Aller directement au contenu principal

Philips Turnhout: 218 emplois supplémentaires menacés

ECONOMIE | Mis à jour le lundi 5 novembre 2012 à 18h41

  • "Certains changements organisationnels s'imposaient afin de conserver notre compétitivité et de faire face aux développements économiques actuels et futurs", a commenté lundi Alasdair Waugh, directeur de Philips Turnhout, au terme d'un conseil d'entreprise extraordinaire au cours duquel la suppression de 218 emplois supplémentaires a été annoncée.

    En juin dernier, le groupe avait déjà fait part de son intention de faire passer à la trappe 136 emplois. "Aujourd'hui, la direction se voit dans l'obligation de revoir sa position à la suite de nouveaux développements", a précisé Philips.

    Au total, 354 emplois - 156 postes d'ouvriers et 198 postes d'employés et de cadres - sont désormais menacés à Turnhout.      

    "La pression du marché sur les lampes à décharge à haute intensité (HID), comme celles produites à Turnhout, ne cesse de s'intensifier, en raison des évolutions rapides sur le marché de l'éclairage avec l'arrivée de l'éclairage LED, des pressions concurrentielles accrues des pays asiatiques et de l'érosion des prix qui en découle", a encore justifié la direction qui pointe par ailleurs "une baisse des volumes de production planifiés pour les deux années à venir".   

    "Ces nouveaux développements, associés à l'annonce d'économies supplémentaires pour l'ensemble du groupe à l'échelle mondiale, rendaient indispensable une adaptation de l'intention annoncée en juin dernier", a poursuivi le groupe.      

    Selon ce dernier, la réorganisation se déroulera en plusieurs phases, à partir de fin 2012 et tout au long de 2013 et de 2014. "Le calendrier fera également l'objet de discussions avec les partenaires sociaux", a conclu Philips qui "mettra tout en œuvre pour accompagner les salariés concernés dans leur recherche d'emploi."      

    Spécialisé dans le développement et la production d'applications d'éclairage écoénergétiques à usage professionnel, le site de Philips à Turnhout emploie 1533 salariés, dont 620 employés et cadres et 913 ouvriers.

    Les syndicats dénoncent un mauvais management

    Les syndicats du site de Philips à Turnhout ont dénoncé, lundi, le "mauvais management stratégique" qui met en péril un total de 354 emplois. "Les coûts salariaux ne représentent que 4 pc du prix du produit. Selon nous, la production de lampes LED, délocalisée en Asie du sud est, aurait parfaitement pu se poursuivre à Turnhout", a expliqué Ortwin Magnus (FGTB).

    Le syndicat socialiste craint par ailleurs pour l'avenir du site, malgré les propos rassurants de la direction.

    Quant à la CSC, elle évoque elle aussi l'hypothèque qui pèse sur l'usine. "Les volumes sont réduits et certaines productions sont stoppées. Nous regrettons que Turnhout n'ait pas de rôle à jouer alors que la technologie LED envahit le marché", a souligné Leo Lauwerysen (CSC).

    Arrêt de travail spontané du personnel

    Les travailleurs de différentes unités du site de Philips à Turnhout ont débrayé spontanément lundi midi, ont indiqué les syndicats. "Il s'agit de travailleurs des équipes du matin, qui terminaient à 14 heures, ainsi que des salariés des équipes de jour, dont des employés. Ils se sont rassemblés dans le réfectoire et n'ont pas repris le travail après leur pause", a expliqué Leo Lauwerysen (CSC).

    Selon ce dernier, les syndicats n'ont pas appelé à la grève mais soutiennent les grévistes. "Une action de longue durée ne nous semble pas être une bonne idée parce que ça pourrait être un cadeau pour Philips mais nous comprenons l'émotion des gens et nous soutenons complètement leur mouvement."

    Par ailleurs, le personnel d'entretien a lui aussi débrayé, mettant à l'arrêt toutes les lignes de production.

    Voka Kempen : "2556 emplois disponibles dans la région"

    Selon Voka Kempen, la section campinoise de la chambre de commerce flamande, les entreprises de la région de Turnhout ont suffisamment d'emplois à pourvoir pour les travailleurs licenciés de Philips, sans formation supplémentaire nécessaire.

    "En tant que région fortement industrielle, la Campine ressent toujours rapidement les conséquences de la crise et la réalité économique changeante", explique Jan Hendrickx, directeur général de Voka Kempen. "Mais il ne faut pas sous-estimer le dynamisme et le réseau économique" de la Campine, ajoute-t-il.

    De plus, la région de Turnhout présente suffisamment de postes vacants que les employés licenciés pourraient directement remplir. "Le VDAB (Service flamand de l'emploi et de la formation, ndlr) a ouvert 2.556 postes. Pour 1.391 d'entre eux, aucune formation n'est requise ou seul le deuxième degré secondaire", explique Jan Hendrickx.

    Avec Belga

    Voir

    Derniers commentaires

    • de CorineBarella Je suis assez choquée que le titre ne dise pas "délocalisation en Chine", car c'est un peu se foutre du monde d'accuser la récession puis de se barrer pour produire là où les salariés sont quasi des esclaves et les mobilisations sociales réprimées durement par le pouvoir. #boycott Philipps!

      05-11-2012 21:28 | Répondre

    • de vigneron_s Il est temps que la Wallonnie se sépare de la Flandre victorieuse... et républicaine!

      05-11-2012 19:51 | Répondre

    • de Jaime Ces commentaires de Wallingants se réjouissant de la mise à pied de travailleurs flamands sont navrants. Quelles valeurs défendez-vous, à part le fait d'être Wallons? Et en quoi êtes-vous supérieurs à la NVA dans vos propos? Je ne suis même pas sûr que ceux-là se sont réjouis des licenciements chez Duferco et Arcelor. Sortons de nos régionalismes débilitants ce serait ça, la vraie réponse à Bart De Wever.

      05-11-2012 16:11 | Répondre

    • de Sieg Heil Les multinationales ont peur de Bart et de sa NVA, elles se barrent de Vlaanderen.

      05-11-2012 15:03 | Répondre

    • de DoubleG Alors les Flamands??? La roue économique finit TOUJOURS par tourner. Qu'on se le dise...

      05-11-2012 13:46 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    Licenciements chez Philips à Turnhout

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Licenciements chez Philips à Turnhout

  • Philips à Turnhout
    Image précédente

    Philips à Turnhout

    DIRK WAEM (belga)
    Image suivante
    • Philips à Turnhout

      Philips à Turnhout

    • de CorineBarella Je suis assez choquée que le titre ne dise pas "délocalisation en Chine", car c'est un peu se foutre du monde d'accuser la récession puis de se barrer pour produire là où les salariés sont quasi des esclaves et les mobilisations sociales réprimées durement par le pouvoir. #boycott Philipps!

      05-11-2012 21:28 | Répondre

    • de vigneron_s Il est temps que la Wallonnie se sépare de la Flandre victorieuse... et républicaine!

      05-11-2012 19:51 | Répondre

    • de Jaime Ces commentaires de Wallingants se réjouissant de la mise à pied de travailleurs flamands sont navrants. Quelles valeurs défendez-vous, à part le fait d'être Wallons? Et en quoi êtes-vous supérieurs à la NVA dans vos propos? Je ne suis même pas sûr que ceux-là se sont réjouis des licenciements chez Duferco et Arcelor. Sortons de nos régionalismes débilitants ce serait ça, la vraie réponse à Bart De Wever.

      05-11-2012 16:11 | Répondre

    • de Sieg Heil Les multinationales ont peur de Bart et de sa NVA, elles se barrent de Vlaanderen.

      05-11-2012 15:03 | Répondre

    • de DoubleG Alors les Flamands??? La roue économique finit TOUJOURS par tourner. Qu'on se le dise...

      05-11-2012 13:46 | Répondre

    • de Jacques La Wallonie gagnera tout dans cette aventure. De Wever appelera au secours.

      05-11-2012 11:36 | Répondre

    • de jook Il y a peut-être encore du travail mais le chemin est ardu car il faudrait démarrer à 4 h du matin et rentrer vers 21 h avec des transports de plus en plus compliqué concernant les déplacements surtout dans des lieux éloignés ! J'ai 70 ans et je pense que trouver du boulot pour les chômeurs, avec tout ce que l'on ferme comme entreprises sera un parcours du combattant, il y a un problème:écrire et poster avec un timbre ! en espérant une réponse !, se déplacer ok mais le coût de celui-ci que ce soit en voiture ou autres est devenu compliqué avec les moyens dont certains ne dispose plus(loyer et énergies au summum des tarifs) Mais il y a aussi ceux qui ne cherchent pas, mais je ne veux pas être agressif et préfère m'abstenir que de noter les exagérations de luxes que certains ne méritent pas toujours !

      05-11-2012 11:03 | Répondre

    • de Totor Bonjour. Bart De Wever nous l'a dit, "Tout ça c'est de la faute des wallons". Même plus besoin de chercher une autre explication! Et si la Flandre devient un jour autonome et que des entreprises continuent à fermer, il prétendra que c'est parce que nous n'entretenons pas assez bien nos routes! Blague à part, tant que l'Europe continuera à mener une politique qui favorise le profit immédiat du capital, et non l'harmonisation des législations sociales, les entreprises continueront à se déplacer dans les pays les plus pauvres. Cela diminue le pouvoir d'achat, et donc à terme le revenu des entreprises. Mais les financiers s'en fichent car ils réinvestissent les bénéfices rapides dans d'autres secteurs. Dans la course flexibilité du travail contre la mobilité du capital, le travailleur sera toujours perdant.

      05-11-2012 10:42 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Stockage de données: le cloud est-il moins sûr que votre disque dur?

    01 septembre 2014, 16:24

    Le piratage de photos de stars dénudées depuis le service de stockage en ligne de Apple pose la question de la sécurité de cette technologie qui a littéralement explosé depuis deux ans. Le cloud ("infonuagique") est-il aussi sûr que la conservation de...

  • Commissaire à l'Europe: le CD&V lâche-t-il sa candidate M. Thyssen?

    01 septembre 2014, 14:01

    C'est toujours le blocage autour de la désignation par la Belgique de son candidat commissaire européen. Un nom doit tomber d'ici jeudi au plus tard. Sauf que les partis de la "Suédoise" se renvoient toujours la balle. Le CD&V et le MR défendent chacun...

  • Créer une nouvelle école: un parcours de quatre ans, semé d'embûches

    01 septembre 2014, 06:00

    Cette année, trois nouvelles écoles secondaires ouvriront leurs portes en Fédération Wallonie-Bruxelles: une à Perwez et deux à Bruxelles, à Uccle et Auderghem pour être précis. Créer une structure scolaire répond à une nécessité puisque depuis...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info
Les cours de la Bourse en temps réel

Vu sur le web

Dernière Minute