AXA supprimera 650 emplois d'ici 2020, et réduira les avantages extra-légaux

AXA emploie quelque 4000 personnes en Belgique
AXA emploie quelque 4000 personnes en Belgique - © Belga

Lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire lundi matin, AXA Belgium a présenté son plan stratégique 2020, qui pourrait mener à la perte de l'emploi de 650 personnes sur la période 2017-2018, indique l'entreprise dans un communiqué. Mais l'assureur entend également entamer une négociation sur la masse salariale du personnel restant, ont indiqué lundi les syndicats socialiste et chrétien à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire.

Ce sont donc bien 650 postes qui sont menacés, soit 15% des 4200 membres du personnel, et non 850 comme le laissait entendre plus tôt la CGSLB, qui évoquait l'horizon 2020. Le syndicat libéral craint cependant que d'autres départs volontaires soient réclamés après 2018.

"La direction nous a expliqué que, par rapport à nos concurrents, les coûts salariaux sont supérieurs de 20%. AXA ambitionne dès lors d'accélérer sa digitalisation et sa transformation d'ici 2020", confie le délégué libéral Dominique Calistri. Environ 10% du personnel, soit plus ou moins 300 personnes, devraient ainsi déjà quitter l'entreprise avant la fin de l'année, toujours selon la CGSLB.

"Nouveau coup bas de la direction"

Le plan et ses conséquences pour l'emploi toucheront l'ensemble de l'entreprise, aucun service ne sera épargné, souligne également Dominique Calistri, de la CGSLB.

"La fermeture de sièges à Louvain, Eupen, Gand et Charleroi, et le recentrage sur Bruxelles, Liège et Berchem (Anvers), ont été confirmés. On continue à digitaliser et à outsourcer. On s'attendait un peu à ce nouveau coup bas de la direction. Il y avait des bruits persistants qui couraient depuis six à sept mois."

Une discussion aura également lieu afin de tenter de réduire la masse salariale du personnel, notamment en abordant les avantages extra-légaux dont il bénéficie.

Selon Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du SETCa, l'impact sur les coûts pourrait également être étendu au pôle bancaire du groupe.

Licenciements... et investissements

Le plan stratégique 2020 a pour ambition de recentrer les activités de l'assureur, accélérer sa transformation digitale et simplifier son organisation, a communiqué Axa Assurances. Il repose sur le recentrage autour des assurances dommages et les assurances pension pour les employeurs, les indépendants et les particuliers. Ce choix stratégique consisterait à arrêter de proposer de nouveaux contrats d'assurance-placement individuels à partir du 1er janvier 2017.

L'assureur entend également accélérer la transformation numérique via des investissements pour un montant de 200 millions d'euros, "afin d'offrir des services personnalisés, plus rapides et plus performants aux courtiers et aux clients". La direction souhaite enfin simplifier l'organisation et améliorer la structure de coûts afin de gagner en efficience et en agilité.

Le personnel faisait déjà des efforts depuis 2013, notamment en matière de numérisation, pour faire face à la concurrence croissante et s'adapter à ce monde qui change, mais ce n'était visiblement pas suffisant, déplore Vic Van Kerrebroeck du syndicat chrétien LBC.

Cette stratégie 2020 sera analysée et discutée avec les représentants du personnel afin de limiter l'impact sur l'emploi et plus particulièrement, le nombre de licenciements secs, assure AXA, qui "s'engage à mettre tout en œuvre pour mener, dans les prochaines semaines, un dialogue social transparent et constructif, afin d'analyser ce plan et ses différentes modalités d'application, notamment en matière d'emploi".

Malgré des bilans positifs

Alors que, depuis des années, il dépose des bilans positifs et des résultats financiers satisfaisants, l'assureur a demandé la reconnaissance de statut d'entreprise en restructuration, constate la CGSLB. Cette mesure pourrait lui permettre de faire éventuellement baisser l'âge de la prépension à 55 ans et ainsi éviter des licenciements secs. Une démarche qui ne sera plus possible à partir de 2017, explique Dominique Calistri.

Trois séances d'informations plus détaillées auront lieu ces mercredi, jeudi et vendredi lors de conseils d'entreprises extraordinaires.

"En ce qui concerne le détail du plan stratégique, ces 7, 8 et 9 septembre, chaque direction viendra présenter son dossier détaillé", précise encore la CGSLB, qui fustige cette décision alors qu'AXA finance la construction d'un nouveau bâtiment ultra moderne dans le centre de Bruxelles.

Le Premier ministre Charles Michel a indiqué se tenir informé de la situation chez Axa. Il a eu un contact ce lundi matin avec la direction d'Axa. Le cabinet du Premier ministre est lui en contact avec les organisations syndicales, a-t-on appris.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité en images