Ce mercredi soir à 20h sur La Une: 22 mars, la Belgique frappée au cœur

Justine Katz: L’objectif de ce reportage est de comprendre comment on en est arrivé aux attentats du 22 mars.
Justine Katz: L’objectif de ce reportage est de comprendre comment on en est arrivé aux attentats du 22 mars. - © Tous droits réservés

"Belgique, frappée au cœur", c’est ce que vous propose la rédaction du journal télévisé ce mercredi soir, une émission spéciale consacrée aux attentats de Bruxelles. La rédaction vous donne rendez-vous dans plusieurs lieux clés, comme l’aéroport de Bruxelles, avec des invités et des reportages. Justine Katz a réalisé une enquête qui sera diffusée ce mercredi soir. Elle pose cette question: comment Bruxelles est-elle devenue la cible des terroristes?

Justine Katz : L’objectif de ce reportage, c’est de comprendre comment on en est arrivé aux attentats du 22 mars. Et pour cela, on va reconstituer le fil des jours qui ont précédé les attaques. Tout commence forcément à Paris le 13 novembre. C’est la même cellule terroriste, mais nous sommes repartis plus précisément du 15 mars 2016. Ce jour-là, il y a cette fusillade à Forest, rue du Dries, qui mènera quelques jours plus tard à l’arrestation de Salah Abdeslam, un commando mis hors d’état de nuire. Mais il restait deux équipes encore cachées dans Bruxelles. Nous avons enquêté et nous avons récolté beaucoup d’éléments très précis qui nous ont permis de reconstituer le puzzle, de comprendre comment tout s’est enchaîné très rapidement. Pour la première fois, nous avons reproduit en 3 dimensions certains moments clés de l’enquête. Nous vous emmènerons au cœur de certaines planques, mais aussi dans les minutes qui ont précédé les attaques. A côté de notre enquête de journaliste, il y a aussi des témoignages exclusifs des policiers, des enquêteurs qui s’expriment pour la première fois sur leur vécu, leur ressenti.

Vous avez travaillé avec nos collègues de la VRT. Qu’est-ce que ça a changé dans l’appropriation de ce dossier?

Justine Katz : On a l’habitude de travailler avec la VRT, d’échanger, mais ici la démarche était totalement différente. Nous avons décidé de tout mettre en commun, partager toutes nos informations et réaliser aussi les mêmes interviews ensemble. Ça nous a ouvert des portes. L’idée, c’était de travailler en commun sans tomber dans le sensationnalisme, mais d’apporter vraiment un éclairage nouveau et c’était aussi symboliquement fort qu’un an après des attentats qui avaient frappé, ému toute la Belgique, les 2 chaînes publiques nationales unissent leurs forces pour réaliser cette enquête.

Des armes toujours cachées

Un an après ces attentats, l’enquête a beaucoup progressé, mais reste-t-il des questions sans réponse?

Justine Katz : Le travail continue. On ne sait toujours pas qui a commandité les attaques, ce fameux Abou Ahmed avec lequel les terroristes sont en contact. Cet homme est encore en Syrie. Des hypothèses circulent, mais il n'y a toujours pas de certitude. On ne sait toujours pas où sont les armes des terroristes, on sait qu’ils en disposaient, mais elles n’ont, à ce stade, pas encore été retrouvées.

La parole va également être donnée aux victimes un an après

Justine Katz : Gérald Vandenberghe va revenir minute par minute sur ces heures qui ont bouleversé la Belgique. Plusieurs destins vont s’entrecroiser, celui de Benjamin qui était dans l’aéroport, celui de Leila qui a pris le métro ce matin-là. Ces témoignages feront écho à ceux des policiers arrivés les premiers sur les lieux ou à certains hauts responsables de l’État qui ont dû gérer cette crise le 22 mars.

Comment les services ont géré la crise, ce sera aussi l’objet d’un reportage, les services de secours au cœur de ce 22 mars. Belgique, frappée au cœur, c’est ce soir à partir de 20 heures en télé sur La Une. 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir