Manifestation du non-marchand: aide d'urgence pour un secteur en asphyxie

Le secteur qui regroupe des activités aussi diverses que le service aux personnes, les soins de santé, l’accueil de l’enfance et des personnes handicapées et l’insertion socioprofessionnelle, est au bord du burn-out !
Le secteur qui regroupe des activités aussi diverses que le service aux personnes, les soins de santé, l’accueil de l’enfance et des personnes handicapées et l’insertion socioprofessionnelle, est au bord du burn-out ! - © JULIEN BALTUS - BELGA

Une fois de plus, les travailleurs du secteur du non marchand manifestent ce mardi matin à Bruxelles. Ils lancent le même avertissement que lors des précédentes actions: le secteur qui regroupe des activités aussi diverses que le service aux personnes, les soins de santé, l’accueil de l’enfance et des personnes handicapées et l’insertion socioprofessionnelle, est au bord du burn-out. Partout, on constate une grave pénurie de personnel affirment les syndicats. Le manque de recrutement et des conditions de travail et de salaire trop peu attractives dissuadent les jeunes de se tourner vers ces métiers pourtant essentiels à la société.

Un cercle vicieux

Comme l'explique Bernard Decebel, délégué Setca au Centre neuropsychiatrique saint Martin de Dave, près de Namur, "la charge de travail administrative, ne cesse de s’alourdir. Pour un entretien de dix minutes avec un patient, il en faut le double pour rédiger et encoder le rapport. Et l’on nous demande de noter les moindres faits et gestes des nos patients. Tout cela, c’est en plus d’un travail déjà stressant. De plus en plus de collègues craquent et tombent malades. Du coup, nous devons pallier à leurs absences car on ne peut pas laisser les gens sans surveillance et sans aide. Et nous craquons à notre tour… c’est un vrai cercle vicieux. Et en plus Maggy De Block veut nous supprimer douze jours de congés par an que nous avions obtenu pour les travailleurs de plus de 45 ans. A l’avenir, il faudrait attendre d’avoir 50 ans pour en bénéficier. C’est vraiment se moquer des travailleurs", conclut Bernard qui sera à la manifestation ce mardi.

Sans moyens, pas d’accord!

C’est l’une des principales revendications des syndicats : "un nouvel accord social avec des moyens réels pour revaloriser l’attractivité des métiers. Mais les différents gouvernements, fédéral, Fédération Wallonie Bruxelles et gouvernement wallon n’ont pas la même attitude dans cette affaire, affirment les syndicats. Certains acceptent de négocier mais ne sont toujours pas décidés à libérer du budget. " Impossible dans ces conditions de négocier un accord solide et valable. Pourtant, plusieurs actions et une manifestation nationale se sont déjà tenues l’an dernier. Elles ont seulement permis d’accoucher d’un calendrier de négociations et de faire démarrer les discussions. Les travailleurs ont le sentiment qu’on joue avec leurs pieds. Des conditions de travail de qualité sont pourtant indissociables d’un service de qualité dans le secteur non marchand. "

Pour couronner le tout, la ministre de Santé, Maggie De Block veut une grande réforme de l’hôpital. Elle veut obliger les hôpitaux à créer 25 réseaux avec spécialisation des services d’ici à la fin d l’année. Et cela sans aucune concertation, dénoncent les syndicats. Une réforme impossible à réaliser et qui va perturber profondément le secteur des soins de santé, déjà très malade. De quoi énerver encore un peu plus les 10 000 manifestants attendus ce mardi à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir