Aller directement au contenu principal

Les pensions belges: une nouvelle réforme?

BELGIQUE | jeudi 31 janvier 2013 à 15h29

  • Rebelote ? On pourrait se le demander à lire les déclarations de Steven Vanackere (CD&V) ce matin. A quelques mois de la mise en place du nouveau système de pensions, décidé par le gouvernement Papillon en début de législature, le ministre des Finances annonce la couleur : il faudra reparler de l’allongement des carrières avant les élections législatives de 2014.

    Sujet sensible, mais le CD&V veut apparemment y marquer des points, bien que ce soit Alexander De Croo, l’ancien président de l’Open-VLD qui soit en charge du dossier au gouvernement.

    Avant de se demander ce que propose Steven Vanackere, il faut préciser les termes. Lorsqu’on parle d’allongement de carrière en Belgique, indépendamment de l’utilité de nouvelles mesures, se pose inévitablement la question : est-ce que l’on parle de l’âge légal de la pension, ou alors de l’âge effectif de départ ?

    Comment fonctionne aujourd’hui le système des pensions en Belgique ?

    Le système belge des pensions repose sur trois piliers. Le premier est celui de la pension légale et financé par les cotisations obligatoires des travailleurs. Il est caractérisé par trois régimes principaux : celui des travailleurs salariés, celui des travailleurs indépendants et celui des travailleurs du secteur public. Des régimes spéciaux existent parallèlement pour certaines professions.

    Le deuxième pilier englobe les pensions complémentaires. Elles sont souscrites par certains employeurs pour leur personnel.

    Le troisième pilier, enfin, est financé par les travailleurs eux-mêmes, qui souscrivent à des assurances pension, auprès d'une banque ou d'une compagnie d'assurances. Les deuxième et troisième piliers sont les régimes de pensions extralégaux.

    En principe, les travailleurs peuvent partir à la pension en Belgique à l’âge de 65 ans ; c’est l’âge légal de la retraite. Mais dans la pratique, beaucoup de salariés peuvent recourir à la prépension : partir avant l’âge légal, à des conditions précises d’ancienneté.

    Les prépensions: levier choisi par le gouvernement Papillon

    C’est sur ce levier-là que le gouvernement a décidé de légiférer, en décembre 2011, pour augmenter l’âge réel de départ à la pension, sans toucher à l’âge légal. Pour une pension compète, en effet, il faudra toujours travailler jusque 65 ans.

    Les prépensions, par contre, ont été plus sévèrement encadrées : on ne pourra plus y accéder qu’à partir de 60 ans, en 2012, contre 58 ans avant la réforme. Et cet âge devra atteindre progressivement 62 ans, à l'horizon 2016. Les conditions d’ancienneté sont également visées : il faudra atteindre 40 ans d’ancienneté ; le précédent système les autorisait à partir de 38 ans.

    Les conditions d’âge pour accéder à la prépension en cas de licenciement collectif ont également été également modifiées : il faudra avoir 55 ans (et non plus entre 50 et 52 ans) pour y prétendre, mesure progressive jusqu’en 2018. Concernant les entreprises en restructuration, les 55 ans devront être atteints dès 2013.

    Ce sont là les grandes lignes de la réforme. Restent que les travailleurs de la fonction publique et certaines catégories de travailleurs sont concernés par des régimes spéciaux.

    Un nouveau chantier pour le gouvernement? Rien n'est moins sûr

    Certains économistes, et beaucoup d’employeurs, s’inquiètent du retard de la Belgique dans les classements de l’emploi des 50-60 ans. D’autres mettent en garde contre la facture sociale de l’arrivée massive de pensionnés pour les caisses de l’Etat. Les syndicats, eux, avancent souvent que d’autres pistes pourraient être mises en place pour financer les pensions, comme de nouvelles taxes environnementales, ou sur le capital. En tous cas, certains ne voient pas dans la réforme des réponses aux problèmes posés.

    Quoi qu'il en soit, la sortie de Steven Vanackere pose question.

    Le ministre explique ce jeudi qu'il faudra, "augmenter la carrière de deux ans tous les 30 mois". Un changement important, donc, qui accélérerait la correspondance entre l'âge légal et l'âge effectif de départ à la retraite.

    Mais c'est oublier un peu vite l'accouchement dans la douleur de la précédente et tout fraîche réforme. Après le travail, mené au pas de charge par le précédent ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne (Open-VLD), le gouvernement a du faire face aux actions syndicales et aux foudres du Conseil d’État. Au vu des difficultés, le gouvernement devra faire revoter la réforme, en décembre 2012.

    Par ailleurs, en ces temps économiquement troublés, le gouvernement préfèrera peut-être éviter de se frotter à nouveau à une réforme impopulaire.

    Les déclarations de Steven Vanackere sont-elles en réalité un moyen de se positionner avant les élections de 2014 ? Même si le ministre des Finances assure le contraire, on ne peut s’empêcher d’y penser.

    W. Fayoumi

    Voir

    Derniers commentaires

    • de L'ancêtre Faut savoir aussi que Entre 1974 et 1978, je ne sais plus très bien quelle année, le gouvernement de l’époque pour bouclé son budget devait trouver de l’argent pour la caisse de sécurité sociale qui étai déjà en ce temps là en déficit. Alors ils n’ont rien trouvé de mieux que de prendre de l’argent de la caisse de retraite, qui était en bonni d’après eux pour combler le déficit de la caisse de sécu. Cela a fait la une des journaux (les syndicats étaient d'accord). Il semblerai que beaucoup de gent de ma génération on oubliés et les jeune eux ne savent pas. Le premier ministre avait insisté sur le fait que cet argent serait remis plus tard…….mais ???? Alors maintenant on crie au secour pour le payement des reetraites

      03-04-2013 22:46 | Répondre

    • de frederic La pension devrait être pondérée en fonction de la balance economique annuelle pour être juste avec les generations suivantes. donc si l'état fait un deficit durant un année, cette année la ne compte pas pour la pension. est si l'etat fait un gros bonni, la pension des gens serai augmenté en proportiion.... cela impliquerait la population sur la politique economique lorsqu ils sont dans l'isoloir et eviterait qu'une generation depense l'agent des générations futures comme l'a fait la generation de baby boomer ou le montant des interets de leurs dettes est au moins égale au montant des pensions. en fait actuellement, on devrait retirer les interets des dettes au montant que recoivent les pensionnés. penser a la justice des pensions dans la globalité et non a votre montant et votre interets.

      02-02-2013 13:10 | Répondre

    • de ours Les personnes de plus de 55 ans sont vraiment lésées.Durant leurs périodes actives elles ont cotisé pour payer les retraites de leurs ainés(jusque là rien de plus normal)mais maintenant que "leur tour"approche ,"on" leur dit (coup sur coup) que c'est pour plus-tard.La quantité d'emplois se rétrécissant comme peau de chagrin,si les ainés restent en place que vont faire les "jeunes". Les "actifs"actuels paieront le chômage des jeunes et les retraites des ainés?L'astuce sous la cendre ne serait-elle pas retarder la retraite,les vieux ne seront pas plus employés qu'aujourd'hui et se retrouveront au chômage avec des revenus moindre que la pension(et l'arnaque du cohabitant qui aura un revenu raboté ayant pourtant lui aussi cotisé). Nous allons être punis sans avoir fauté.

      01-02-2013 10:31 | Répondre

    • de ste "...rien de plus normal..."? A l'origine, le prélèvement sur salaire devait être mis de côté pour financer sa propre pension (et partagé avec les autres moins nantis : plafond) Qu'ont-ils fait de cet argent? pouvoir multicouches???

      01-02-2013 11:35 | Répondre

    • de ours Le pouvoir a toujours claironné que c'étaient les actifs qui payaient les pensions et que le nombre d'actifs diminuait d'où l'incitation de prendre une épargne "pension". A l'origine ........ tant de choses changent! Qu'on t 'ils fait de cet argent? Justement "ils" pensaient que vous seriez "ad-patres" sans voir le premier "franc". Mourez! Vous ferez un geste citoyen! (n.b. pour certains esprits chagrins:c'est du second degrés-mauvais certes!)

      01-02-2013 12:14

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Les travailleurs âgés au centre des préoccupations de Steven Vanackere
    Image précédente

    Les travailleurs âgés au centre des préoccupations de Steven Vanackere

    FRED DUFOUR - AFP
    Image suivante
    • Les travailleurs âgés au centre des préoccupations de Steven Vanackere

      Les travailleurs âgés au centre des préoccupations de Steven Vanackere

    • de L'ancêtre Faut savoir aussi que Entre 1974 et 1978, je ne sais plus très bien quelle année, le gouvernement de l’époque pour bouclé son budget devait trouver de l’argent pour la caisse de sécurité sociale qui étai déjà en ce temps là en déficit. Alors ils n’ont rien trouvé de mieux que de prendre de l’argent de la caisse de retraite, qui était en bonni d’après eux pour combler le déficit de la caisse de sécu. Cela a fait la une des journaux (les syndicats étaient d'accord). Il semblerai que beaucoup de gent de ma génération on oubliés et les jeune eux ne savent pas. Le premier ministre avait insisté sur le fait que cet argent serait remis plus tard…….mais ???? Alors maintenant on crie au secour pour le payement des reetraites

      03-04-2013 22:46 | Répondre

    • de frederic La pension devrait être pondérée en fonction de la balance economique annuelle pour être juste avec les generations suivantes. donc si l'état fait un deficit durant un année, cette année la ne compte pas pour la pension. est si l'etat fait un gros bonni, la pension des gens serai augmenté en proportiion.... cela impliquerait la population sur la politique economique lorsqu ils sont dans l'isoloir et eviterait qu'une generation depense l'agent des générations futures comme l'a fait la generation de baby boomer ou le montant des interets de leurs dettes est au moins égale au montant des pensions. en fait actuellement, on devrait retirer les interets des dettes au montant que recoivent les pensionnés. penser a la justice des pensions dans la globalité et non a votre montant et votre interets.

      02-02-2013 13:10 | Répondre

    • de ours Les personnes de plus de 55 ans sont vraiment lésées.Durant leurs périodes actives elles ont cotisé pour payer les retraites de leurs ainés(jusque là rien de plus normal)mais maintenant que "leur tour"approche ,"on" leur dit (coup sur coup) que c'est pour plus-tard.La quantité d'emplois se rétrécissant comme peau de chagrin,si les ainés restent en place que vont faire les "jeunes". Les "actifs"actuels paieront le chômage des jeunes et les retraites des ainés?L'astuce sous la cendre ne serait-elle pas retarder la retraite,les vieux ne seront pas plus employés qu'aujourd'hui et se retrouveront au chômage avec des revenus moindre que la pension(et l'arnaque du cohabitant qui aura un revenu raboté ayant pourtant lui aussi cotisé). Nous allons être punis sans avoir fauté.

      01-02-2013 10:31 | Répondre

    • de ste "...rien de plus normal..."? A l'origine, le prélèvement sur salaire devait être mis de côté pour financer sa propre pension (et partagé avec les autres moins nantis : plafond) Qu'ont-ils fait de cet argent? pouvoir multicouches???

      01-02-2013 11:35 | Répondre

    • de ours Le pouvoir a toujours claironné que c'étaient les actifs qui payaient les pensions et que le nombre d'actifs diminuait d'où l'incitation de prendre une épargne "pension". A l'origine ........ tant de choses changent! Qu'on t 'ils fait de cet argent? Justement "ils" pensaient que vous seriez "ad-patres" sans voir le premier "franc". Mourez! Vous ferez un geste citoyen! (n.b. pour certains esprits chagrins:c'est du second degrés-mauvais certes!)

      01-02-2013 12:14

    • de Anonymous Je suis d'accord avec vous. Nos cotisations devraient payer notre propre pension. Au final, nous cotisons pour les piliers 1 et 3 (celui qui veut). Que restera-t-il du pilier 1 ? Que dalle sans doute. Qui en aura profité? Pas nous. Que restera-t-il du pilier 3 après prélèvement des taxes? Pas grand chose. Et puis, il ne faut pas se leurrer. Un jour, l'état décidera de prélever encore plus de taxe sur cet argent déjà taxé à la base puisque venant, pour la plupart d'entre nous, de notre salaire mensuel. On ne travaille que pour payer des taxes. Je comprends mieux le chômeur. Il n'a "rien", on ne peut rien lui prendre.

      01-02-2013 12:29

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Schuiten et Peeters font coup double: une nouvelle BD et une exposition à Paris

    24 novembre 2014, 15:05

    Le dessinateur bruxellois, François Schuiten, expose à la Cité de l'Architecture à Paris. "Revoir Paris", c'est le nom de cette expo, vient compléter l'album du même nom. Un album qu'il vient de réaliser avec son complice scénariste Benoit Peeters....

  • Semaine européenne de réduction des déchets: les poubelles à la diète

    24 novembre 2014, 11:02

    C'est ce lundi que commence la semaine européenne de réduction des déchets. Un rendez-vous annuel qui vise à faire maigrir nos poubelles mais aussi celles des entreprises. Il existe une directive sur la gestion des déchets en Europe mais la Commission...

  • Limbourg et Anvers: la grève "tourne" aussi en Flandre

    24 novembre 2014, 12:04

    En Flandre, ce sont les provinces d'Anvers et du Limbourg qui font partie de la tournante de ce lundi. Là aussi les grèves ont partiellement paralysé une partie de l'activité. Et notamment sur le zoning du port d’Anvers. Le Limbourg paraît avoir été...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

7 à la Une

Plus d'articles

Vu sur le web

Dernière Minute