La mission de l'AWEX en Turquie sous le feu des critiques

La Fédération européenne des journalistes (FEJ) a réclamé jeudi un recadrage politique du volet turc d'une mission de l'Agence wallonne à l'exportation (AWEX) prévue en novembre et axée sur la production multimédia, dénonçant le fait que l'AWEX invitait les entreprises à investir "dans les médias turcs qui ne sont pas hostiles au pouvoir en place".

L'AWEX a prévu de longue date de mener, du 6 au 10 novembre prochains, une mission multisectorielle en Géorgie et en Turquie, avec une attention particulière à l'aspect multimédias-broadcast-cinémas, car les deux pays offrent selon elle "un potentiel important dans ce secteur".

Bronca sur Facebook

Interpellée sur Facebook par des internautes qui s'interrogeaient sur l'opportunité d'une telle mission en Turquie, alors que des dizaines de journalistes ont été emprisonnés par le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan à la suite de la tentative de coup d'État que le leader turc attribue à l'opposant Fethullah Gülen, l'AWEX a répondu en postant un commentaire de son attaché économique et commercial en Turquie.

Selon Eric Blétard ainsi cité, "si des médias liés au mouvement güleniste sont fermés, cela ne signifie aucunement que la toute grosse majorité des médias (...) s'arrête pour autant. Le gouvernement continue à supporter toute activité médiatique qui ne lui est pas directement 'hostile'. En période de tension sociale et politique, le peuple a particulièrement besoin de se distraire ! (...) Bref, le marché reste bien présent et même renforcé, même si les acteurs du secteur évoluent".

La FEJ, par la voix de son secrétaire général Ricardo Gutiérrez, s'est dite choquée de cette justification. Sans aller jusqu'à appeler au boycott, elle a demandé aux responsables politiques wallons et bruxellois - Brussels Invest & Export (BIE) participe aussi à la mission - de recadrer cette dernière, éventuellement en retirant le volet médiatique.

"Près de 80 journalistes sont en prison à la suite de la purge. En outre, ce serait mentir que d'affirmer qu'il n'y a parmi eux que des gülenistes, il y a aussi des laïcs, des indépendants, etc", a souligné M. Gutiérrez, interrogé par Belga.

Société civile

Pour Mehmet Koksal, chargé de projet Turquie-Balkans à la Fédération européenne des journalistes, il serait bon que l'AWEX reconsidère sa mission en Turquie : "C'est assez choquant dans le contexte actuel, avec plus de 93 journalistes interrogés et 77 emprisonnés après le coup d'Etat manqué. Il serait bon d'intégrer la société civile dans cette mission et ne pas rencontrer que des hommes d'affaires".

"Le journalisme comme divertissement comme le prône malencontreusement l'AWEX, ce n'est pas son seul rôle des médias dans nos démocraties. Le plus choquant, c'est que l'AWEX lance un appel à ne travailler qu'avec ceux qui ne sont pas hostiles au pouvoir en place", ajoute Mehmet Koksal.

Report pour Ecolo

De son côté, Ecolo a réclamé le report de la mission au vu du contexte actuel. Condamnant à son tour les propos de l'attaché de l'AWEX, le parti a annoncé qu'il interpellerait le ministre-président wallon Paul Magnette à ce sujet. Selon les co-présidents Zakia Khattabi et Patrick Dupriez, les propos de l'attaché traduisent en effet "une conception inacceptable du rôle des médias dans une démocratie et justifient de façon indigne la mission prévue en novembre".

Erreur de communication

Quant à l'AWEX, elle dit assumer, tout en reconnaissant une erreur de communication. Elle rappelle qu'elle est une agence de commerce extérieur, "active dans la sphère purement économique qui respecte une totale neutralité politique pour l'ensemble de ses missions à l'étranger". La mission controversée a été planifiée il y a plus d'un an et son thème choisi pour les perspectives économiques que ce secteur offre aux entreprises.

"Les dernières communications de l'Awex sur ses divers supports ainsi que vers les entreprises intéressées datent du 22 juin, soit bien avant la tentative de coup d'État du 16-17 juillet", souligne l'agence dans un communique. Dès lors, "le renvoi automatique de la présentation de cette mission le 18 août 2016 sur les réseaux de l'Awex est une erreur", convient-elle.

A ses yeux, la situation en Turquie, et notamment l'emprisonnement de dizaines de journalistes, aurait dû empêcher cette parution.

"La mission est actuellement maintenue, même si nous restons particulièrement attentifs à la situation, que nous maintenons un contact permanent avec les partenaires et entreprises concernés et que nous suivrions bien entendu toute éventuelle décision politique sur le maintien ou non d'actions en Turquie. Notre attaché économique et commercial (AEC) en Turquie est resté dans son rôle exclusivement commercial", selon l'Agence.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir