Enquête: "Uber m'a payé pour manifester" - 7 à la Une

On pensait la saga d’Uber terminée à Bruxelles, et pourtant rien n’est moins sûr. Après la décision judiciaire qui a rendue l’application Uber illégale, les taximen ont eu l’espoir de voir leur cauchemar se terminer. Mais le géant Uber n’a apparemment pas dit son dernier mot.

Le 15 octobre dernier, des particuliers ont manifesté devant le cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort. L’action, menée par une poignée de chauffeurs Uber, est présentée comme spontanée. Les chauffeurs demandent aux politiques d’autoriser l’application d’Uber X, sans quoi ils ne pourraient plus arrondir leur fin de mois. Pour souligner leur bonne foi, ils annoncent remettre leurs clés de voiture au ministre président en attendant qu’un accord soit trouvé.

Quelques jours plus tard, les langues se délient. L’un des chauffeurs présent ce jour-là explique, preuve à l’appui, avoir été payé 75 euros par Uber pour manifester et pour rendre des clés factices qu’on leur avait fourni. Si ces chauffeurs ont effectivement été payés par Uber pour manifester, ce serait du jamais vu en Belgique. Et pour les taximen, qui savent que les décisions politiques auront une conséquence cruciale sur l’avenir de leur profession, ce dernier épisode serait une nouvelle concurrence déloyale de la part d’Uber.


7 à la Une