Aller directement au contenu principal

Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées

SOCIETE | Mis à jour le lundi 23 juillet 2012 à 15h56

  • La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet dernier l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde".

    Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité: elles préservent et distribuent ces semences.

    Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles. "A cause de cette réglementation, il y a plus de 80% de la biodiversité qui a disparu", dit-elle.

    Il ne suffit pas de payer pour inscrire une semence au catalogue officiel, il faut aussi que l'espèce réponde aux critères de Distinction, Homogénéité, Stabilité (DHS). Ces critères sont discriminants, selon Kokopelli, "puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles".

    Malgré un assouplissement de ces critères pour les variétés dites de conservation, ceux-ci restent inadaptés pour les variété traditionnelles. Pour Nature & Progrès et les défenseurs des semences paysannes, "cette décision est un contresens historique grave qui s’apparente à un déni de la sélection végétale réalisée par l’être humain depuis 10 000 ans".

    Certains producteurs alternatifs comme Semailles ne comptent pas arrêter la commercialisation de leurs semences, qu'ils considèrent comme un produit vivant et non un produit d'usine.

    L'industrie, elle défend les variétés nouvelles: la réglementation permet de garantir le financement de la recherche. Pour le Prof. Bernard Bodson de Gembloux Agro Bio Tech ULg, les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives.

    De là à parler de concurrence déloyale, il y a peut-être un pas à ne pas franchir... On pourrait pourquoi pas classer les anciennes variétés au patrimoine naturel sans que cela ne gêne la création de nouvelles variétés plus standardisées pour les agriculteurs.

    Ecolo réagit

    "Ecolo, comme de nombreuses organisations agricoles et environnementales, juge pour l'heure cette réglementation parfaitement contraire à la sauvegarde de notre biodiversité et aux intérêts des cultivateurs. L'absurde rigidité du catalogue officiel des semences commercialisables menace en effet de nombreuses semences anciennes et semble tout simplement taillée sur mesure pour les quelques grandes multinationales du secteur", selon un communiqué.

    Le parti écologiste entend "marquer son soutien plein et entier aux nombreuses associations qui, à l'instar de Kokopelli, luttent pour la sauvegarde de variétés anciennes ou locales, et permettent de nous offrir ainsi une alimentation variée et de qualité au quotidien". Ecolo compte peser au niveau européen et au niveau national pour faire modifier la législation.

    JFH avec Pascale Bollekens

  • Vidéo précédente

    La Cour européenne interdit la commercialisation de semences diversifiées

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      La Cour européenne interdit la commercialisation de semences diversifiées

  • Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées
    Image précédente

    Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées

    flickr/alexandre dulaunoy
    Image suivante
    • Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées

      Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées

    • Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées

      Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées

Les suggestions du jour

  • Le nouveau Sénat se cherche... à un train de sénateur

    16 septembre 2014, 14:07

    Trois semaines avant la rentrée parlementaire, certains élus ne savent toujours pas très clairement ce qu'ils vont réellement faire : les sénateurs. Le Sénat a été profondément transformé par la sixième réforme de l’État : il n'est plus...

  • Jeune Belge en Syrie: "Sammy aimait les Tortues Ninja et Dragon Ball"

    16 septembre 2014, 12:00

    Assise au fond d'un café du centre-ville de Bruxelles, Véronique Loute nous a parlé pendant deux heures et demie. De son fils, surtout. D'elle, un peu. Avec une voix calme, elle nous explique ce que c'est d'être la mère d'un de ces "jeunes Belges en...

  • "Ma vie à l'unif": un an dans la peau d'un étudiant

    14 septembre 2014, 17:21

    De la rentrée à la proclamation, en passant par les bleusailles, les blocus et le Bal des Busés, des étudiants vous invitent à les suivre sur le web. Photos, témoignages et anecdotes à gogo.

L'actualité en images

Focus sur le yoga du rire

mardi 16 septembre 2014

L'armée belge à bout

mardi 16 septembre 2014

L'armée vend ses voitures

mardi 16 septembre 2014

Proton, c'est bientôt fini

mardi 16 septembre 2014

JT en langue des signes

mardi 16 septembre 2014

Météo 19h25

mardi 16 septembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute