La Belgique bat son record de faillites en 2013

Le secteur Horeca est l'un de ceux les plus exposés à la faillite (une terrasse à Ostende).
Le secteur Horeca est l'un de ceux les plus exposés à la faillite (une terrasse à Ostende). - © KURT DESPLENTER - BELGA

Au chapitre économique, l'année 2013 s'est terminée sur un triste record : celui du nombre de faillites. Plus de 12 300 entreprises ont mis la clef sous le paillasson, une hausse de 11 % par rapport à 2012, année où le record avait déjà été battu.

C'est la Wallonie et Bruxelles qui sont les plus concernées par ce problème. Les secteurs les plus touchés sont l'Horeca et la construction.
Xavier Mouligneau a demandé à Philippe Ledent, économiste à la banque ING, si on pouvait espérer un renversement de tendance en 2014. Ecoutez sa réponse ci-contre.

Hier, l'Union des classes moyennes, l'UCM, a réagi à ces chiffres. Elle demande un renforcement de la politique de lutte contre les faillites.
L'UCM préconise notamment la réduction "drastique" des charges sociales et fiscales. Elle souhaite aussi un meilleur accompagnement des entreprises pendant les 3 premières années.

Espérances pour 2014

Le président de la Bourse de Bruxelles, Vincent Van Dessel estime que 2013 était une année de transition au niveau économique : "Il n'y a pas d'euphorie, il y a certainement une envie de reprise, mais cela ne dépend pas uniquement de nous. En général, je trouve que le gouvernement a fait du bon travail, à l'exception du débat sur les salaires, où là je pense qu'ils sont complètement à côté de la plaque. C'est tout le débat sur les salaires qui est mal fait : je préférerais un débat sur 'comment va-t-on relancer l'économie ?', 'comment va-t-on pousser les entrepreneurs à reprendre des risques ?' Une société ne peut pas progresser s'il n'y en a pas certains qui prennent des risques. Et si par après, ceux-là sont considérés comme des gens qui gagnent trop d'argent, ça ne va pas. vous n'aurez plus personne pour prendre des risques. Pour 2014, j'espère qu'il y aura un vrai débat sur notre société. Les élections sont là - on aura malheureusement beaucoup de populisme, beaucoup de grandes déclarations contre ceci et cela ; moi je voudrais des déclarations 'pour' quelque chose : pour l'entrepreneuriat, pour les gens qui osent se mouiller la chemise."

Odile Leherte & Xavier Mouligneau

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité en images