Aller directement au contenu principal

Histoire du Monde : immigration et généalogie

MATIN PREMIERE | jeudi 13 septembre 2012 à 4h50

  • L’immigration fait parfois perdre ses racines. Deux londoniens, immigrés de seconde génération, ont lancé un nouveau réseau social destiné à aider les personnes originaires du sous-continent indien à reconstituer leur généalogie. Robin Cornet.

    "Quand ma grand-mère a eu la maladie d’Alzheimer, toutes les grandes histoires qu’elle nous racontait ont juste disparu", dit Saima Mir à la BBC. "J’ai essayé, ensuite, de retracer notre histoire familiale, mais j’ai réalisé qu’on n’avait même pas noté les dates de naissance ou d’anniversaire". La jeune femme est co-créatrice de ce nouveau site http://www.whosthedaadi.com. Avec deux A. C’est un jeu de mot. Ça sonne à la fois comme "qui est le père" et pour les Indiens et Pakistanais, daadi, c’est aussi la grand-mère. Les sites de généalogie, ce n’est pas neuf, mais ici, il est conçu comme un réseau social, avec une architecture inspirée de Facebook et Twitter.

    Des millions de familles originaires des pays du sous-continent indien sont installées aux quatre coins du monde et en particulier dans les pays anglo-saxons. Des millions d’autres se sont déplacées dans la région. Et l’idée est de permettre à tout le monde d’entrer en contact, de chercher des noms de famille, d’échanger des photos, pour essayer d’assembler les pièces de leur puzzle familial. Samir Mir a mis une photo de sa mère, prise le jour de son mariage, en 1973, en espérant que de lointains parents puissent s’identifier ou reconnaitre des proches parmi les invités.

    Chaque utilisateur se crée un profil, indique son nom, le village ou la ville d’où sa famille vient, avec un maximum d’informations : un nom de rue, une école, un club de sport… Tout ce qui peut donner des indications à d’autres utilisateurs dont les familles sont originaires de la même région.

    Le site est pour l’instant en phase de test. Il deviendra vraiment une base de données consultable lorsqu’il y aura assez de participants. Actuellement, la moitié du trafic vient de Grande Bretagne, l’autre moitié d’Inde et du Pakistan, essentiellement des métropoles de New Delhi et Karachi. Le concept d’whosthedaadi pourrait inspirer d’autres communautés. Mais son utilité dépendra de son succès.

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Arbre généalogique
    Image précédente

    Arbre généalogique

    Google
    Image suivante
    • Arbre généalogique

      Arbre généalogique

  • Histoire du Monde 13/9/12
    • Histoire du Monde 13/9/12

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info