Fin de l'opération de police à Molenbeek-Saint-Jean: pas d'interpellation (vidéos + photos)

Les faits :

  • L'opération des forces spéciales entamée ce lundi matin s'est clôturée vers 14h15.

  • A part une arrestation administrative, le parquet fédéral n'a pas mis la main sur Salah Abdelslam, le frère d'un des kamikazes et principal suspect recherché par les autorités belges.

  • Mohamed Abdeslam, le troisième frère, arrêté samedi, a été relâché.

  • Parallèlement, un colis suspect a été trouvé rue Joseph II à Saint-Josse. Il s'agissait d'une fausse alerte.

L'important déploiement policier, mis en place depuis ce lundi matin, a été finalement levé vers 14h15 mettant ainsi fin à l'opération. Le parquet fédéral affirme qu'il n'y a pas eu d'interpellation. Il n'y aurait pas d'autres opérations prévues pour le moment. La police espérait mettre la main sur Salah Abdelsalm, frère de Brahim Abdeslam, le kamikaze de Paris, mais ne l'a pas trouvé. Le suspect, visé par un mandat d'arrêt international et présenté comme "dangereux".

La rumeur faisant état de sa présence dans le bâtiment a circulé, mais le parquet fédéral a rapidement démenti l'information.

La police fédérale a, en tout cas, procédé à une arrestation administrative dans la matinée. 

Fausse alerte rue Joseph II à Saint-Josse

Parallèlement, une voiture suspecte avait été signalée rue Joseph II à Saint-Josse, toujours en région bruxelloise. Cette rue, ainsi que la rue des Deux Eglises, où se situe le siège du cdH, avaient alors été bouclées. Un important dispositif policier avait été mis en place. 

Après vérification par les services de déminage, le déploiement policier a été levé dans tout le quartier. Il n'y avait rien de suspect, juste une Volkswagen Golf noire mal stationnée et munie de plaques d'immatriculation françaises. 

Le troisième frère Abdeslam libéré

Le troisième frère Abdeslam, Mohamed, a été relâché ce lundi. Employé communal à Molenbeek, il fait partie des sept personnes interpellées samedi. Il a finalement été relaxé, selon son avocate Nathalie Galant: "Il avait un alibi solide. Il était à Herstal toute la soirée de vendredi dernier, jour des attentats".

L'avocate précise, par ailleurs, qu'il existe un quatrième frère Abdeslam, dont on ne connait pas le nom. Il serait également connu des services de police pour des faits de petite délinquance.

Autrement dit, la fratrie se composerait d'Abdelslam Salah, recherché par les autorités; de Brahim Abdelslam, mort à Paris; de Mohamed, relaxé par la police ce lundi; et d'un quatrième frère, impliqué dans des faits de petite délinquance.

Cinq personnes parmi les sept interpellées en Belgique ont été relâchées, dont Mohamed Abdeslam.

Revivez notre direct commenté