Aller directement au contenu principal

Le discours de François Hollande trahi par sa gestuelle

MEDIAS | Mis à jour le mercredi 15 janvier 2014 à 11h39

  • Comment interpréter la gestuelle de François Hollande lors de son discours de mardi après-midi. C’est ce qu’a demandé le quotidien français Le Figaro à Stephen Bunard, spécialiste de la communication non verbale. Tantôt nerveux, tantôt convainquant ou pessimiste, il aurait aussi été parfois... menteur.

    Interviewé sur le site du quotidien, l’expert interprète la moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" comme une preuve de manque d’optimisme sur la question.

    Lorsqu’il aborde le pacte de stabilité en se passant la langue sur les lèvres, il révèle sa fierté et quand il cherche à créer de l'empathie sur certains sujets (notamment sur la fin de vie), il adoucit la voix et ralentit le rythme de ses paroles.

    En revanche, il sautille pour convaincre en évoquant la sécurité de ses déplacements privés et baisse la tête pour appeler à la compassion lorsqu’il évoque l’affaire Gayet. Sentiment qui se transforme en peur au moment où le président écarquille les yeux en entendant la question sur Valérie Trierweiler.

    Sans oublier ses lèvres rentrées avant de répondre: le signe de l’intensité du contrôle de son discours. Ce qui peut être interprété comme la preuve qu’il ne va pas dire la vérité, explique Stephen Bunard. Le site du Figaro illustre son article d’extraits vidéo de la prestation présidentielle.

    J-Cl V.

    Voir
  • La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.
    Image précédente

    La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.

    Le Figaro
    Image suivante
    • La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.

      La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.

    • La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.

      La moue dubitative du président affirmant que"la croissance est de retour" serait une preuve de manque d’optimisme sur la question.

Les suggestions du jour

L'actualité en images

cimetière Dieweg

jeudi 30 octobre 2014

Forêt de Soignes

jeudi 30 octobre 2014

Attentats à Jérusalem

jeudi 30 octobre 2014

Mourir à l'étranger

mercredi 29 octobre 2014

Attentats à Jérusalem

jeudi 30 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Médias

7 à la Une

Plus d'articles

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Dernière Minute