Aller directement au contenu principal

Les libraires vont-ils subir le sort des disquaires?

CHRONIQUES | Mis à jour le mercredi 19 septembre 2012 à 8h41

  • Après la musique et la vidéo, le livre est en en train de migrer vers le support numérique. Et ce n’est pas sans conséquences. L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

    L’Association des Editeurs britanniques vient de publier les chiffres des ventes physiques et numériques pour le premier semestre de 2012 au Royaume-Uni.

    Les livres imprimés sont en très léger recul par rapport à la période correspondante de l’an dernier : moins 0,4 % en chiffre d’affaire. En revanche, les téléchargements explosent : plus 188% en valeur pour la fiction, plus 171% pour la littérature enfantine et plus 128% pour les ouvrages autres que la fiction. Résultat, le marché - tous supports confondus - a augmenté de 6%.

    C’est un excellent résultat. Il indique que tant les éditeurs que les lecteurs britanniques sont en train de s’adapter au nouvel environnement numérique.

    Mais comme le dit un éditeur à la BBC, il y a un revers à la médaille. "Le marché fait la transition vers le numérique et il en retire des profits, c’est une bonne nouvelle. Mais la situation devient plus compliquée pour les libraires dont le nombre est en diminution ".

    Vont-ils subir le même sort que les disquaires qui ont pratiquement disparu?

    C’est la comparaison qui vient à l’esprit. Le contexte est quand même différent. Les disquaires avaient dû faire face, coup sur coup, à la montée en puissance de la vente de CD par la grande distribution, au téléchargement illégal et à l’arrivée d’une offre numérique légale. C’est beaucoup. C’est toute l’industrie musicale qui a souffert de n’avoir rien vu venir et elle le paie encore aujourd’hui.

    Peut-être grâce à cela, l’édition a pu anticiper les mutations. Mais les revendeurs indépendants sont devenus le maillon faible de la chaine. Pas tellement à cause du volume des ventes numériques, en tout cas pas encore. Ni à cause du piratage qui n’a pas du tout la même ampleur que dans le domaine musical. Selon The Bookseller, l’association britannique des libraires, la concurrence vient plutôt du commerce électronique et de son numéro 1, Amazon.    

    Mais un libraire offre un service et des conseils personnalisés

    Sans doute, mais c’est ce qu’on disait aussi des disquaires. Aujourd’hui, les conseils passent par les statistiques qui tiennent compte de vos goûts et par les recommandations des amis sur les réseaux sociaux. 

    Il faut donc pouvoir se remettre radicalement en question. Le plus bel exemple est donné par Amazon lui-même. Cette entreprise a fait fortune en livrant des CD et des livres physiques. Et que fait-elle maintenant? Elle investit à fond dans les tablettes et les contenus numériques et elle développe son propre service musical par internet pour couper l’herbe sous le pied de la concurrence.

    Retrouvez médiaTIC dans Matin Première du lundi au vendredi à 08:25. Plus d’infos à découvrir Twitter, Google+ et sur médiaTIC+ .

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • illustration
    Image précédente

    illustration

    Belga
    Image suivante
    • illustration

      illustration

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info