Rudy Demotte: "Les 'y a qu'à' et les 'y a qu'à pas', on en a soupé!"

Rudy Demotte: "Les 'y a qu'à' et les 'y a qu'à pas', on en a soupé!"
2 images
Rudy Demotte: "Les 'y a qu'à' et les 'y a qu'à pas', on en a soupé!" - © RTBF
Rédaction RTBF

Le Ministre-Président wallon, Rudy Demotte était l’invité de Matin Première ce vendredi. Il estime que les critiques issues du pilier socialiste dont lui et son gouvernement ont été la cible sont "tout à fait inconvenues" et "un peu faciles". Visiblement remonté, il a souligné que la Wallonie a pourtant mieux résisté que d’autres à la crise économique.

Le week-end dernier, Rudy Demotte et son gouvernement étaient sévèrement critiqués par le patron de la FGTB wallone, Thierry Bodson. Ce dernier estimait que cet exécutif n’avait "aucune perspective". Le ministre fédéral Paul Magnette avait, lui, déclaré "partager le constat de Thierry Bodson" en ce qui concernait l’urgence de mettre des mesures fortes en place pour l’économie wallonne.

Rudy Demotte a pris acte de ce tir de barrage "contre moi et le gouvernement wallon, en ce compris ceux qui ont des décisions économiques à prendre dans des périodes de crise". Il a qualifié ces critiques issues du monde socialiste de "tout à fait inconvenues et un peu faciles".

Surtout, il a renvoyé la balle dans le camp fédéral en rappelant : "Pour les attributions de compétences, nous sommes tributaires du fédéral". "Si on me dit maintenant que la Wallonie et le gouvernement wallon décident seuls, ce sera beaucoup plus simple", a-t-il lancé.

"Sur le plan économique, il ne faut pas tirer sur son propre camp", a déclaré le Tournaisien. "En Flandre et à l’étranger, on reconnaît que la Wallonie a mieux résisté que d’autres. Il reste de gros problèmes mais on a mieux résisté", a-t-il martelé. "Alors les ‘y a qu’à’ et ‘y a qu’à pas’, on en a soupé !", a déclaré un Rudy Demotte visiblement irrité.

Communauté ou Région? "J'ai dit à plusieurs reprises que j'étais pour un modèle birégional"

Il a également été reproché au chef du gouvernement wallon de ne pas se positionner clairement en faveur d'un modèle régional ou communautaire au niveau institutionnel.

"Il n'y a pire sourds que ceux qui ne veulent entendre", ironise l'invité de Bertrand Henne à ce sujet. "J'ai dit à plusieurs reprises que j'étais partisan d'un modèle birégional Bruxelles-Wallonie. On n'a jamais été aussi clair", affirme-t-il avec appoint.

Le décret DAR annulé par la Justice: "Inquiétant"

Ce jeudi, la Cour constitutionnelle a invalidé le Décret d'Autorisations Régionales (DAR). Ce décret permet au Parlement wallon de ratifier une série de permis de grands projets d'infrastructure jugés d'intérêt général.

Le ministre wallon André Antoine, "père" du décret, a parlé d'un "jour noir pour la Wallonie". Sans minimiser, Rudy Demotte relativise en précisant qu'il y a "des choses beaucoup plus graves dans la vie", pointant notamment les nombreuses pertes d'emplois récemment actées au sein de l'industrie belge. Toutefois, il concède qu'il y a dans les conséquences de cette décision "quelque chose d'inquiétant".

"Il faudra mettre en place quelque chose qui permette d'avancer dans la même direction" que le décret invalidé, autrement se doter d'un arsenal législatif qui puisse "faciliter les procédures" pour les projets infrastructurels.

Il reste cependant confiant en ce qui concerne les permis déjà attribués dans le cadre de ce décret. "La Cour est claire: il y a un certain nombre de permis sur lesquels on ne reviendra pas", rassure-t-il.

Pour rappel, les ratifications de permis comme le permis d'environnement de l'aéroport de Liège Airport ou le permis d'urbanisme pour l'allongement de la piste de l'aéroport liégeois, sont annulés par la décision de la Cour. 

Ce qui ne veut pas dire que lesdits permis ne soient plus effectifs. Par contre, ils ne bénéficient plus de statut particulier et reviennent dans le circuit traditionnel du contentieux administratif. Ils pourront donc être contestés devant le Conseil d'État, comme tout autre permis.

Julien Vlassenbroek