Quel avenir pour le rail en Wallonie et à Bruxelles?

Quel avenir pour la SNCB?
Quel avenir pour la SNCB? - © Tous droits réservés
Rédaction RTBF

Se dirige-t-on vers une SNCB à deux vitesses où Wallonie et Bruxelles seraient laissées pour compte ? Le plan pluriannuel d'investissement fait débat, notamment car il délaisse certaines lignes et le lien ferré entre Bruxelles et la Wallonie.

La SNCB a donné son feu vert à la fin du mois de décembre dernier à son projet de plan pluriannuel d'investissements au sujet duquel les différentes entités concernées du pays doivent remettre leur avis.

Infrabel, le gestionnaire des infrastructures, semble vouloir concentrer les investissements sur certaines lignes prioritaires au détriment d'autres qui se verraient délaissées.

Défendre le rail wallon

Le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry a listé à l'intention du ministre fédéral des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille les 35 priorités du rail wallon dans le cadre de ce nouveau plan.

Le ministre Ecolo s'oppose à ce plan pluriannuel, trop défavorable à ses yeux pour la Wallonie. Sur les 35 priorités identifiées pour améliorer le rail wallon, à peine trois se retrouvent dans le plan, plus la gare de Gosselies qui doit être négociée à part, selon lui.

Le ministre fédéral a écouté les réticences du gouvernement wallon et fera de même avec les autres régions. Mais il rappelle le contexte budgétaire de crise et l'impératif - coûteux - de la sécurité.

Selon le vice-président Ecolo du gouvernement wallon, Jean-Marc Nollet, il faudra aussi "reconsidérer l'enveloppe". Philippe Henry remet en effet en cause la répartition 60-40 des moyens entre le nord et le sud du pays, qui ne tiendrait pas compte des caractéristiques du réseau wallon, plus accidenté (nécessitant donc plus d'ouvrages d'art), couvrant de plus longues distances entre les points, etc.

"On n'entretient plus une ligne; la vitesse des trains s'y réduit progressivement; les clients s'en détournent; et on décide finalement de fermer la ligne parce qu'elle n'est plus rentable", regrette le président du cdH, Benoît Lutgen, qui réclame le dégagement de 80 millions d'euros dans les trois années à venir pour garantir le maintien de toutes les lignes ferroviaires existantes, et spécialement les lignes des zones rurales.

Le PS s'insurge également: "Suspendre les entretiens d'une ligne revient ni plus ni moins à la condamner", dit la députée socialiste Linda Musin. Pour elle, il est "inacceptable que la SNCB propose un rail à deux vitesses comme seule vision d'avenir". Toujours aux yeux de Linda Musin, on nage en plein paradoxe, en matière de sécurité. "Vouloir faire des économies sur l'entretien des lignes, alors que, dans le même temps, on investit massivement dans les systèmes de sécurité automatique TBL1+ et ETCS est absurde", a-t-elle commenté.

Pourquoi pas un RER... bruxellois?

Le retard pris dans la réalisation du Réseau Express Régional (RER) autour de Bruxelles inquiète aussi.

Au Parlement bruxellois, les élus critiquent la manière dont la SNCB traite la capitale. Le RER est renvoyé aux calendes grecques et plusieurs investissements en infrastructures vont de reports en reports. Certains suggèrent que Bruxelles, via la STIB, prenne les choses en main pour exploiter les infrastructures présentes sur le territoire de la Région capitale.

Outre une vingtaine d'années de retard sur les plans initiaux, on parle de 2025, les parlementaires et le ministre-président Charles Picqué regrettent l'insuffisance du nombre de haltes pour ce futur réseau, ainsi que les options envisagées pour faire face à la saturation de la jonction Nord-Midi.

Le volet investissements physiques localisables à Bruxelles du budget de 26 milliards que compte consacrer la SNCB à son plan représente un peu plus de 2,5 milliards d'euros (7,4 pour la Flandre et 5,5 pour la Wallonie). Sans en avoir livré tous les détails, la SNCB réserve ce montant à la réalisation de l'infrastructure RER, du tunnel Schuman-Josaphat, du Diabolo et à la valorisation de 36 gares, un nombre jugé insuffisant par le ministre-président.

RTBF avec Belga

 

 

 

 

 


Publicité