Aller directement au contenu principal

Serious games: un outil ludique pour la formation en entreprise

MEDIAS | Mis à jour le jeudi 16 mai 2013 à 9h48

  • Un monde commence à se développer en Wallonie : les "serious games", littéralement le "jeu sérieux". Il s'agit de jeux vidéo qui sont utilisés dans un cadre professionnel.

    On en trouve beaucoup dans le monde des ressources humaines, pour la formation ou le recrutement, où cette approche est considérée comme très efficace, comme l’explique Pascal Balancier, expert e-learning à l'Agence wallonne des télécommunications : "On joue sur le plaisir, sur la mémoire active, sur le vécu et sur la mise en situation. C’est beaucoup utilisé par exemple pour former des managers pour gérer des équipes ou par des commerciaux pour gérer la relation avec les clients. Ce sont vraiment des outils très puissants pour le changement comportemental, pour travailler sur le savoir-être".

    Mais à vrai dire, le concept s'étend à bien d'autres univers poursuit-il : "Il y a des serious games éducatifs (qu’on appelle des learning games), il y en a plutôt de sensibilisation (qu’on appelle des edugames). Il y a des serious games plutôt marketing (qu’on appelle des advergames) et il y en a qui sont plutôt utilisés dans le milieu médical pour la rééducation (qu’on appelle des exergames). Il y a une quantité d’appellations en fonction des domaines d’utilisation".

    Pas d'amateurisme

    L'asbl Passe-muraille a pour objectif de favoriser l'inclusion des personnes handicapées dans la société. Il y a deux ou trois ans, elle a décidé d'investir dans un serious game parce que c'est ludique et, surtout, que cela permet de faire passer un message. Jean-Christophe Heron chargé de projet dans cet asbl précise que "le serious game nous semblait un média intéressant pour faire passer ce message que c’est l’environnement qui a tendance à aggraver le handicap, et non la déficience en tant que telle".

    Mais le projet a pris d'autant plus de temps que le jeu doit être accessible aussi bien aux personnes valides qu'aux personnes handicapées, sourdes ou aveugles. Et il a aussi fallu trouver des dizaines de milliers d'euros d’investissements sous la forme de subsides et de sponsoring. Car même dans le jeu sérieux, il n’est pas question d'amateurisme, indique Jean-Christophe Heron : "C’est un jeu qui a demandé la création de nombreux interfaces : un jeu vidéo doit rester fluide et beau pour pouvoir toucher un maximum de public. Il doit y avoir une histoire, un déroulement et une intrigue, et réussir à concilier tout cela avec le fait que ce jeu soit totalement accessible".

    Nouveaux outils

    Les coûts sont globalement assez élevés par comparaison avec ce qui se fait à l'étranger, ce qui explique sans doute pourquoi la Belgique est un peu en retard dans ce domaine, mais ce n'est pas la seule raison selon Pascal Balancier : "D’une part on pourrait dire que les entreprises ne sont pas suffisamment soutenues à l’exception de l’un ou l’autre créneau. D’autre part, la crise financière fait que les entreprises ont moins de moyens et la première dépense sur laquelle on rogne c’est la formation en général".

    Une série d'outils permettent à une entreprise de développer elle-même un serious game maison sans devoir investir des centaines de milliers d'euros. Développer et utiliser un jeu sérieux, c'est bien, mais en définitive, l'analyse de ce qui s'est passé pendant le jeu et son impact sur les salariés, c'est ça qui compte évidemment pour l'entreprise.

    A.L. avec M. Gassée

    Le site des Serious Games en Belgique francophone

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Le seroious game se développe en Belgique (image d'illustration)
    Image précédente

    Le seroious game se développe en Belgique (image d'illustration)

    Archive AFP /Frederic J. BROWN
    Image suivante
    • Le seroious game se développe en Belgique (image d'illustration)

      Le seroious game se développe en Belgique (image d'illustration)

Les suggestions du jour

  • Le Belge avale trop de pilules: marketing des firmes et automédication

    23 septembre 2014, 17:00

    "Comment vivons-nous avec les médicaments?" C’est le thème abordé par le cinquième Thermomètre des Belges Solidaris/RTBF/Le Soir. Pour cette enquête, 1000 personnes, 120 médecins généralistes et 120 pharmaciens ont été interrogés via internet en...

  • La longue marche des Kurdes de Syrie en images

    23 septembre 2014, 16:16

    Une certaine confusion règne depuis la semaine dernière à la frontière turco-syrienne : la progression des jihadistes du groupe terroriste Etat islamique dans le nord-est de la Syrie a contraint nombre de Kurdes à se réfugier en Turquie, et les...

  • Malbouffe: chaque étudiant prend en moyenne au moins 3 kg en début de cursus

    23 septembre 2014, 11:43

    Selon une récente étude réalisée par une firme privée, 75% des étudiants en école supérieure mangent mal en Belgique. Et ce style de vie déséquilibrée a des répercussions sur leurs résultats académiques.

L'actualité en images

Attaques contre la Syrie

mardi 23 septembre 2014

Le défi de 6h à Louvain-la-Neuve

mardi 23 septembre 2014

Grève de la police

mardi 23 septembre 2014

Un visiteur à la Maison Blanche

mardi 23 septembre 2014

Un Français kidnappé en Algérie

mardi 23 septembre 2014

Attention aux frais de rappel

mardi 23 septembre 2014

Les policiers en grève

mardi 23 septembre 2014

Manifestation syndicale

mardi 23 septembre 2014

JT en langue des signes

mardi 23 septembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Dernière Minute

Vu sur le web