RTBF.be - Elections Communales 2012 - Jette (1090)

Aller directement au contenu principal

Jette

  • Région: Bruxelles
  • Superficie: 5 km²
  • Population: 47947 habitants
  • Bourgmestre: Hervé Doyen CDH
  • Coalition: LBJ : (CDH-CD&V)-MR-OpenVLD-ECOLO-Groen-FDF

2012: élections communales et provinciales, pour quels enjeux?

02 janvier 2012, 08:36

Le 14 octobre nous repasserons aux urnes. Au niveau des communes, en fonction de la Région où l'on habite, le mode de désignation des bourgmestres est différent depuis 2006.

En Wallonie, et en Wallonie seulement, le bourgmestre désigné est le candidat qui a obtenu le plus de voix sur la liste la plus importante de la majorité. Résultat, en 2006, il y a eu quelques surprises.

Le fait d'être tête de liste d'un parti dominant ne garantit plus, par exemple, de devenir bourgmestre. C'est un changement de taille et pour ce scrutin, il faudra à nouveau s'attendre à des surprises. Les élections communales sont des élections particulières. On vote autant, si pas plus, pour un candidat qu'on connaît ou qu'on apprécie, que pour un parti. Malgré tout, en Flandre, on scrutera les résultats de la N-VA qui  veut réussir son implantation locale, avec un duel au sommet annoncé à Anvers entre le bourgmestre socialiste, Patrick Janssens, et Bart De Wever.

Au sud du pays, c'est inévitablement le score du PS, le parti du Premier ministre, qui retiendra surtout l'attention.

Question enjeu, il y a l'arrivée de Rudy Demotte à Tournai, le premier duel entre Paul Magnette et Olivier Chastel à Charleroi, un Willy Demeyer à Liège qui n'aura plus Didier Reynders, parti à Uccle, face à lui et enfin, un scrutin annoncé comme très serré à Bruxelles-ville mais aussi et surtout à Namur où le bourgmestre sortant, Jacques Etienne, ne souhaite plus rempiler.

Elections provinciales en Flandre et en Wallonie, pas à Bruxelles

En région bruxelloise, il n'y a plus de province et donc, on ne vote plus pour élire des conseillers provinciaux... Mais, en Wallonie les provinces vont subir un vrai lifting.

Certains auraient voulu les supprimer. On ne va pas aussi loin. Mais, pour être un changement, ce sera un changement de taille. L'accord du gouvernement wallon en 2009 l'avait prévu et pour cette élection, il sera d'application: le nombre de conseillers provinciaux va passer de 336 à 223, diminuant d'un tiers.  

Le Hainaut et Liège, par exemple, les provinces les plus peuplées, perdront chacune 28 élus... 

Et rebelote avec les députés provinciaux, qui dirigent les provinces. Partout, leur nombre va diminuer. A Namur ou dans le Brabant wallon, ils passeront d'un coup de 6 à 3. 

Autre changement, même si c'était déjà le cas, à l'avenir, chaque province aura des priorités propres. 

Ainsi, le Hainaut, le Brabant wallon et le Luxembourg, qui ont des particularités et des spécificités assez différentes, feront de plus en plus des choses différentes. 

Sur le plan politique, chose amusante, sur cinq provinces wallonnes, on trouve un peu de tout comme coalition: PS-MR dans le Hainaut ou à Liège, cdH-PS dans le Luxembourg et MR-Ecolo dans le Brabant wallon...

Et en Flandre

En Flandre tous les regards se portent vers Anvers où la bataille pour le maïorat opposera le bourgmestre Patrick Janssens, SP.a et Bart de Wever, le président de la N-VA. La N-VA qui entend concrétiser sa victoire fédérale à l'échelon local.

Bart De Wever avait pris de bonnes résolutions pour 2012 à savoir: passer sous la barre des 100kg et gagner les élections communales. 

Pour la première bonne résolution, le chef de file du parti nationaliste flamand a déjà mission accomplie. Pour la deuxième résolution, gagner les élections communales, on n'aura la réponse que le 14 octobre.

Ce qui est sûr, c'est que le président de la N-A travaille à fond depuis des mois sur l'échéance du 14 octobre. D'une part, les nationalistes se sont séparés du CD&V à l'échelon communal. D'autre part, ils ont mis en place des sections locales. 

En quatre ans, le nombre de sections locales N-VA est passé de 110 à près de 300. Cela signifie donc que le parti est désormais en mesure de se présenter dans la plupart des communes flamandes et bruxelloises.

Et la création de ces sections n'est pas sans conséquences sur le paysage politique local flamand. Car pour recruter, la N-VA, se tourne bien souvent vers les déçus d'autres partis. Les transferts se multiplient ces derniers mois. Dernier mouvement en date, l'ex-sénateur CD&V Pol Van Den Driessche annoncé tête de liste à Bruges la semaine dernière. 

Pour la N-VA, l'enjeu communal est de taille. Une victoire permettrait de garantir une assise locale au parti, c'est le chaînon manquant de la success story nationaliste.

Marc Sirlereau et Baptiste Hupin avec Ju. Vl.

Les élections communales du 14 octobre 2012

Têtes de listes

Population

Evolution sur 20 ans.

Finances

Solde ordinaire de
l'exercice propre.

€ par habitant

Richesse

Revenu moyen par habitant

de la moyenne régionale

Taux de chômage

 
 

Moyenne régionale:

Délinquance

 

Délits par mille habitants.

de la moyenne provinciale

Le Votomaton