Un label en Belgique pour les produits des territoires occupés par Israël

Didier Reynders ne s'oppose plus à la mise en place d'un label en Belgique pour distinguer la nourriture provenant des territoires occupés par Israël
Didier Reynders ne s'oppose plus à la mise en place d'un label en Belgique pour distinguer la nourriture provenant des territoires occupés par Israël - © THIERRY ROGE

Le gouvernement fédéral souhaite la mise en place d'un label pour les produits provenant des colonies se trouvant dans des territoires occupés par Israël, lit-on mardi dans De Morgen. Grâce à celui-ci, le consommateur pourra choisir consciemment s'il souhaite ou non acheter des fruits ou d'autres produits de cette origine. Mais si la décision est prise pour mieux informer le consommateur, elle risque d'être mal perçue en Israël.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a récemment déclaré en commission à la Chambre, qu'il ne s'opposait plus à la mise en place d'un tel label.

Le feu vert a donc été donné au ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte (sp.a), qui avait déjà préparé depuis quelques temps une telle mesure, en concertation avec le secteur de la distribution.

Une circulaire expliquant les démarches à suivre devrait être publiée mardi - au plus tard mercredi - sur le site du ministre. Ce label ne sera pas obligatoire, ce qui laisse aux grandes surfaces le choix de l'apposer ou non. "Mais je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas. Il s'agit seulement d'informer les consommateurs", explique Johan Vande Lanotte.

Le fait que la mesure aboutisse maintenant, en pleine reprise sanglante du conflit israélo-palestinien, est un hasard, dit-il aussi. Considéré comme une information, le label n'est donc pas un appel au boycott.

Mais en Israël certains considèrent déjà cette décision comme une sanction.

RTBF avec Belga

Et aussi


La Belgique en vidéos et en sons

Les Albert
Les Albert
0min 24s
RTBF Info

Les Albert