Aller directement au contenu principal

MédiaTIC : "Quand les 'twittos-reporters' font valoir leurs droits d'auteurs"

MATIN PREMIERE | vendredi 18 janvier 2013 à 8h21

  • L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Robin Cornet.

    Dans la course à l'info, les médias se tournent de plus en plus vers les réseaux sociaux pour trouver les premières images d'un événement. Une évolution qui pose la question des droits d'auteurs qui, souvent, ne sont pas respectés.

    Quand un hélicoptère s'écrase à Londres, après avoir percuté une grue, la BBC Radio annonce la nouvelle en citant des tweets. Il ne faut que quelques dizaines de minutes pour que des photos soient publiées sur les grands sites d'info. Des images venant, dans un premier temps, essentiellement du web. Prises aux premiers instants de l'accident, elles montrent l'hélicoptère en flammes au dessus duquel s'élève en colonne de fumée sombre. En fin d'après-midi, Craig Jenner a été surpris de voir l'une des photos qu'il avait postée sur Twitter s'étaler en "une" de l'Evening Standard. Le quotidien du soir reconnaît qu'il n'a pas contacté Jenner. Pas le temps, c'était la course, explique un responsable. "Mais on garde toutes les informations sur les photographes dans notre base de donnée et si Jenner réclame des droits d'auteurs, il n'y a aucun doute qu'il sera payé". Le Guardian qui a fait la même chose explique que pendant longtemps, les médias se retranchaient derrière l'idée qu'une photo postée sur Twitter tombait, quelque part, dans le domaine public. Mais tout le monde le sait, admet le journal, légalement, c'est le photographe qui est le seul propriétaire (même si Twitter, dans ses conditions d'utilisation, s'octroie une licence).

    Les photographes professionnels ne voient pas d'un très bon œil cette concurrence des amateurs.

    En France, notamment, l'Union des photographes professionnels demande des mesures pour lutter contre "l'insupportable concurrence des amateurs". Elle souhaite que la publication de photos par le secteur de l'édition ne puisse plus se faire sans rémunération pour l'auteur, même s'agissant d'un amateur. La réaction est d'autant plus vive que le secteur de la photo de presse en crise. On a vu récemment plusieurs faillites d'agences. Le Guardian expliquait hier qu'en Grande Bretagne, l'ère de la gratuité est peut-être en train de toucher à sa fin, le public ayant lui-même pris conscience de la valeur des photos. Les médias ont créé des plateformes participatives. Ils ont investi Instagram, comme le Time Magazine par exemple. Bref, ils incitent les internautes à partager leurs bonnes photos. Mais ces derniers sont de plus en plus nombreux à demander à être payés en retour.

    La justice américaine a condamné, lundi, l'Agence France Presse pour avoir utilisé sans autorisation des photos publiées sur Twitter.

    L'histoire se passe en 2010, pendant le tremblement de terre d'Haïti. Sur place, un photographe américain partage certaines de ses photos via le service Twitpic. Des internautes les copient et les republient sur Twitter. L'un d'eux va même jusqu'à proposer aux agences de presse d'acheter ces clichés... qui ne sont donc pas à lui ! L'AFP tombe dans le panneau et paie une licence. Ces photos d'enfants sortant des décombres sont fortes et feront la Une de plusieurs quotidiens. Mais le vrai photographe, Daniel Morel, se manifeste et réclame son dû. L'AFP refuse. Assignée devant un tribunal américain, l'agence invoque "les pratiques des utilisateurs de Twitter". Ils partagent, copient, citent et réimpriment… Par conséquent, il y aurait Implicitement, un "droit élargi à la ré-utilisation". Non, a tranché le juge, qui a condamné l'AFP ainsi que le Washington Post, l'un des journaux à avoir repris les fameuses photos. Le message est clair : les médias n'ont qu'à vérifier l'origine des images qu'ils publient.

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Une du London Evening Standard
    Image précédente

    Une du London Evening Standard

    Evening Standard
    Image suivante
    • Une du London Evening Standard

      Une du London Evening Standard

  • MédiaTIC 18/01/13
    • MédiaTIC 18/01/13

Les suggestions du jour

  • Inondations en Brabant wallon: d'où venait l'eau ? Qui va payer ?

    31 juillet 2014, 08:30

    "Nous n'avons jamais vécu un tel chaos, il faudra du temps pour que la population s'en remette", ce sont les mots du bourgmestre d'Ittre, mercredi soir, au moment de tirer un premier bilan des inondations de mardi. Certains ont tout perdu. Trois questions se...

  • France: un siècle après, la récupération politique de Jean Jaurès

    31 juillet 2014, 09:51

    Il y a 100 ans jour pour jour, à l'aube de la Grande guerre, Jean Jaurès était assassiné. Un siècle après, cet homme de gauche, ce républicain défenseur des prolétaires, est devenu une référence pour toute la classe politique française : gauche,...

  • La Belgique et le monde au bord d'une exctinction massive des espèces

    31 juillet 2014, 09:18

    Le monde est peut-être au début d'une nouvelle période d'extinction massive des espèces, la sixième que connaîtrait la planète. D'après une étude de l'université de Stanford, la disparition de certaines espèces animales s'accélère en effet...

L'actualité en images

FOCUS: patisseries tendance

jeudi 31 juillet 2014

Ruches d'aéroport

jeudi 31 juillet 2014

Dernier jour des soldes

jeudi 31 juillet 2014

Inondations à Ittre et Clabecq

mercredi 30 juillet 2014

Inondations : les causes

mercredi 30 juillet 2014

Toutes les vidéos de l'info