Aller directement au contenu principal

La "lettre au prince": les partis francophones refusent l'exercice

BELGIQUE | Mis à jour le mercredi 8 mai 2013 à 18h57

  • Les partis francophones ont refusé de se prêter à l’exercice de la rédaction d'une lettre au Prince Philippe comme l'avait demandé le magazine Knack à 5 partis flamands. Tous y voient un moyen, pour la NV-A, de fragiliser le pays en s'en prenant à la monarchie.

    "C'est un secret public qu'à peu près aucun parti ne veut voir Philippe sur le trône", a affirmé mercredi matin le président de la N-VA, Bart De Wever, sur les ondes de Radio 1 (VRT) après la publication dans "Knack" des lettres que l'hebdomadaire a demandé à 5 présidents de parti d'écrire au prince héritier.

    Pour Benoît Lutgen, président du cdH, la lettre de Bart de Wever au roi est simplement un acte de mauvais goût. "Je préférerais que les Flamands prennent leur plume pour réaliser la réforme de l’Etat et  s’attacher à l’essentiel: la relance de l’emploi de Arlon à Ostende. "

    Pour Charles Michel (MR) Cette lettre n’a rien de surprenant : "Ce n’est pas un scoop la N-VA n’aime pas la Belgique donc elle n’aime pas la monarchie ". Le président du MR remarque que les autres partis flamands plaident pour une modernisation de la monarchie. " Nous n’y voyons pas  d’objection mais la priorité aujourd’hui, c’est le redressement économique, créer de l’emploi et aider les PME ". Charles Michel ajoute que le gouvernement travaille d’ailleurs à la modernisation du système institutionnel et notamment à la rémunération et à la dotation royale. "Pour Bart De Wever, avoir un roi qui joue un rôle au moment de la formation du gouvernement et gênant.  Il préférerait  assumer lui-même cette mission. La monarchie est un élément de stabilité et d’unité. Elle doit aller vers plus de modernité, mais il n’est pas question de jeter le bébé avec l’eau du bain."

    Pour Thierry Giet (PS) "Ecrire une lettre au Prince n’est pas notre façon de faire, mais Bart De Wever est cohérent avec lui-même. Il veut la fin de la Belgique, alors il attaque la monarchie ". A propos du dépoussiérage de la monarchie demandé par le CD&V, Thierry Giet constate: "La monarchie évolue depuis le début de la Belgique mais si on a pu préserver le pays c’est grâce à son rôle stabilisateur."

    "Mon  enthousiasme pour la famille royale proche du coma"

    Ces réaction font suite à la sortie spectaculaire de Bart De Wever Dans les pages du "Knack", qui attaque sa "lettre au prince héritier" sans détours: "Cela ne vous étonnera pas que mon enthousiasme pour la famille royale soit proche du coma".

    "Je ne suis pas un grand spécialiste de l'expression corporelle mais, lors d'apparitions publiques, votre attitude respire l'obligation", écrit le président des nationalistes flamands. "Ce que c'est d'ailleurs: une obligation. Indubitablement, vous traduirez : votre devoir. La meilleure des choses serait de vous libérer de ce devoir". Et Bart De Wever de juger hypocrite le discours de nombreux responsables politiques belges pour qui il y a des républicains dans tous les pays du monde, sauf en Belgique.

    Le président de la N-VA ne s'arrête pas là. Pour lui, "Que nous ayons besoin d’une institution aussi fondamentalement non-démocratique que la monarchie pour assurer la stabilité de ce pays, ce dont je doute, en dit plus long sur ce pays que sur la monarchie." Et il ajoute : "Que vos frais personnels et vos frais d’entretien puissent reposer sur la communauté est déjà incroyable. Mais que vous et votre famille ne payiez pas d’impôts, d’accises ou de TVA, ne peut être justifié d’aucune façon."

    Puis il revient sur la façon dont le Roi a mené les négociations pour la formation du gouvernement : "Il n’y a pas de contrôle démocratique sur la fonction politique du Roi. Car soyons honnête : le Roi joue toujours un rôle politique. J’ai pu l’expérimenter au cours des négociations en 2010, lors desquelles votre père s’est profilé comme bras droit du PS et a collaboré activement à l’éviction de la N-VA de la formation du gouvernement."

    Et Bart De Wever de conclure, avec une pointe de cynisme : "Je souhaite à votre fille Elisabeth plus de chance que vous-même jusqu’ici. Avec ma plus haute considération, Bart De Wever."

    Les autres partis pas tendres non plus

    Dans d'autres partis flamands, le ton est également critique, en tout cas plus que dans les propos entendus habituellement dans les partis francophones. Le président de Groen estime que Philippe ne doit pas se mêler de politique.

    "Reconnaissez-le, le pouvoir politique que vous recevez parce que vous êtes, par hasard, le fils de votre père, c'est quand même d'un autre temps", a lancé Wouter Van Besien. "Ne serait-il pas temps d'en finir avec cette relique ?". Il l'incite donc à "poser un geste fort" : "Vous pouvez, le moment venu, quand vous serez Roi, demander vous-même à être déchargé des tâches politiques."

    Dans la même veine, le président du CD&V, Wouter Beke, qualifie la monarchie d'"anachronisme, un reste d'un temps depuis longtemps révolu lorsque le pouvoir se transmettait par héritage et non par des élections démocratiques".

    Il tempère toutefois son propos quand il évoque le cas belge: "Beaucoup ont tout de même le sentiment que la monarchie correspond bien à un pays aussi délicat que la Belgique. Mais ce sentiment n'existe que par la grâce d'une saine dose de réserve". Mais avec une nuance de taille qui met en avant une famille royale perçue comme francophone au nord du pays: "Au cours des dernières décennies, les Flamands ont souvent eu le sentiment que la Maison royale n'était pas vraiment la leur. Je sais bien qu'à l'instar du Roi, vous veillez minutieusement au bilinguisme dans tous les aspects de votre travail. Et, objectivement, il n'y a pas grand chose à vous reprocher. Mais la perception est tenace, vous devrez donc fournir des efforts supplémentaires".

    La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, s'en tient quant à elle à des avis prodigués au futur roi. "Ne vous enfermez pas. Ne suivez pas simplement la tradition mais sortez de ce carcan. Suivez vos sentiments et apprenez à nous connaître le mieux possible".

    Républicain affirmé, le président de la LDD, Jean-Marie Dedecker, fustige le double discours de la classe politique belge, à l'instar de Bart De Wever. Officieusement, il existe bel et bien une tendance à vouloir supprimer la monarchie, dit-il. "Mais je suis suffisamment réaliste pour me rendre compte que notre caste politique n'est pas encore mûre pour cela. Dans les coulisses, oui. Pas en public".

    Le président du sp.a n'a pas voulu se prêter au jeu.

    RTBF avec Belga

    La lettre (flamande) au prince Philippe

    Lettres au prince Philippe

    La réplique des francophones à la "lettre au prince"

    Lettres au Prince Philippe, la réplique des francophones

    Voir

    Derniers commentaires

    • de phi Rien que de très sensé dans les réactions et opinions flamandes. Hélas, les partis francophones s'accrochent à une royauté d'un autre âge dans le but de se protéger des exigences légitimes flamandes, trouvant dans le roi un allié inconditionnel (surtout le PS)

      10-05-2013 10:03 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
    1000 caractères max
    Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules ou les espaces.
  • « previous

    Lettres au prince Philippe

    next
    • Cliquez pour visionner

      Lettres au prince Philippe

    • Cliquez pour visionner

      Lettres au Prince Philippe, la réplique des francophones

  • Presqu'aucun parti ne veut de Philippe sur le trône, selon De Wever
    « previous

    Presqu'aucun parti ne veut de Philippe sur le trône, selon De Wever

    Belga
    next
    • Presqu'aucun parti ne veut de Philippe sur le trône, selon De Wever

      Presqu'aucun parti ne veut de Philippe sur le trône, selon De Wever

    • de phi Rien que de très sensé dans les réactions et opinions flamandes. Hélas, les partis francophones s'accrochent à une royauté d'un autre âge dans le but de se protéger des exigences légitimes flamandes, trouvant dans le roi un allié inconditionnel (surtout le PS)

      10-05-2013 10:03 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

Belgique

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles

Dernière Minute