L'Iran aurait lancé plusieurs cyber-attaques sur le site de la BBC

Un étudiant iranien brandit une affiche contre la BBC
Un étudiant iranien brandit une affiche contre la BBC - © AFP
Rédaction RTBF

Le directeur général de la BBC, Mark Thompson, vient de révéler qu'une de ses chaînes, la BBC Persian, a été victime au début de mois de mars de diverses attaques informatiques. La cyber-armée de l'Iran est soupçonnée.

La chaîne de télévision BBC Persian, qui émet en farsi, s’est vue perturbée par des "cyber-attaques de haut-vol" lancées par la République islamique d’Iran, annonce le directeur général de la BBC, qui ne peut cependant rien prouver.

Elles se sont produites le 1er mars et ont empêché les journalistes de la chaîne de faire leur travail, leur accès internet et leur boîte mails ayant été bloqués.

Ces attaques par déni de service (DDoS), comme celles commises par le groupe Anonymous, ont atteint les serveurs de la chaîne alors qu’au même moment, deux de ses satellites ont subi une tentative de brouillage. Les services téléphoniques de la chaîne, à Londres, ont également été bombardés d’appels téléphoniques automatisés.

"Nous constatons que ces attaques ne peuvent pas être une coïncidence", a ajouté Mark Thompson.

Ce n’est pas la première tentative de censure

Mark Thompson avait déjà signalé en février sur son blog que des journalistes de BBC Persian avaient subi des menaces de la part des autorités iraniennes. Ces journalistes, qui travaillent en Iran, se sont faits harceler. L’un d’eux, une femme, s’est même faite emprisonner sans motif apparent et a été retenue dans une cellule d’isolement de la prison d’Evin, à Téhéran.

"Nous demandons au gouvernement iranien de condamner ces actions. Nous demandons également aux gouvernements et aux organes de régulation internationaux d’apposer un maximum de pression sur l’Iran pour l’arrêt de cette campagne d’intimidation, de censure constante et d’usage abusif de pouvoir", déclare le directeur général de la BBC.

L’Iran a récemment été cité dans le rapport de Reporters Sans Frontières dans lequel l’association recense les pays "ennemis de l’internet" et où on y apprend que "l’Iran possède une cyber-armée redoutable".


Jean-Charles Dierickx


Publicité