Aller directement au contenu principal

#BE1410, J-30. La campagne communale sur le web

CHRONIQUES | Mis à jour le vendredi 14 septembre 2012 à 9h33

  • Les élections communales auront lieu dans un mois exactement. La campagne est maintenant bien lancée. Et les réseaux sociaux y jouent un rôle de premier plan. L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

    Cette fois pas de doute, la campagne communale se met au web. Le changement saute aux yeux par rapport au scrutin local précédent. Mais ça n’a rien de surprenant. En 2006, Facebook venait à peine de s’ouvrir au grand public et il n’offrait qu’une version en anglais.

    Mais même par rapport aux dernières élections régionales et fédérales, c’est clair : ça bouge nettement plus sur le web. C’est logique. Les candidats sont beaucoup plus nombreux et surtout, ils ont beaucoup moins accès aux médias traditionnels, presse, radios et télés. Ils doivent se démener pour se faire connaître.

    En plus, l’affichage est passé de mode. Il est plus sévèrement règlementé que par le passé, et c’est heureux. Et surtout, quel est encore l’impact de ces panneaux brinquebalants avec ce patchwork des candidats? A part faire savoir à ceux qui vous connaissent déjà qu’on est sur les listes, ça n’a pas beaucoup d’intérêt. 

    Quant au porte à porte, il peut être efficace, mais il prend du temps. Et il ne faut pas avoir peur des chiens méchants...

    Poster des photos et des vidéos, entrer en contact avec les électeurs, c’est exactement ce qu’on peut faire sur les réseaux sociaux

    Ce sont des espaces de proximité quasiment gratuits. Ils conviennent donc très bien dans une campagne locale. Surtout si le candidat dispose déjà d’un groupe d’amis qui peuvent relayer ses publications. Et après la mise en contact virtuelle, rien n’empêche d’avoir une rencontre réelle avec les électeurs qui le souhaitent. Finalement, c’est moins intrusif que d’aller sonner à une porte. Facebook a la cote bien sûr. Mais on peut aussi utiliser des réseaux plus ciblés, comme ces candidats de la région bruxelloise qui font campagne sur Grindr, le site des rencontres homosexuelles.

    Mais attention, les réseaux n’ont pas que des avantages. Notamment pour les états-majors des partis confrontés à des déclarations intempestives de leurs candidats. Aujourd’hui, le moindre dérapage local peut avoir un retentissement national et nuire bien au-delà d’une seule commune. 

    Et puis, il vaut quand même mieux être un minimum professionnel. Sinon gare au bad buzz, la mauvaise pub. Sur le web, le ridicule peut tuer. Les exemples ne manquent pas. Je vois que ça vous intéresse Georges. Le blogue " Communales 2012 : le meilleur du pire " devrait faire votre bonheur, même si c’est une question de gout… et de couleurs !

    Mais il faut quand même saluer la créativité de pas mal de candidats et de bénévoles. Il y a aussi des choses bien foutues faites avec peu de moyens, et ça mérite un coup de chapeau !

    Retrouvez médiaTIC dans Matin Première du lundi au vendredi à 08:25. Plus d’infos à découvrir Twitter, Google+ et sur médiaTIC+ .

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Isoloir
    • Isoloir

      Isoloir

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info