La SNCB pourrait réagir contre le site analysant le fichier de données volées

Etes-vous sur le fichier SNCBgate?
2 images
Etes-vous sur le fichier SNCBgate? - © Tous droits réservés
Rédaction RTBF

Un site web indépendant permet de vérifier si vos coordonnées figurent ou non dans le fichier que la SNCB Europe a laissé anormalement accessible sur son site la semaine dernière. L'opérateur ferroviaire ne semble pas apprécier l'initiative.

La SNCB se distancie du site créé par un internaute, permettant de savoir si l'on figure sur la liste de données privées qui ont été volées. La société ferroviaire indique "étudier les options juridiques" qui s'offrent à elle pour réagir à la création de ce site.

Le site internet en question (sncb.fredericjacobs.com) ne publie pas les données privées des clients mais il les détient et les utilise : il permet à chacun de savoir si telle ou telle personne figure sur la liste et quelles données (date de naissance, adresse e-mail, adresse postale, numéro de téléphone) sont concernées.

Si la SNCB est au courant de l'existence de ce site internet, l'opérateur ferroviaire souligne ne pas être à l'initiative de ce site. "Il semble qu'un internaute a mis en place une fonction de recherche sur laquelle les gens peuvent vérifier si leurs données étaient concernées. Nous en prenons acte, mais nous faisons remarquer que toute diffusion de données privées est illégale. Nous sommes encore en train d'étudier les options juridiques qui sont les nôtres", explique un porte-parole de la SNCB.

Près d'un million et demi de noms

Des noms, des adresses ou des dates de naissance... Au total, plus d'un 1 400 000 clients de la SNCB sont répertoriés sur ce fichier. André Loconte, qui lutte pour la protection des droits des internautes, estime que la SNCB a commis une faute et n'est pas fiable sur le plan de la sécurité informatique.

Quand un internaute révèle la semaine dernière sur un forum l'existence du fichier fuité, la SNCB s'empresse de le retirer. Mais pendant plusieurs semaines, les données personnelles étaient accessibles, simplement à portée de moteur de recherche. Parmi les clients répertoriés : des ministres, des membres des partis politiques, des journalistes ou encore des employés de la Commission européenne.

Du côté de la SNCB, on explique que l'affaire est prise très au sérieux. Mais sans arriver à convaincre les défenseurs des droits des internautes, ou la Commission de la protection de la vie privée.

Etes-vous repris sur ce fichier ? 

Pour répondre à cette question, Frédéric Jacobs a développé son site "SNCB Leak Check". Il suffit de remplir les cases avec votre prénom et votre nom ou votre e-mail. 

Si un cadre orange apparaît, mauvaise nouvelle : vos données ont été exposées sur internet: nom, prénom, date de naissance, adresse mail, adresse postale complète et numéro de portable.

Dans ce cas, le site conseille de déposer une plainte à la Commission de la protection de la vie privée.

Les clients qui ont reçu un mail confirmant leur inscription à une newsletter de la SNCB Europe, suivi d'un autre expliquant le contraire sont susceptibles de s'y retrouver.

RTBF


Publicité