Aller directement au contenu principal

Eric De Keuleneer: "Sauver les banques sera inopérant sans réformes"

ECONOMIE | Mis à jour le lundi 11 juin 2012 à 14h05

  • Fallait-il sauver les banques espagnoles? Comment trouve-t-on des moyens aussi considérables (on évoque de 100 milliards d'euros) en pleine période d'austérité? Eric De Keuleneer, économiste et professeur à la Solvay Business School, a répondu à vos questions et interpellations lors de notre chat de 11h30.

    L'Europe va donc venir à la rescousse des banques espagnoles. Une aide qui pourrait s'élever à 100 milliards d'euros. Ce plan d'aide sera le quatrième accordé à un pays de la zone euro depuis le début de cette crise fin 2009.

    "Quand il faut sauver les banques (et il le faut) on trouve 1000 milliards en début d'année et là 100 milliards à des taux très faibles (3%) mais quand il faut sauver l’État, les soins de santé, l'éducation, etc., on propose des taux de 6 à 10%, c'est scandaleux ! Or, sans changer les traités européens on pourrait très bien financer au taux de 1% la dette de l'Espagne, de l'Italie ou de la Belgique", a affirmé l'économiste français Pierre Larrouturou dans Matin première ce lundi.

    Le professeur d'économie de la Solvay Businnes School Eric De Keuleneer était votre interlocuteur pour en débattre dès 11h30.

    "Les pertes ne sont pas (encore) à charge des contribuables européens"

    "Ce n'est pas (encore) le contribuable européen qui prend en charge les pertes" des banques espagnoles a précisé le professeur d'économie en réponse à une question de Georch qui lui demandait où était passé l'argent perdu par ces institutions bancaires. "Les pertes des banques espagnoles résultent avant tout de pertes sur des promoteurs immobiliers. Quelques-uns se sont enrichis au passage, mais pour le reste il s'agit surtout de maisons et bureaux vides", a expliqué l'économiste.

    A Paul, pour qui "c'est une honte absolue de gaspiller de l'argent public pour aider des banques privées", le professeur de la Solvay Business School précise que le problème est que "si les banques font faillite, les dépôts des citoyens sont perdus, et le système de paiement se grippe parce que la confiance disparait. La grosse anomalie est que les Etats ont jusqu'à présent sauvé les banques sans exiger de réforme en profondeur". Une réforme pour laquelle plaide d'ailleurs Eric De Keuleneer.

    Les prises de position du collectif Roosevelt2012? "De bonnes propositions"

    Interrogé par Fabrice quant à son sentiment par rapport aux propositions du collectif Roosevelt2012, notre invité se montre plutôt positif. "Ce sont globalement de bonnes propositions mais il faut aussi que l'Etat trouve ou retrouve les moyens d'assurer une bonne gestion publique pour des institutions publiques plus nombreuses. Ce serait un bon moyen de réduire le rôle des lobbys", juge cet expert.

    C'est notamment en tant que membre de ce collectif que Pierre Larrouturou à appeler ce matin l'Europe à arrêter "les rustines" et à "éteindre les incendies" pour s'atteler à une véritable réforme qui puisse garantir à l'avenir de l'Europe.

    Eric De Keuleneer est un peu plus nuancé, même s'il appelle lui aussi à des réformes structurelles et à plus de régulation. "C'est plus qu'un rustine mais pas beaucoup", juge-t-il à propos du plan d'aide européen à l'Espagne. "Il faudra une solution plus radicale pour solidifier le système bancaire", considère-t-il lui aussi. Et le professeur d'appeler à un "plus grand nombre de banques coopératives et de banques publiques" comme "partie de la solution". Il faut surtout une régulation qui fasse en sorte que "toutes les banques prennent moins de risques".

    A la proposition d'un des participants au chat qui proposait d'en "revenir aux banques publiques" comme remède à la dérégulation, le professeur de l'ULB précise qu'il ne s'agirait pas de la panacée. "Cela peut être une partie de la réponse, mais il faut qu'elles soient bien gérées. Dexia était largement une banque publique...".

    Julien Vlassenbroek

     

     

    Voir

    Derniers commentaires

    • de L'Etranger L'exemple de Dexia n'est pas un argument valable contre l'idee d'un retour aux banques publiques. L'important etant que les Etats actionnaires se comportent en tant que tel. Mais quelques jetons de presence mis a part, L'Etat a laisse carte blanche a Dexia qui s'est de plus en plus comporte comme une banque privee. Ses deboires sont avant tout dus a ses aventures americaines menees avec une rare incompetene. une banque publique devrait etre regie par une charte definissant ses roles et ne devrait surtout pas etre cotee n Bourse. Pas de cotation = pas d'actionnaires = pas de pression= pas de prise de risque criminnelle. La Banque peut des lors jouer le role qui est le sien dans une societe: financer l'activite economique et non se servir de ses depots pour des speculations. Les prets accordees au banque sans contre-parties sont criminels et ne font qu'illustrer l'incompetence des politiques face a une situation qui les depasse completement, pis, qui depasse leurscompetences.

      11-06-2012 20:12 | Répondre

    • de Christophe Megali "si les banques font faillite, les dépôts des citoyens sont perdus, et le système de paiement se grippe parce que la confiance disparait. La grosse anomalie est que les Etats ont jusqu'à présent sauvé les banques sans exiger de réforme en profondeur" -> la réforme en profondeur existe déjà mais a été abrogé en 1999 par L. Summers sous Clinton (ce même Summers qui se retrouve dans l'administration Obama!) : le Glass-Steagall Act! Cela consiste à créer une incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d'investissement. L'arnaque se situe bien la! Vu que les banques privées ont jouées avec l'argent des peuples, les Etats n'ont pas d'autres choix que de les sauver sinon c'est la révolution! Une proposition de loi en ce sens a été soumise en 2010 par M. Daras (Ecolo) et quasiment aucun écho dans les médias, ni chez les experts économistes. Comment justifiez vous cela?!?

      11-06-2012 16:23 | Répondre

    • de jeanlucvk je trouve ça toujours aussi gonflé de la part des chantres du libéralisme pour lesquels il y a toujours trop d'Etat, trop d'impôts, de charges sociales etc.. de se retourner vers le même Etat quand il s'agit de payer leurs imprudences (pour ne pas dire plus)... Je cherche la cohérence et le sens des responsabilités.. mais sans doute suis-je un utopiste....

      11-06-2012 14:47 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Eric De Keuleneer: "Sauver les banques sera inopérant sans réformes"
    « previous

    Eric De Keuleneer: "Sauver les banques sera inopérant sans réformes"

    Belga
    next
    • Eric De Keuleneer: "Sauver les banques sera inopérant sans réformes"

      Eric De Keuleneer: "Sauver les banques sera inopérant sans réformes"

    • Chat: le contribuable européen doit-il sauver les banques espagnoles?

      Chat: le contribuable européen doit-il sauver les banques espagnoles?

    • de L'Etranger L'exemple de Dexia n'est pas un argument valable contre l'idee d'un retour aux banques publiques. L'important etant que les Etats actionnaires se comportent en tant que tel. Mais quelques jetons de presence mis a part, L'Etat a laisse carte blanche a Dexia qui s'est de plus en plus comporte comme une banque privee. Ses deboires sont avant tout dus a ses aventures americaines menees avec une rare incompetene. une banque publique devrait etre regie par une charte definissant ses roles et ne devrait surtout pas etre cotee n Bourse. Pas de cotation = pas d'actionnaires = pas de pression= pas de prise de risque criminnelle. La Banque peut des lors jouer le role qui est le sien dans une societe: financer l'activite economique et non se servir de ses depots pour des speculations. Les prets accordees au banque sans contre-parties sont criminels et ne font qu'illustrer l'incompetence des politiques face a une situation qui les depasse completement, pis, qui depasse leurscompetences.

      11-06-2012 20:12 | Répondre

    • de Christophe Megali "si les banques font faillite, les dépôts des citoyens sont perdus, et le système de paiement se grippe parce que la confiance disparait. La grosse anomalie est que les Etats ont jusqu'à présent sauvé les banques sans exiger de réforme en profondeur" -> la réforme en profondeur existe déjà mais a été abrogé en 1999 par L. Summers sous Clinton (ce même Summers qui se retrouve dans l'administration Obama!) : le Glass-Steagall Act! Cela consiste à créer une incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d'investissement. L'arnaque se situe bien la! Vu que les banques privées ont jouées avec l'argent des peuples, les Etats n'ont pas d'autres choix que de les sauver sinon c'est la révolution! Une proposition de loi en ce sens a été soumise en 2010 par M. Daras (Ecolo) et quasiment aucun écho dans les médias, ni chez les experts économistes. Comment justifiez vous cela?!?

      11-06-2012 16:23 | Répondre

    • de jeanlucvk je trouve ça toujours aussi gonflé de la part des chantres du libéralisme pour lesquels il y a toujours trop d'Etat, trop d'impôts, de charges sociales etc.. de se retourner vers le même Etat quand il s'agit de payer leurs imprudences (pour ne pas dire plus)... Je cherche la cohérence et le sens des responsabilités.. mais sans doute suis-je un utopiste....

      11-06-2012 14:47 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Auvelais: la difficile résistance des commerçants du centre-ville

    18 avril 2014, 23:30

    Auvelais est une section de la commune de Sambreville, qui est elle-même le fruit du regroupement de plusieurs entités lors de la fusion des communes. Avec Tamines, Auvelais en est la ville la plus importante. Mais, même si Tamines connait aussi une...

  • Mise en garde: pas d'œufs en chocolat pour les chiens!

    20 avril 2014, 11:42

    A Pâques, période par excellence de dégustation de chocolat, soyez doublement attentif à ne pas laisser traîner du chocolat à portée de votre chien. La consommation de chocolat peut lui être fatale.

  • Mariemont : le retour de la momie d'Hor

    18 avril 2014, 17:25

    Une pièce exceptionnelle est arrivée jeudi au Musée Royal de Mariemont : la momie d'Hor, un prêtre d’Amon qui vivait en Égypte 700 ans avant notre ère. Le cercueil en bois peint, parfaitement conservé et restauré, est exposé à côté du corps...

Economie

Les cours de la Bourse en temps réel

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles
Dossier Made In Belgium

Dernière Minute