Publifin: Bénédicte Bayer explique le sens d'une expression triviale très médiatisée

L'expression triviale concernait un salarié bien particulier, assure la directrice de Publifin.
L'expression triviale concernait un salarié bien particulier, assure la directrice de Publifin. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La directrice générale de Publifin Bénédicte Bayer a expliqué jeudi soir aux députés de la commission d'enquête du parlement wallon le véritable sens qu'elle dit avoir donné à une expression triviale qu'avait mise dans sa bouche la syndicaliste Christine Planus (CGSP) plus tôt dans la journée, et qui a fait le tour des réseaux sociaux et des médias en ligne.

Selon Mme Planus, la directrice se montrait particulièrement irrespectueuse envers le personnel. "Il faut savoir qu'elle traite le personnel de Publifin de 'branleurs de mouches'", avait affirmé la syndicaliste.

Mme Bayer a reconnu avoir utilisé cette expression, mais elle ne visait pas le personnel de l'intercommunale, assure-t-elle. Elle visait le cas d'un travailleur, licencié depuis, qui avait frappé à deux reprises une femme dans les locaux de la société, vivait sur les lieux de travail et avait passé une journée à ne rien faire au travail, a-t-elle détaillé. Face à la grogne sociale contre le licenciement, Mme Bayer avait lancé que "c'est ce genre de comportement qui fait que l'on dit de nous qu'on est des branleurs de mouches", a-t-elle expliqué.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir