Le marché du drone professionnel prêt à décoller

Le marché du drone professionnel prêt à décoller
Le marché du drone professionnel prêt à décoller - © Tous droits réservés

En Europe et aux États-Unis, le monde de l’entreprise s’intéresse de très près aux drones, selon les consultants du Boston Consulting Group : ce marché pourrait décoller dans les années qui viennent pour sans doute valoir quelque chose comme 37 milliards de dollars en 2035, avec au même moment environ 400 000 drones en circulation pour l’industrie.

Agriculture et assurances

Au-delà de ces projections, qui restent évidemment un peu aléatoires, le message du BCG est clair, pour les drones, il ne faut pas penser loisirs, mais il faut penser industrie. Pour Alexandre Amoukteh, managing partner de BCG à Bruxelles, "il va y avoir vraiment un essor de l’usage industriel et l’industrie où on verra le plus d’impact économique, c’est l’agriculture". On peut utiliser les drones pour survoler les champs et avoir une vue très granulaire de l'évolution des cultures et des besoins en insecticides par exemple, explique-t-il, d'où gain en précision et en coût, mais aussi au niveau de la pollution et de l'efficacité.

D'autres secteurs pourraient aussi utiliser massivement les drones. Il y en a plusieurs, mais un des plus importants, ce sera sans doute le secteur des assurances. Imaginez un tremblement de terre, une grosse inondation : les assureurs pourront envoyer rapidement un drone qui prendra toutes les images nécessaires pour constater l’ampleur des dégâts. Les assureurs pourront ensuite traiter plus rapidement les demandes légitimes d’indemnisation et en même temps — c’est l’espoir en tout cas — réduire le taux de fraude puisque les images seront là. Mais on peut imaginer aussi un intérêt pour les accidents de voiture par exemple.

"Les assureurs commencent d’ailleurs à utiliser des drones à petite échelle sur des accidents de voiture. Au lieu d’envoyer un expert chez le carrossier, vous avez un drone qui est placé chez le carrossier, une voiture arrive, le drone fait le tour de la voiture, on voit les clichés. C’est basique pour l’instant, mais on peut très vite imaginer ce que ceci pourrait rendre à une échelle plus élevée", explique Alexandre Amoukteh. Et en plus, il ne faut pas oublier que les compagnies d’assurances vont évidemment vendre les polices d’assurance qui vont assurer ces drones...

Livraisons par drones

Amazon a réalisé sa première livraison par drone en décembre dernier : ce type de service est appelé à se développer. Le BCG estime qu’à terme, 1% des livraisons se feront avec des drones. 1%, ça ne donne pas l’impression d’être très lourd, mais il faut quand même rappeler qu’il y a une contrainte de poids et de taille avec cette livraison par drone. On livrera donc des petits colis en ville, voire peut-être en proche banlieue, mais pas au-delà, toujours à cause de ce problème de poids. Il faut aussi rappeler que pour que ce type de service soit rentable, il faut qu’un seul opérateur puisse piloter plusieurs drones en même temps, ce qui, à ce stade, n’est pas permis.

Sur le marché des drones pour les entreprises, l'essentiel de leur valeur ajoutée, 50%, viendra des services informatique, selon le Boston Consulting Group. On ne parle donc pas de la fabrication des drones, pas de leur pilotage, pas même de leur maintenance. En fait, les drones vont récolter énormément de données qu'il va falloir transmettre, sauvegarder, analyser, traiter pour qu’ensuite les entreprises puissent agir.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir