Un imam expulsé pour incitation à la haine, 4 autres dans le collimateur de Theo Francken

L'imam plaide l'incompréhension
3 images
L'imam plaide l'incompréhension - © RTBF

C'est une première en Belgique : le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), a décidé d'expulser un imam, et cela pour des propos incitant à la haine. 

L'homme qui a la double nationalité, marocaine et néerlandaise, est arrivé en Belgique en 2006 avec une carte de travail. Il est marié, a quatre enfants, et habite à Dison près de Verviers.

Les imams étrangers sont surveillés de près par la Sûreté de l'Etat. Dans le cas présent, elle a évoqué des prêches incitant à la haine, mais aussi une sympathie prononcée pour Mohammed Merah, jeune Toulousain qui en 2012 avait tué sept personnes dont trois enfants à Toulouse et Montauban.

"Il s'est caractérisé pendant plusieurs années par des prêches assez enflammés sur toutes sortes de sujets mais notamment des prêches où il s'est montré clairement en rupture avec les valeurs de la démocratie", explique Michaël Privot, islamologue et directeur de l'ENAR (European Network Against Racism) qui ajoute : "C'est avéré. Quelques-uns des jeunes qui sont partis rejoindre Daesh, ont assisté pendant un moment à ces prêches. Donc là, on voit qu'il y avait une offre de discours intéressante pour ceux qui recherchent ce type d'islam, et en plus diffusée sur internet".

Jusqu'en 2014, Shayh Alami a été l'imam d’un centre culturel somalien, mais cette communauté n'en a plus voulu : "C'est la communauté somalienne qui avait décidé qu'il s'en aille et qu'il quitte notre mosquée. C'est une très bonne chose qu'il soit expulsé", déclare Nasan Aman Yousef, président de l'asbl mosquée somalienne.

Cette expulsion est-elle légale?

Sur la base de ce rapport, Theo Francken a donc décidé de retirer le permis de séjour à l'imam incriminé. Une expulsion par arrêté royal, vu les circonstances. Ce qui est tout à fait légal, selon le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration : "C'est un étranger, il n'a pas la nationalité belge. Il a le titre de séjour sur le territoire belge, mais on peut le lui retirer. C'est dans la loi de 1980, la loi sur les étrangers. J'ai seulement appliqué la loi".

L'homme a trente jours pour quitter le pays. Il peut interjeter appel mais cet appel n'est pas suspensif. Sa famille quant à elle peut rester si elle le souhaite.

En commission Intérieur de la Chambre, le ministre a par ailleurs confirmé que quatre autres imams étaient pour l'heure également menacés d'expulsions. Theo Francken avait prévenu en début d'année qu'il s'attaquerait au radicalisme de certains imams étrangers.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir