Tintin au Pays des Soviets: l'ancien secrétaire d'Hergé dénonce la colorisation

Tintin au Pays des Soviets: l'ancien secrétaire d'Hergé dénonce la colorisation
Tintin au Pays des Soviets: l'ancien secrétaire d'Hergé dénonce la colorisation - © RTBF

C’est ce mercredi que sort en librairie la version colorisée – et dotée d’une nouvelle couverture – de "Tintin au pays des Soviets", premier album de Tintin paru initialement en noir et blanc en 1930.

Les éditions Casterman et la société Moulinsart ont déployé une énorme campagne de marketing le week-end dernier pour faire de cet album, tiré à 350 000 exemplaires en langue française, un événement éditorial. Les tintinologues collaborateurs de Moulinsart comme Philippe Goddin, et le graphiste Michel Bareau, responsable de cette mise en couleur, vantent les mérites de cette nouvelle version qui, selon eux, rendra cette première aventure de Tintin accessible pour un nouveau public.

D’autres tintinophiles comme Hugues Dayez (voir la chronique sur notre site) dénoncent au contraire dans cette nouvelle édition un "crime de lèse-Hergé" qui cache mal une opération mercantile: tenter de faire du neuf avec de l’ancien pour, à tout prix, avoir un "nouveau Tintin" - puisque, on le sait, Hergé a émis le souhait qu’aucun nouvel album de Tintin ne soit entrepris après sa mort, et que sa veuve Fanny, contre vents et marées, a toujours respecté sa volonté.

Aujourd’hui, c’est un témoin de premier plan, Alain Baran, ancien secrétaire d’Hergé, qui sort du bois pour s’ériger contre ce "Soviets" en couleurs. Voici son communiqué dans son intégralité.

Personne, en dehors d'Hergé lui-même, ne pouvait entreprendre la mise en couleurs

"En mémoire d'Hergé dont j'ai eu l'immense privilège, d'être à la fois l'ultime secrétaire particulier et le proche ami jusqu'aux derniers instants de sa vie, je ne puis malheureusement pas me réjouir à propos de la publication d'une version en couleurs de la toute première aventure de Tintin, dont l'on célèbre aujourd'hui le 88ème anniversaire.

Quoique fort réussie au plan technique, la mise en couleurs de Tintin au Pays des Soviets et surtout le fait de la publier sous le nom d'Hergé sont des atteintes au principe qu'après le décès d'un créateur, et de toutes les façons durant la période protégeant le droit d'auteur, le respect de toute œuvre due à ce créateur impose qu'elle restât dans l'état où celui-ci l'a laissée.

En effet, contrairement aux autres premières aventures de Tintin, en tout cas celles publiées à l'origine en noir et blanc, Tintin au Pays des Soviets ne fut jamais ni remanié, ni mis en couleurs par son auteur. De mes conversations avec Hergé à ce propos, j'ai en plus retenu que cette œuvre de jeunesse n'avait pas vraiment sa place parmi les albums Tintin traditionnels, avant tout destinés au jeune public, faut-il le rappeler?

L’auteur avait donc volontairement figé Tintin au Pays des Soviets dans sa version originale parue en album en 1930. Il fallut attendre 1973, soit plus de 40 ans après sa création, pour que l'ouvrage soit à nouveau accessible au public, mais sous la forme clairement affirmée d'archives.

Il ne fait dès lors aucun doute que personne, en dehors d'Hergé lui-même, ne pouvait entreprendre la mise en couleurs de Tintin au Pays des Soviets aux fins d’un album entier commercialisé au même titre que les 22 autres aventures de Tintin portant la signature 'Hergé'".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir