Près de 11 ans de prison pour un Néerlandais coupable de "sextorsion"

Près de 11 ans de prison pour un Néerlandais coupable de "sextorsion"
Près de 11 ans de prison pour un Néerlandais coupable de "sextorsion" - © MaxPixel's contributors - http://maxpixel.freegreatpicture.com/

La justice néerlandaise a condamné jeudi un Néerlandais de 38 ans à près de onze ans de détention pour avoir contraint par chantage des dizaines de jeunes filles à travers le monde à s'exposer sur internet dans des actes sexuels.

Des actes sexuels forcés devant la webcam

Aydin C., dont seul le prénom est révélé pour respecter la législation néerlandaise, "a été condamné à 10 ans et 243 jours de détention pour escroquerie et chantage via internet", a indiqué le tribunal d'Amsterdam dans un communiqué.

Le Néerlandais avait été interpellé en 2014 après que Facebook eut averti la police néerlandaise qu'un "sextorqueur" opérait depuis les Pays-Bas.

La "sextorsion" est une escroquerie visant à faire chanter quelqu'un en obtenant par la ruse des photos pornographiques, soit pour les monnayer, soit pour en obtenir d'autres.

Aydin C. "a abusé de dizaines de jeunes filles en gagnant leur confiance en leur parlant sur internet", a expliqué le tribunal. "Il a ensuite abusé de cette confiance en les contraignant à des actes sexuels devant leur webcam".

"Si elles refusaient de recommencer, ils les menaçaient d'envoyer les images à leurs proches ou de les publier sur des sites pornographiques", a ajouté le tribunal, soulignant avoir opté pour la peine maximale en raison des "conséquences dévastatrices sur la vie des jeunes femmes".

Suicide d'Amanda Todd 

Les jeunes filles se trouvaient aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Norvège, aux États-Unis et au Canada.

Après le potentiel procès en appel, Aydin C. pourrait être extradé au Canada pour être jugé dans une autre affaire à la suite de laquelle une Canadienne de 15 ans, Amanda Todd, s'était suicidée en 2012.

L'adolescente avait publié son histoire sur YouTube. Un prédateur l'avait persuadée de lui montrer ses seins via webcam, puis avait mis en ligne sa photo sur internet après qu'elle avait refusé de lui "faire un show".

La mère d'Amanda Todd s'était rendue à Amsterdam pour assister aux audiences. Sa fille aurait "voulu pouvoir le regarder dans les yeux et lui dire ce que ses actes lui ont fait", avait-elle assuré dans une interview avec la chaîne de télévision NPO. "Mais elle ne peut pas, je vais donc être celle qui la défend".

Le décès d'Amanda Todd avait provoqué un immense émoi au Canada et lancé un débat sur les dangers de la cyber-intimidation.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir