Le niveau d'alerte terroriste est élevé au niveau maximum en Région bruxelloise

Niveau d'alerte terroriste maximal en Belgique.
Niveau d'alerte terroriste maximal en Belgique. - © LUC CLAESSEN - BELGA

Le niveau d’alerte de la menace terroriste a été élevé à 4, le maximum, pour l'ensemble de la Région bruxelloise. Cela signifie que la menace est "sérieuse et imminente", supérieure au niveau 3, caractérisé par une menace "possible et vraisemblable".

Niveau 4 à Bruxelles, 3 ailleurs

Suite aux liens concrets établis entre la Belgique et les événements dramatiques de Paris, le niveau d’alerte en Belgique avait été fixé à 3 pour les grands événements le lendemain des attentats.

Une nouvelle évaluation de l’OCAM (l'Organe de coordination pour l’analyse de la menace) effectuée ce vendredi soir fait passer le niveau d’alerte terroriste à un niveau 4, très grave, pour la Région bruxelloise. Le niveau 3 reste d’application pour le reste du pays.

L’analyse de l’OCAM conclut à une menace "nécessitant la prise de mesures de sécurité spécifiques ainsi que des recommandations particulières à la population". Le communiqué précise qu’afin de permettre aux enquêtes judiciaires de suivre leur cours, aucun détail supplémentaire ne sera donné.

Conséquences de cette mesure

Les bourgmestres de la Région bruxelloise se réunissent ce samedi matin pour prendre les mesures adéquates. "Nous prenons acte de cette réévaluation de la menace. Je réunirai d'ici 11 heures les 19 bourgmestres bruxellois pour coordonner les mesures concrètes à mettre en œuvre", commente Rudi Vervoort (PS), ministre président de la Région Bruxelles-Capitale.

Son message aux Bruxellois est double ce samedi : "D'une part, c'est évidemment un message de prudence – je pense qu'effectivement si le niveau est évalué au niveau 4, c'est qu'il y a évidemment des motifs. Mais en même temps, tout est sous contrôle des forces de l'ordre : c'est aussi un message qui se veut rassurant. En résumé, un message de vigilance donc."

Vincent De Wolf, bourgmestre d'Etterbeek, explique quant à lui : "Avec une augmentation du niveau de la menace, il appartient aux bourgmestres de prendre des mesures qui, à titre préventif, empêchent et évitent les rassemblements importants d'un grand nombre de personnes."

Les commissariats de la Région bruxelloise prennent dès lors quelques précautions. Les commissariats ne seront pas fermés à proprement dit, mais la population devra se présenter à l'entrée avant d'avoir accès aux services de police. Les patrouilles, elles, sont doublées et l'équipement des forces de l'ordre est rehaussé de mitraillettes.

Les bouches de métro bruxellois resteront également fermées ce samedi à Bruxelles.

Conseils de sécurité

Les conseils donnés à la population par l'OCAM sont les suivants :

  • Evitez les lieux à forte concentration de personnes au sein de la Région bruxelloise (les concerts, les grands événements, les gares et aéroports, les transports en commun, les lieux à forte concentration commerciale).
  • Facilitez et respectez les contrôles de sécurité
  • Ne diffusez pas de rumeurs : suivez les informations officielles des autorités et services de police

Une communication du gouvernement est attendue ce samedi matin.

Autres niveaux 4

Dans le passé, un niveau ciblé d’alerte 4 avait déjà été décidé dans la foulée de l’attentat du 24 mai 2014 contre le Musée juif de Bruxelles. Il concernait toutes les institutions juives.

Le niveau 4 avait déjà été décrété sur l'ensemble du territoire belge pendant plusieurs semaines, entre décembre 2007 et janvier 2008, après l'interpellation de 14 personnes qui projetaient de faire évader le terroriste tunisien Nizar Trabelsi. Le feu d'artifice du Nouvel An avait été annulé, à Bruxelles.