Les conditions d'accès à la nationalité belge revues et plus difficiles

Devenir belge devient plus difficile
Devenir belge devient plus difficile - LIONEL BONAVENTURE (AFP)
Rédaction RTBF

Les conditions pour obtenir la nationalité belge seront plus strictes à l'avenir. La majorité s'est mise d'accord à la Chambre pour réformer le code de la nationalité. L'obtention de la nationalité se fera sous condition d'intégration. Le temps d'attente pour devenir belge change également.

C'est le Soir qui l'annonce: devenir Belge devrait être plus difficile à l'avenir.

Aujourd'hui  il faut 7 ans de séjour légal en Belgique pour obtenir la nationalité mais selon l'accord trouvé dans la majorité, on devrait passer à une procédure à deux vitesses, 5 ou 10 ans selon les cas.

Les conditions d'accès sont en fait  revues.

Pour devenir belge en cinq ans

Les candidats qui veulent devenir belges après 5 ans doivent répondre à des critères assez stricts: ils doivent prouver qu'ils parlent une des langues nationales, montrer leur intégration sociale en prouvant, par exemple, qu'ils ont suivi une formation ou un parcours d'intégration et enfin, il y a des conditions économiques, il faut avoir travaillé au moins 468 jours au cours des 5 ans.

Pour devenir belge en dix ans

Il faut également prouver des conditions de langue, économiques et culturelles mais elles sont moins exigeantes. Ce changement lie en fait l'intégration à la nationalité. Pour Edouard Delruelle, du Centre pour l'Egalité des Chances, ce n'est pas une mauvaise chose mais il faut rester prudent: "La plupart des migrants souhaitent devenir belges, donc il est logique qu’on lie les deux et que, pour devenir belge, on connaisse la langue, on soit inséré socio-économiquement également comme citoyen. Ca me semble logique. Maintenant, il faudrait peut-être aussi inverser la logique et se dire que la nationalité est aussi un facteur et un outil d’intégration. Il ne faudrait évidemment pas que des catégories entières de personnes soient exclues de la nationalité parce que, par exemple, elles travaillent à temps partiel alors que, parfois, par nécessité ou par choix, c’est une réalité que les gens sont néanmoins tout à fait intégrés."

Un étranger marié à un Belge ou une Belge devra lui aussi montrer son intégration sociale. Par contre, rien à prouver du côté de l'économique.

Pierre-Yves Meugens


Publicité