Caterpillar: "Cette réunion a une nouvelle fois prouvé toute l'impuissance des politiques"

Les syndicats de Caterpillar déçus des réponses négatives obtenues
Les syndicats de Caterpillar déçus des réponses négatives obtenues - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Les syndicats de Caterpillar sont sortis déçus de la réunion prévue vendredi après-midi à Namur avec les représentants des gouvernements fédéral et régional. "Plusieurs points importants étaient sur la table. Malheureusement, les réponses que nous avons obtenues sont négatives", a ainsi regretté Ivan del Percio (FGTB Métal) au terme d'une entrevue qui aura duré près de trois heures.

Nous avons appris vendredi que le SPF Emploi s'y oppose

Le front commun syndical avait notamment plaidé pour une mesure dérogatoire permettant les départs anticipés dès 52 ans et demi. "Nous avons appris ce vendredi que le SPF Emploi s'y oppose", a expliqué le responsable du syndicat socialiste.

Même réponse négative aux exonérations fiscales réclamées par les représentants des travailleurs sur une partie des indemnités de rupture alors que ces exonérations avaient été accordées dans d'autres dossiers, et notamment lors de la fermeture de Ford Genk. "Sur ce point, on nous a dit que la loi avait changé en 2014 et qu'il n'y aurait pas de modalités particulières d'application pour les travailleurs de Caterpillar. La loi actuelle sera respectée", a poursuivi Ivan del Percio.

"Ces refus ne nous faciliteront pas la tâche alors que les négociations sont déjà très difficiles", a-t-il déploré.

On imagine mal qu'il arrive à Gosselies alors que l'on est en train de négocier

Quant aux éventuels repreneurs du site, aucun détail n'a filtré. "On sait qu'il y en a plusieurs, mais on ignore leur identité", a encore affirmé le responsable de la FGTB. Selon ce dernier, la visite d'un investisseur russe, dès la semaine prochaine, est par ailleurs improbable. "On imagine mal qu'il arrive à Gosselies alors que l'on est en train de négocier."

"Cette réunion fort peu constructive a une nouvelle fois prouvé toute l'impuissance des politiques. Ils n'ont pas pu empêcher la fermeture de Gosselies et ils ne peuvent même pas s'engager du côté des travailleurs", a enfin résumé M. del Percio.

Son de cloche identique du côté de la CSC, même si on s'y montre moins loquace, accordant la "priorité aux travailleurs pour les détails de la réunion".

Etaient autour de la table, ce vendredi, le front commun syndical; des représentants des cabinets fédéraux du Premier ministre, du ministre de l'Emploi et du ministre des Finances ainsi que des responsables des cabinets Magnette et Marcourt au niveau régional.

Une nouvelle réunion de conciliation, avec la direction de Caterpillar cette fois, devrait avoir lieu dans les prochains jours au SPF Emploi.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir