Aller directement au contenu principal

La Crimée peut-elle s'en sortir économiquement sans l'Ukraine?

ECONOMIE | Mis à jour le vendredi 14 mars 2014 à 13h38

  • Au-delà du vote dimanche en Crimée sur son rattachement à la Russie, se pose une question essentielle pour l'avenir de la péninsule: quelles seront les conséquences économiques si elle décide de couper les liens avec l'Ukraine?

    Une semaine avant le vote, un parlementaire russe a annoncé que Moscou était prêt à soutenir à hauteur de plus d'un milliard de dollars la péninsule au sud de l'Ukraine, point d'accès stratégique à la Mer noire, et qui est de facto aujourd'hui sous le contrôle russe.

    Du côté ukrainien, Kiev promet de "couvrir toutes les dépenses budgétaires en Crimée (...) la Crimée sera financée comme d'habitude", selon le ministre des Finances ukrainien Olexandre Chlapak.

    L'Ukraine assure aux deux millions d'habitants de la Crimée, dont la superficie est légèrement inférieure à celle de la Belgique, 85% des ressources d'eau de la péninsule et 82% de son électricité, affirme l'expert en énergie Mykhaïlo Gontchar, du centre Nomos à Kiev, contacté par l'AFP.

    Les besoins en gaz de la Crimée sont tout juste couverts par la compagnie d'Etat Tchornomornaftogaz qui extrait 1,6 milliard de mètres cubes de gaz naturel de la Mer noire chaque année, souligne l'expert.

    Or, si la Crimée est rattachée à la Russie, cette dernière "ne sera pas capable de compenser à court terme les ressources que l'Ukraine fournit à la Crimée, parce que les infrastructures pour le faire n'existent pas entre la Russie et la Crimée", avertit-il.

    Un minuscule bras de mer sépare de la Russie l'extrême Est de la Crimée. Si le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a signé le 3 mars un décret concernant la construction d'un pont, celui-ci ne sera pas achevé avant des années.

    Où sont les touristes ?

    Pour la Crimée, une destination de premier choix à l'époque soviétique et encore maintenant pour les vacanciers russes, le tourisme est l'un des piliers majeurs de son économie.

    Mais avec l'arrivée de soldats russes et de navires de guerre, les stations balnéaires, comme celles de Yalta ou Evpatoria, craignent déjà de lourdes pertes et une mauvaise saison touristique.

    "Beaucoup de gens ont décidé de ne pas aller en Crimée parce que c'est dangereux, ce n'est pas un endroit sûr", explique Sevguil Mousaïeva, célèbre journaliste ukrainienne.

    "L'année dernière, il y avait plus de deux millions de touristes en Crimée, qu'est-ce que ça va être cette année? Je ne peux pas l'imaginer", s'inquiète la journaliste.

    Les entreprises, qui risquent de perdre leurs clients si la Crimée est rattachée à la Russie, "sont juste choquées par cette situation, elles n'arrivent pas à le croire. Hier, c'était un territoire ukrainien, maintenant il y a plein de soldats près des bureaux, beaucoup de drapeaux russes dans les mairies, dans les écoles".

    Si les entreprises ne cèdent pas encore à la panique, selon la journaliste, la situation économique déjà tendue de la péninsule ne pourra qu'empirer au fur et à mesure que s'aggrave la crise diplomatique, estime Olexiï Chorik, président du Fonds de développement pour la Crimée.

    Un territoire perdu

    Outre le tourisme, l'un des moteurs de l'économie de la péninsule est l'agriculture. Or celle-ci est "très dépendante des ressources en eau (qui) proviennent du reste de l'Ukraine, donc on a très peur qu'elles ne soient coupées si la situation empire", note M. Chorik.

    "Il est ridicule de dire qu'il y aura des investissements en Crimée si les troubles continuent. La Crimée est un territoire perdu pour le développement économique", souligne-t-il.

    Mercredi, les dirigeants autoproclamés de la Crimée ont prévenu qu'ils allaient commencer à saisir les entreprises d'Etat ukrainiennes, tout en assurant qu'ils ne toucheraient pas aux sociétés privées.

    Chaque année, l'Ukraine consacre 2,8 milliards de hryvnia (220 millions d'euros) à la Crimée, selon Valeriï Tchali, directeur adjoint du centre Razoumkov, un think-tank basé à Kiev, et ancien vice-ministre des Affaires étrangères d'Ukraine.

    Si Moscou verse 1,1 milliard de dollars comme l'a affirmé le parlementaire russe Pavel Dorokhine, membre du comité de la Douma russe sur l'industrie, "ce ne sera pas assez pour maintenir les nouvelles autorités et confirmer toutes les garanties sociales des citoyens de Crimée", notamment leurs pensions et leur salaires, a expliqué à l'AFP M. Tchali.

    Et si l'économie de la Crimée pâtit pour avoir coupé ses liens avec l'Ukraine, cette dernière ne verra aucune différence, du moins à court terme, continue M. Tchali.


    AFP

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
    1000 caractères max
    Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules ou les espaces.
  • Un homme passe devant une affiche représentant la Crimée sous les couleurs de la Russie, à Sébastopol le 13 mars 2014
    Image précédente

    Un homme passe devant une affiche représentant la Crimée sous les couleurs de la Russie, à Sébastopol le 13 mars 2014

    Viktor Drachev
    Image suivante
    • Un homme passe devant une affiche représentant la Crimée sous les couleurs de la Russie, à Sébastopol le 13 mars 2014

      Un homme passe devant une affiche représentant la Crimée sous les couleurs de la Russie, à Sébastopol le 13 mars 2014

    • Une personne porte un drapeau russe devant le Parlement de Crimée, à Simféropol le 13 mars 2014

      Une personne porte un drapeau russe devant le Parlement de Crimée, à Simféropol le 13 mars 2014

Les suggestions du jour

  • Sud-Soudan: un rescapé de Srebrenica sauve des milliers de civils du carnage

    22 septembre 2014, 15:37

    Nedzad Handzic est le seul de sa famille à avoir échappé au massacre de Srebrenica au milieu des années 90. Devenu policier et engagé en tant que membre des forces de maintien de la paix de l'Onu, il a évité à des milliers de Sud-Soudanais de périr...

  • Windows 9: une nouvelle version plus "sage" pour les entreprises?

    22 septembre 2014, 11:55

    La prochaine version de Windows sera sans doute présentée officiellement le 30 septembre. Mais contrairement à Apple, Microsoft laisse généralement filtrer quelques informations pour appâter le consommateur ou susciter des réactions. C’est encore le...

  • Chefs-d'œuvre en péril: les pigments ne sont pas éternels

    22 septembre 2014, 09:42

    Les chefs-d’œuvre s'abiment à cause des couleurs qui s'altèrent. Ainsi, les Tournesols de Van Gogh virent au brun et le jaune du Cri de Munch prend une teinte ivoire. Nos chefs-d’œuvre ne sont donc pas immortels et sont même en danger, s'inquiètent...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info
Les cours de la Bourse en temps réel

Vu sur le web

Dernière Minute