économie. Le gouvernement Michel...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Monde

Le MR met le pays à feu et à sang en prenant des mesures contradictoires, parfois mal chiffrées Paul Furlan, ministre wallon des Pouvoirs locaux, du Logement, de la Ville et de l’Energie

Vu sur le web

Dernière Minute