Aller directement au contenu principal

Les moteurs de recherche sont-ils responsables des résultats qu'ils suggèrent ?

CHRONIQUES | vendredi 21 juin 2013 à 8h21

  • Les moteurs de recherche sont-ils responsables de ce qu’ils suggèrent lorsque vous effectuez une requête ? Ce n’est pas un sujet théorique : il s’est retrouvé sur la table de la Cour de Cassation française.

    Commençons par le début. Lorsque vous faites une recherche sur internet et avant même que vous n’ayez fini d’écrire, vous voyez apparaître des suggestions à la suite de votre demande. Exemple, si je tape Georges Lauwerijs, on me propose Georges Lauwerijs RTBF ou La Première.

    Objectif : vous faire gagner du temps. Comment ça marche ? C’est très simple : ces propositions sont basées sur les recherches antérieures les plus fréquentes.

    Donc tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pour vous, parce que vous êtes un mec réglo, clean et propre sur lui. Mais bon, ce n’est pas le cas de tout le monde. Et pas nécessairement à cause d’un faux pas. Il suffit parfois d’une fâcheuse homonymie ou d’une méprise de la presse. Le Monde.fr raconte l’histoire de cette société lyonnaise qui avait découvert que Google associait son nom à "escroc". Elle l’avait cité en justice pour "injures publiques". Et elle avait gagné en première instance et en appel. Google avait plaidé que c’était un processus algorithmique. Les juridictions avaient estimé qu’une intervention humaine était toujours possible pour corriger les résultats.

    La Cour de Cassation a été d’un avis différent. Elle a considéré que "la fonctionnalité aboutissant au rapprochement critiqué est le fruit d'un processus purement automatique dans son fonctionnement et aléatoire dans ses résultats".  Il ne faut donc pas "leur conférer une signification autonome".

    Ce n’est pas le seul cas traité par les tribunaux. Des actions avaient été menées par des firmes dont le nom étaient associées à  "arnaque" et un honorable citoyen dont le patronyme était lié à "sataniste", "violeur", "condamné" et "prison". 

    Mais il y a peut-être une nouvelle pièce à verser au dossier. Le site The Atlantic a relayé cette découverte faite par un Américain qui cherchait des infos sur la nouvelle console de jeux de Microsoft, la Xbox One.

    Quand on tape dans Google la phrase suivante : La Xbox One est… le mot suggéré est : nulle. Mais dans Bing, le moteur de recherche de Microsoft, on obtient la Xbox One est… géniale. Les deux moteurs de recherche jurent leurs grands dieux qu’ils ne trafiquent rien ! Explication possible : les internautes qui utilisent Bing sont plutôt favorables à Microsoft. Et donc ça influence les résultats qui sont de toute façon adaptés en permanence.

    Quoi qu’il en soit, si c’est la technologie qui ramène ces mots à la surface, à l’origine, ce sont des humains qui les ont utilisés. Et ça en dit parfois long sur ce qui se passe dans leur tête.

    #médiaTIC @AlainGerlache

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Alain Gerlache
    Image précédente

    Alain Gerlache

    RTBF
    Image suivante
    • Alain Gerlache

      Alain Gerlache

    • Illustration des résultats dans Google et Bing

      Illustration des résultats dans Google et Bing

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

JT 19h30

vendredi 24 octobre 2014

Conseil européen accord climat

vendredi 24 octobre 2014

Baptême bilan

vendredi 24 octobre 2014

Calais : la guerre des gangs

vendredi 24 octobre 2014

Smartphones pour aveugles

vendredi 24 octobre 2014

Funérailles de masses au Libéria

vendredi 24 octobre 2014

Shell Shock

vendredi 24 octobre 2014

Retour à la mode de la couture

vendredi 24 octobre 2014

Première de 7 à la Une demain

vendredi 24 octobre 2014

Incident d'avant-match à Lille

vendredi 24 octobre 2014

Course à l'hippodrome Wallonie

vendredi 24 octobre 2014

L'alimentation de demain

vendredi 24 octobre 2014

La Reine visite l'ASBL Music Fund

vendredi 24 octobre 2014

Tricot urbain à Namur

vendredi 24 octobre 2014

Premier cas d'Ebola à New-York

vendredi 24 octobre 2014

Météo internationale

vendredi 24 octobre 2014

Météo 20h00

vendredi 24 octobre 2014

JT 19h30

vendredi 24 octobre 2014

Première de 7 à la Une demain

vendredi 24 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info