René Collin à Natagora et IEW: "Je ne plaide pas pour une privatisation de la forêt"

Natagora et Inter Environnement Wallonie (IEW) ont été auditionnés lundi par le parlement wallon dans le cadre de la modification de la législation concernant  la forêt publique wallonne soutenue par le ministre René Collin. Pour les associations, le projet qui menace la biodiversité, les revenus publics et limite l'accès à la forêt, doit être abandonné.

Alimenter le budget régional en dilapidant le patrimoine naturel

Le projet mis sur la table en décembre dernier permet d'élargir la possibilité de vendre des forêts domaniales à des privés, "en supprimant l'aval du Parlement wallon", explique Natagora dans un communiqué. "Il permet au gouvernement wallon d'alimenter le budget régional tout en dilapidant le patrimoine naturel, mais le texte prévoit aussi la vente des droits sur des coupes futures de bois, une démarche contraire au développement durable", précise les associations.

L'adoption de ce texte conduirait selon Natagora et IEW à un appauvrissement biologique des forêts, "les forêts domaniales sont les plus riches en biodiversité lui réservant une place bien plus importante qu'en forêts privées". Par ailleurs, cela limiterait l'accès au public qui serait confronté à des barrières, des potelets, des panneaux dissuadant la circulation en forêt.

Mauvais deal au final ?

Enfin, les associations dénoncent également un non-sens financier notamment à l'heure où le prix des terres non urbanisées ne cesse de grimper. "De plus, en vendant ses forêts, la Région se retrouvera à verser des primes de gestion écologique aux acheteurs puisque près de 60% de ces forêts sont sous le statut Natura 2000". Les associations déclarent que tous les acteurs de la forêt sont unanimes sur la question. Le Conseil Supérieur Wallon de la Forêt et de la Filière Bois ayant rejeté d'une seule voix les propositions de modification de décret.

René Collin: "Je ne plaide pas pour une privatisation de la forêt"

Le ministre wallon en charge notamment de la Nature et de la Forêt, René Collin (cdH) précise qu'il ne plaide pas pour une privatisation de la forêt et qu'il n'est pas à l'origine de la proposition visant la modification du décret du 15 juillet 2008 relatif au Code Forestier.

Le ministre rappelle que le secteur est un atout économique majeur pour la Wallonie, mais que la forêt assure un rôle social et environnemental essentiel.

En décembre, René Collin, soucieux de dissiper les malentendus autour de ce projet avait rassuré les différentes associations environnementales face à une crainte de "privatisation".

Cependant, une réflexion sur de nouvelles formes de gestion de la forêt doit être menée et le décret permet d'envisager une piste intéressante notamment en matière de vente de gré à gré ou en favorisant les groupements forestiers. En effet, l'encouragement des particuliers à constituer des groupements forestiers est de nature à renforcer l'intérêt du secteur privé, en particulier des petits épargnants pour une gestion dynamique de la forêt.

En vue d'objectiver ces pistes et d'avoir une concertation sereine, la proposition de décret avait été suspendue afin de solliciter l'avis du Conseil supérieur wallon de la Forêt et de la filière bois, du Conseil supérieur wallon de la Conservation de la Nature et du Conseil d'État.

Le ministre wallon a rappelé que la filière bois représente près de 8000 entreprises et près de 19 000 emplois directs et que les massifs forestiers en plus de leur rôle social et environnemental majeur doivent développer leur potentiel touristique en préservant la nature.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir