Nucléaire/Corruption: "Qu'a dû donner Jan Bens en échange?"

Nucléaire/Corruption: Jans Bens confirmé au poste de directeur de l'AFCN
Nucléaire/Corruption: Jans Bens confirmé au poste de directeur de l'AFCN - © Tous droits réservés

Le conseil d'administration de l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a confirmé vendredi son soutien au directeur de l'agence, Jan Bens, qui avait déclenché une vive polémique en évoquant la corruption au Kazakhstan. Le député Johan Vande Lanotte (sp.a), ancien ministre de l'Economie, s'est interrogé quant aux compensations qu'il pourrait avoir donné au ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, en échange de son soutien réaffirmé.

"Le ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, Jan Jambon, a pris acte de la décision du Conseil d'administration de l'AFCN qui s'est réuni cet après-midi", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Selon Jan Jambon, le conseil d'administration de l'AFCN a "confirmé son soutien au directeur Jan Bens".

Interrogé par le journal 'Le Soir', Jan Bens avait déclenché une vive polémique en évoquant la corruption au Kazakhstan, où il était en mission en 1995 au service de Tractebel, les victimes de Fukushima ou encore l'"acrobatie juridique" des projets de loi qui prolongent Doel 1 et 2.

"Il n'y a absolument plus d'assurance pour la population"

"Qu'a-t-il dû donner en échange ? A-t-il dû promettre sans broncher de rouvrir (les réacteurs nucléaires de) Doel 1 et 2 ?", a réagi Johan Vande Lanotte à l'agence Belga.

"Si un ministre fait quelque chose de semblable, cela devient une affaire politique. Mais si le chef de la sécurité nucléaire fait de même, il n'y a absolument plus d'assurance pour la population", a poursuivi Johan Vande Lanotte.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir