Aller directement au contenu principal

Que va vraiment coûter aux ménages belges le budget fédéral?

MISE AU POINT | Mis à jour le dimanche 25 novembre 2012 à 15h12

  • Une étude de l’Écho/De Tijd a fait circuler le chiffre de 250 euros par an et par ménage. Est-ce vraiment le prix à payer ? Pour en débattre, les ténors socio-économiques et les vice-premiers ministres étaient réunis sur le plateau de "Mise au point".

    "Carabistouilles !", c’est ainsi que Laurette Onkelinx qualifie le chiffre de 250€ par an que coûterait annuellement à chaque ménage belge le nouveau budget, d’après des calculs établis par l’Echo et De Tijd : "Le budget n’est pas indolore, en effet, mais il ne touche pas le pouvoir d’achat des citoyens. On a travaillé sur les dépenses de l’Etat, dites 'primaires', en limitant le remplacement des fonctionnaires, les dépenses de la Sécu, sans toucher le patient. Au niveau fiscal, oui certains seront touchés, mais le Belge moyen n’est pas propriétaire d’une holding, d’un paquet d’obligations, ne bénéficie pas d’intérêts notionnels."

    Didier Reynders observe lui que même si on supposait que ce calcul de 250 euros par ménage soit exact, cela ne représenterait qu’une faible partie de l’effort budgétaire : "Car en supposant qu’on l’ait réparti uniquement sur les ménages, c’est 400 euros par Belge – non par ménage – que cela aurait coûté." Et il insiste sur le fait que cette modération salariale très mesurée va d’abord servir à réduire l’écart en coûts salariaux avec les pays voisins, donc préserver l’emploi.

    Pour Philippe Defeyt également "ces 250 euros ne veulent rien dire. Certains vont en effet perdre beaucoup moins, d’autres plus. Ce qu’il aurait fallu c’est mettre sur la table des mesures qui ont du sens en expliquant pourquoi une contribution accrue des hauts revenus allait pouvoir maintenir l’emploi des jeunes et lutter contre la pauvreté. Ainsi, on aurait pu aller plus loin, du moins les personnes les plus généreuses l’auraient compris." Il considère enfin que le principal perdant de ce budget est l’emploi, pas seulement dans ce budget mais aussi dans les précédents : "Le problème c’est qu’on va repasser la barre des 600 000 chômeurs l’année prochaine. Et même si vous n’êtes pas touché directement par ce budget, vous pouvez l’être indirectement, par exemple parce que votre enfant n’a pas trouvé d’emploi suite à la décision de l’Etat de ne pas remplacer 2% des fonctionnaires… "

    Salaires : bloqués selon les uns ou non selon les autres

    Les syndicats estiment qu’on est face à un blocage des salaires alors que le gouvernement ne parle que de "légère modération". Pour Anne Demelenne, "On ne vient pas d’une page blanche : il y a déjà eu des mesures au début de cette année, qui vont faire que 100 000 chômeurs vont se retrouver à partir du 1er novembre avec 25 à 150 euros en moins. Maintenant c’est au tour des salaires bloqués pour 6 ans." Elle craint encore le fait que les organisations syndicales ne pourront plus revendiquer d’augmentations de salaires globales, mais que les négociations individuelles restent possibles, "à la tête du client".

    Pour Claude Rolin, par rapport à ce qui était sur la table des négociations au début, on a évité le pire : la fin de l’index ou un saut d’index, c’est-à-dire 2,5% de revenus en moins, une perte qui s’additionne chaque année. "Une catastrophe", frémit-il.

    Chacun paie sa part

    Les syndicats estiment ce budget n’est pas juste parce que les autres revenus n’y contribuent pas de la même façon. "Faux, rétorque Joëlle Milquet, l’augmentation du précompte mobilier est un impôt sur le capital supplémentaire. Et c’est lui qui a permis de financer la baisse des charges sur le travail donc de favoriser l’emploi et de soutenir la compétitivité."

    Elle observe aussi avec satisfaction que les syndicats remarquent tout ce qui n’est plus sur la table : "Ni la fin du système de l’index ni le saut d’index ne sont plus envisagés, les augmentations de salaire barémiques auront bien lieu. Mis à part l’Accord interprofessionnel qui tablait sur une augmentation de 0,3% et qui est à présent mis à zéro, les salaires ne sont pas bloqués. Parler de gel des salaires est une déformation de la vérité."

    Karel Van Eetvelt et Pieter Timmermans accordent pour leur part un 8,5 sur 10 au budget fédéral et regrettent juste qu’on touche encore aux intérêts notionnels : "Surtout quand on voit les efforts que les entreprises ont déjà fait sur les 14 milliards d’économie, et cela alors que nous connaissons justement un problème de compétitivité. Dans tous les pays où on a ce problème, on renforce d’abord la compétitivité et puis l’emploi et puis le pouvoir d’achat. Chez nous on essaie toujours de faire l’inverse , déplore Pieter Timmermans.

    "On se trompe de cible", réagit Claude Rollin, "le problème de la compétitivité ce n’est pas juste une question de coût salarial : c’est aussi les efforts de formation, la recherche-développement, la pertinence des produits fabriqués…"

    Karel Van Eetvelt, représente les PME, un secteur qui, dit-il, "dépend directement du pouvoir des gens. Il faut un choc économique pour préserver le pouvoir d’achat et l’emploi. Ce choc n’est pas présent dans le budget."

    Pouvoir d'achat préservé

    Laurette Onkelinx rappelle qu’il y aura un saut d’index en décembre 2012 et encore un autre en 2013, donc que le pouvoir d’achat des ménages va pouvoir évoluer. Et que le budget prévoit de gros moyens pour le bien-être, la diminution des cotisations sociales, les petits salaires, la formation et l’innovation. Mais Pieter Timmermans s’insurge du fait "qu’en Belgique une indexation du salaire de 3,9% ne fait même plus partie de la négociation. Quand on n’obtient que cela et que le reste est bloqué on considère que c’est un échec, alors qu’en Allemagne, par exemple, où les salaires ne sont pas indexés, lorsqu’on obtient 4% d’augmentation c’est une victoire syndicale et tout le monde est content !"

    Le débat se conclut sur la définition du panier de la ménagère, cet ensemble de plus de 500 produits qui servent à calculer l’index. Pour Claude Rolin, si le panier est recalculé en fonction de la consommation des ménages, aucun problème, "mais si c’est avec un objectif de raboter encore un peu plus l’évolution des salaires, c’est non." Pour les syndicats, l’index doit rester représentatif de la consommation des ménages belges. "La grosse question c’est de voir si le mazout va rester dans le calcul de l’index santé ou s’il va en être retiré comme c’est déjà le cas des carburants", ajoute Philippe Defeyt.

    Seul point de quasi-unanimité entre les  interlocuteurs : la politique de retour à l’équilibre budgétaire trop sévère de l’Europe risque de tuer la relance et la croissance. "Nous devons porter ce débat au niveau européen, je ne veux pas d’une austérité inscrite dans les astres" conclut Laurette Onkelinx.

    Le plateau réunissait Laurette Onkelinx, vice-première ministre PS, Joëlle Milquet, vice-première ministre CDH, Didier Reynders, vice-premier ministre MR, Philippe Defeyt, économiste et président du CPAS de Namur, Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB, Karel Van Eetvelt, administrateur délégué Unizo et Claude Rolin, secrétaire général de la CSC.

    Patrick Bartholomé

    Voir

    Derniers commentaires

    • de minole Ras le bol, mais que cherchent les gouvernants? ??? Cette pauvrete est pathetique a cette epoque et ds ce pays! !! on VEUT apauvrir point barre! !! On fait semblant de trouver des solutions, peuple de moutons dirige par des loups! !! et ces politiques qui sont gaves d avantages, ECOEURANT, on va vErs une revolution! !!!!!

      29-11-2012 08:37 | Répondre

    • de zoologie Il faut encore voir que les plus nantis comme certains gagnent plus de 2500000€/an comme le patron de Belgacom qui est payé par des con de gouvernement est bien d'autres patrons du BEL20 c'est là qu'il faut allais chercher l'argent pauvre imbécile et incompétent qui est le gouvernement , les entreprises n'auront, en bout de course, que peu à souffrir de ce budget. Nos hommes politiques ne savent pas gérer que dans leurs budgets s'ils seraient plus malin d'allez chercher l'argents qui coule à flon chez les riches et tout ses ministres avec toutes cette royautés qui ne sert strictement à rien et c'est un gouffre salariale de payé tout ses gens et tout les voyages qu'il faut sur le dos du contribuables comme les taxés à plus de 75%.Mais voilà il ne le feront pas puisque ils sont consernés . Voilà l'intelligence de l'état qui ne vaut rien question finance , qu'ils réfléchissent avant de dire austérité.

      27-11-2012 13:08 | Répondre

    • de stephbel Il faut encore voir que les plus nantis, les entreprises (sous prétexte que si... elles partiront) n'auront, en bout de course, que peu à souffrir de ce budget. Nos hommes politiques ne vont pas inquiéter leurs amis industriels, entrepreneurs, banquiers et continuent de se soumettre au libéralisme. Mauvais calcul, mais on ne le constatera que plus tard. N'oublions pas que les plus gros groupe industriels aux bénéfices plantureux paient peu (ou pas) d'impôts... Grâce, entre autres, aux intérêts notionels. Utiles pour les PME, trop faciles pour les grosses boites. Et avec notre argent tout ça... Le pire, dans tout ça, c'est que plus le budget est à droite, plus les intentions de vote vont à droite. Les électeurs arrivent-ils encore à réfléchir?

      26-11-2012 12:45 | Répondre

    • de jean « Le belge moyens n’est pas propriétaire d’un paquet d’obligation » Après 45 ans de carrière comme employé j’ai placé mon assurance groupe + épargne pension pour assurer un petit complément à ma retraite (1172€ net). Cette somme (environ 50.000€) a été placée à quatre % . L’augmentation de précompte de 15 à 25% sur deux ans me privent de 200 Euros/ans puisque mon complément de retraite passe de 141.7 €/mois à 125€/mois. J’en conclus que d’après le gouvernement je suis un affreux capitaliste qu’il fallait pénaliser suite à l’immense capital amassé au cours d’une vie.

      26-11-2012 12:04 | Répondre

    • de Yan Amare Et ils sont fiers de leur budget ! Il s’agit d’une nouvelle étape vers la paupérisation de la population. Sauf pour les amis banquiers, hommes d’affaires, spéculateurs… Le budget 2014 sera encore pire annonce Olivier Chastel ! A quand une justice fiscale ou tout le monde paie ses impôts en fonction de ses revenus réels ? Certains nantis paient moins d’impôts que leur personnel grâce à toutes les astuces fiscales mises à leur disposition par leurs copains au gouvernement. J’envisage sérieusement de fuir de ce pays dirigé les pantins des puissants.

      26-11-2012 11:04 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • « previous

    Résumé Mise Au Point sur le budget

    next
    • Cliquez pour visionner

      Résumé Mise Au Point sur le budget

    • Cliquez pour visionner

      Séquence décalée de Kevin Dero - MAP 25/11

      Séquence de Kevin Dero et Nelly Mériguet comme introduction au débat de "Mise au Point". Thème du débat: "Budget: le compte est bon?"

    • Mise au point du 25/11/2012

      Le rendez-vous politique se décline en trois volets : - Revu et Corrigé décrypte l'actualité avec humour et sans tabou. Aux commandes : Pierre Kroll entouré de deux comparses. - L'Indiscret où Thomas Gadisseux retrouve son invité pour une interview de 10 minutes les yeux dans les yeux. - Mise au Point : Olivier Maroy et Thomas Gadisseux animent les échanges. Qu'il soit politique ou sociétal, le débat dominical apporte un éclairage sur une question chaude qui a marqué l'actualité de la semaine.

  • Vraie ou fausse cette histoire de 250 € ?
    « previous

    Vraie ou fausse cette histoire de 250 € ?

    Kroll
    next
    • Vraie ou fausse cette histoire de 250 € ?

      Vraie ou fausse cette histoire de 250 € ?

    • Laurette Onkelinx : "Tout le monde ne possède pas des paquets d'obligations"

      Laurette Onkelinx : "Tout le monde ne possède pas des paquets d'obligations"

    • Les organisations patronales accordent un beau bulletin au gouvernement pour ce budget.

      Les organisations patronales accordent un beau bulletin au gouvernement pour ce budget.

    • Anne Demelenne : "Les syndicats ne se servent pas d'un couteau pour frapper les travailleurs dans le dos mais pour beurrer la tartine"

      Anne Demelenne : "Les syndicats ne se servent pas d'un couteau pour frapper les travailleurs dans le dos mais pour beurrer la tartine"

    • Les syndicats estiment que tous ne contribuent pas au budget de façon équitable.

      Les syndicats estiment que tous ne contribuent pas au budget de façon équitable.

    • Le recalcul de l'index est-il un saut d'index masqué ?

      Le recalcul de l'index est-il un saut d'index masqué ?

    • Les produits blancs entrent pour une part toujours plus importante dans les achats des ménages mais leur prix augmentent plus vite que les autres.

      Les produits blancs entrent pour une part toujours plus importante dans les achats des ménages mais leur prix augmentent plus vite que les autres.

    • Tout le monde n'est pas d'accord sur la vraie recette de la relance économique.

      Tout le monde n'est pas d'accord sur la vraie recette de la relance économique.

    • de minole Ras le bol, mais que cherchent les gouvernants? ??? Cette pauvrete est pathetique a cette epoque et ds ce pays! !! on VEUT apauvrir point barre! !! On fait semblant de trouver des solutions, peuple de moutons dirige par des loups! !! et ces politiques qui sont gaves d avantages, ECOEURANT, on va vErs une revolution! !!!!!

      29-11-2012 08:37 | Répondre

    • de zoologie Il faut encore voir que les plus nantis comme certains gagnent plus de 2500000€/an comme le patron de Belgacom qui est payé par des con de gouvernement est bien d'autres patrons du BEL20 c'est là qu'il faut allais chercher l'argent pauvre imbécile et incompétent qui est le gouvernement , les entreprises n'auront, en bout de course, que peu à souffrir de ce budget. Nos hommes politiques ne savent pas gérer que dans leurs budgets s'ils seraient plus malin d'allez chercher l'argents qui coule à flon chez les riches et tout ses ministres avec toutes cette royautés qui ne sert strictement à rien et c'est un gouffre salariale de payé tout ses gens et tout les voyages qu'il faut sur le dos du contribuables comme les taxés à plus de 75%.Mais voilà il ne le feront pas puisque ils sont consernés . Voilà l'intelligence de l'état qui ne vaut rien question finance , qu'ils réfléchissent avant de dire austérité.

      27-11-2012 13:08 | Répondre

    • de stephbel Il faut encore voir que les plus nantis, les entreprises (sous prétexte que si... elles partiront) n'auront, en bout de course, que peu à souffrir de ce budget. Nos hommes politiques ne vont pas inquiéter leurs amis industriels, entrepreneurs, banquiers et continuent de se soumettre au libéralisme. Mauvais calcul, mais on ne le constatera que plus tard. N'oublions pas que les plus gros groupe industriels aux bénéfices plantureux paient peu (ou pas) d'impôts... Grâce, entre autres, aux intérêts notionels. Utiles pour les PME, trop faciles pour les grosses boites. Et avec notre argent tout ça... Le pire, dans tout ça, c'est que plus le budget est à droite, plus les intentions de vote vont à droite. Les électeurs arrivent-ils encore à réfléchir?

      26-11-2012 12:45 | Répondre

    • de jean « Le belge moyens n’est pas propriétaire d’un paquet d’obligation » Après 45 ans de carrière comme employé j’ai placé mon assurance groupe + épargne pension pour assurer un petit complément à ma retraite (1172€ net). Cette somme (environ 50.000€) a été placée à quatre % . L’augmentation de précompte de 15 à 25% sur deux ans me privent de 200 Euros/ans puisque mon complément de retraite passe de 141.7 €/mois à 125€/mois. J’en conclus que d’après le gouvernement je suis un affreux capitaliste qu’il fallait pénaliser suite à l’immense capital amassé au cours d’une vie.

      26-11-2012 12:04 | Répondre

    • de Yan Amare Et ils sont fiers de leur budget ! Il s’agit d’une nouvelle étape vers la paupérisation de la population. Sauf pour les amis banquiers, hommes d’affaires, spéculateurs… Le budget 2014 sera encore pire annonce Olivier Chastel ! A quand une justice fiscale ou tout le monde paie ses impôts en fonction de ses revenus réels ? Certains nantis paient moins d’impôts que leur personnel grâce à toutes les astuces fiscales mises à leur disposition par leurs copains au gouvernement. J’envisage sérieusement de fuir de ce pays dirigé les pantins des puissants.

      26-11-2012 11:04 | Répondre

    • de clg Ce que je constate c’est que de mesures en mesures on nous pompe de plus en plus à seule fin de renflouer ces escrocs que sont les banques. Les Onkelinx, Reynders et autres consort sont tous des menteurs à la solde de leurs copains les banquiers. S’ils ne l’étaient pas ils prendraient des mesures radicales contre ces voleurs en leur disant simplement d’aller se faire f…. On nous ment sans cesse à seule fin de nous faire peur au point que la plupart des travailleurs sont prêt à laisser une partie de leur salaire pour « aider » … tu parles ! Après ces mesures, d’autres mesures viendront et d’autres encore, le seul étant de nous pomper jusqu’à la moelle. C’est plus facile de tenir un peuple qui a faim.

      26-11-2012 10:28 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour