iPhone 5: un journaliste s'infiltre dans une usine chinoise de fabrication

Le nouvel iPhone5
Le nouvel iPhone5 - © Tous droits réservés
Rédaction RTBF

C'est le journal Shanghai Evening Post qui a réussi à faire entrer l'un de ses journalistes dans une des usines chinoises du géant Foxconn pour fabriquer l'iPhone 5. Son expérience de 10 jours a été publiée fin août et relate les conditions de travail du sous-traitant numéro 1 au monde.

L'information a été largement reprise sur plusieurs sites internet spécialisés en nouvelles technologies. Le journaliste infiltré a donc été engagé sur la chaîne de production de l'iPhone 5. Il raconte d'abord la journée de recrutement avec l'obligation de répondre à un questionnaire d'une trentaine de questions, toutes tournées sur sa santé mentale.

Sa première nuit, ce journaliste l'a ensuite passée dans un dortoir aux conditions sanitaires déplorables. Vient ensuite, la deuxième journée, avec la signature de contrats de confidentialité, sur les détails techniques de fabrication mais aussi sur les chiffres de vente, la politique des ressources humaines et les statistiques de production.

Une coque iPhone toutes les trois secondes

Le journaliste a ensuite commencé les journées de formation et puis la fabrication proprement dite avec comme leitmotiv donné par les superviseurs : "vous devez être honorés d'avoir la chance de produire l'iPhone5". Les contrôles sur la chaine de fabrication sont nombreux.

En travail de nuit, en principe entre minuit et 6 heures du matin non-stop, le journaliste a calculé devoir marquer 3000 coques iPhone 5 en 10 heures, soit une quasi toute les trois secondes. L'infiltré, peu habitué à un tel rythme de travail, a rapidement eu des douleurs au cou et aux muscles des bras. Et il n'était pas le seul dans ce cas selon son récit. Mais il lui était interdit d'arrêter jusqu'à la fin du travail.

Depuis plusieurs années, le sujet des conditions de travail chez Foxconn fait régulièrement la Une des journaux. De multiples augmentations salariales ont eu lieu afin de calmer les esprits et endiguer les départs, notamment suite aux nombreux suicides ayant touché la société.

F.L.