Les flous persistants de Bénédicte Bayer, directrice générale de Publifin

Bénédicte Bayer
2 images
Bénédicte Bayer - © RTBF

Les députés wallons membres de la commission d'enquête Publifin ont entamé leur journée par l'audition de Christine Planus, syndicaliste CGSP à l'intercommunale. Elle a évoqué une direction méprisante, peu soucieuse de l'emploi et des statuts. Elle a décrit la directrice Bénédicte Bayer, directrice générale de l'intercommunale, comme particulièrement irrespectueuse envers le personnel: "Il faut savoir qu'elle traite le personnel de Publifin de 'branleurs de mouches'".

Bénédicte Bayer est, elle auditionnée depuis le début de l'après-midi, dans une ambiance très tendue. La présidente de la Commission Olga Zrihen (PS) doit souvent rappeler à l'ordre les députés wallons. La séance pourrait être longue et se terminer bien après 22H00

L'audition de la directrice de Publifin a connu plusieurs moments de tension, notamment lorsque les députés ont abordé la décision des rémunérations fixes des trois comités de secteur. Ils n'ont pas obtenu de réponse sur la raison pour laquelle ces comités de secteur, créés mi-2013, rémunéraient tous les membres par des émoluments fixes comme si ces organes étaient décisionnels alors qu'ils n'étaient que consultatifs. Et ce, sans plus recourir aux jetons de présence comme c'était le cas pour les membres du comité de secteur gaz (2010-2013), auquel ils se référaient pourtant. "La cellule de contrôle des mandats de la Région wallonne a eu l'information", a répondu Mme Bayer. Cette cellule sera entendue la semaine prochaine. Pour le reste, la directrice renvoie au pouvoir politique et réfute toute responsabilité du management à contrôler le fonctionnement de ces organes.

Bénédicte Bayer a commencé par un exposé, qu'elle voulait appuyer par la présentation d'une centaine de slides. Mais suite à un souci technique, les slides n'ont pu être diffusés. La directrice a expliqué l'évolution de l'intercommunale, obligée de se transformer totalement dans le cadre de la libéralisation de l'énergie imposée en Europe.

à la demande du député cdH Dimitri Fourny  d'obtenir une présentation exacte  des fonctions de Bénédicte Bayer au sein de la galaxie Publifin, elle a répondu: "Je suis effectivement directrice générale de l'intercommunale [Publifin]. En charge de ressources humaines, car il ne reste que le personnel au sein de l'intercommunale. Les actifs sont dans les filiales. Je suis salariée, contractuelle, et dans la partie Nethys, je suis membre du comité de direction. J'ai une convention, et je suis indépendante en personne physique".

Salaire "à la minute" : "C'était une boutade, maladroite"

Dans une récente interview à la presse écrite, Bénédicte Bayer avait déclaré que "à la minute", elle gagnait moins qu'un ouvrier. Devant les députés, elle précise pourtant : "Je n'étais pas sous serment. Je ne dis pas que c'est faux. Mais c'est une interprétation (...) Je n'ai même pas lu l'article. C'était une boutade, maladroite, mal placée" admet-elle.

Bénédicte Bayer refuse de chiffrer son salaire : "Je ne suis pas un mandataire public, je n'ai pas à évoquer mes émoluments, pour des raisons de vie privée et de concurrence".

 

Suivez notre direct:

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir